Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Télévisions dans la tourmente après la nomination de Delphine Ernotte

22 mai 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | France Télévisions dans la tourmente après la nomination de Delphine Ernotte

France Télévisions dans la tourmente après la nomination de Delphine Ernotte

Comme le rapporte le Canard Enchaîné, une note confidentielle de Bercy estime qu’il y a 1 222 postes en trop chez France Télévisions.

Dans un doc­u­ment inti­t­ulé « Enquête temps de tra­vail dans les secteurs de l’audiovisuel pub­lic et cul­turel » écrit par le con­trôleur d’É­tat François Miquel, le min­istère de l’É­conomie juge ain­si que 12 % de l’ef­fec­tif du groupe pub­lic n’est pas néces­saire.

Mais la note ne con­cerne pas unique­ment France Télévi­sions : en appli­quant le « régime légal », « 85 postes pour­raient être économisés à Arte France, 79 à TV5 Monde, 84 à l’INA et 185 à France Médias Monde ».

Aus­sitôt, la direc­tion de France TV a con­testé le doc­u­ment, reprochant à son auteur d’avoir « truf­fé son enquête d’âneries, en util­isant des chiffres non réac­tu­al­isés par-ci, en ajoutant des RTT par-là, ou encore en inclu­ant élégam­ment les con­gés oblig­a­toires accordés aux tra­vailleurs hand­i­capés… »

Out­re cette note, le groupe pub­lic est actuelle­ment en pleine crise après que Del­phine Ernotte ait été nom­mée prési­dente par le CSA. Dans un cour­ri­er adressé au prési­dent de la République, la CFDT-Médias de France Télévi­sions inter­pelle le chef de l’É­tat sur « l’au­dio­vi­suel pub­lic, sa gou­ver­nance et sa régu­la­tion qui défraient la chronique depuis plusieurs mois main­tenant ».

Selon le syn­di­cat, « les récentes révéla­tions de Médi­a­part ne font que couch­er sur le papi­er les élé­ments qui revi­en­nent à nous depuis plusieurs semaines et qui dépeignent au CSA, un fonc­tion­nement digne des meilleures républiques bananières ».

Con­cer­nant la nou­velle prési­dente, celle-ci est loin de faire l’u­na­nim­ité, « car les élé­ments qui fil­trent à l’issue de cette séquence, dessi­nent un sim­u­lacre de con­cours. Un mau­vais Vaude­ville écrit à la lueur des chan­delles, répété en coulisse et qui devait se jouer sans pub­lic », écrit la CFDT, dénonçant un groupe où règ­nent « copinage, opac­ité, intrigues, groupes de pres­sion ».

Et de con­clure, avant d’ap­pel­er le prési­dent à chang­er de cap : « De Radio France à l’INA, en pas­sant par France Télévi­sions, nous n’arrivons pas à dis­tinguer où et com­ment se déploie, la prési­dence exem­plaire que nous avons — soyons francs — très large­ment appelée de nos vœux, naguère. »

De son côté, le prési­dent du groupe UMP à l’Assem­blée nationale, Chris­t­ian Jacob, a lui-aus­si mis en cause la nom­i­na­tion très « opaque » de Del­phine Ernotte. De ce fait, comme le groupe UMP a déjà épuisé son droit de tirage annuel pour l’in­scrip­tion d’une com­mis­sion d’en­quête à l’or­dre du jour, il a appelé la con­férence des prési­dents de l’Assem­blée ou de la com­mis­sion des Affaires cul­turelles et de l’É­d­u­ca­tion à le faire.

Demande refusée par la con­férence des prési­dents. Du côté de la com­mis­sion des Affaires cul­turelles et de l’É­d­u­ca­tion, Patrick Bloche (PS) a promis un débat sur la per­ti­nence de l’ou­ver­ture d’une com­mis­sion d’en­quête. À suiv­re…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

Pascale Clark

PORTRAIT — Pas­cale Clark est jour­nal­iste sur France Inter où elle se fait par­ti­c­ulière­ment remar­quer pour sa morgue, son mépris et son par­ti pris face aux per­son­nal­ités poli­tiques de droite.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision