Accueil | Actualités | Médias | France Télévisions dans la tourmente après la nomination de Delphine Ernotte
Pub­lié le 22 mai 2015 | Éti­quettes : , ,

France Télévisions dans la tourmente après la nomination de Delphine Ernotte

Comme le rapporte le Canard Enchaîné, une note confidentielle de Bercy estime qu'il y a 1 222 postes en trop chez France Télévisions.

Dans un document intitulé « Enquête temps de travail dans les secteurs de l’audiovisuel public et culturel » écrit par le contrôleur d'État François Miquel, le ministère de l'Économie juge ainsi que 12 % de l'effectif du groupe public n'est pas nécessaire.

Mais la note ne concerne pas uniquement France Télévisions : en appliquant le « régime légal », « 85 postes pourraient être économisés à Arte France, 79 à TV5 Monde, 84 à l’INA et 185 à France Médias Monde ».

Aussitôt, la direction de France TV a contesté le document, reprochant à son auteur d'avoir « truffé son enquête d’âneries, en utilisant des chiffres non réactualisés par-ci, en ajoutant des RTT par-là, ou encore en incluant élégamment les congés obligatoires accordés aux travailleurs handicapés... »

Outre cette note, le groupe public est actuellement en pleine crise après que Delphine Ernotte ait été nommée présidente par le CSA. Dans un courrier adressé au président de la République, la CFDT-Médias de France Télévisions interpelle le chef de l'État sur « l'audiovisuel public, sa gouvernance et sa régulation qui défraient la chronique depuis plusieurs mois maintenant ».

Selon le syndicat, « les récentes révélations de Médiapart ne font que coucher sur le papier les éléments qui reviennent à nous depuis plusieurs semaines et qui dépeignent au CSA, un fonctionnement digne des meilleures républiques bananières ».

Concernant la nouvelle présidente, celle-ci est loin de faire l'unanimité, « car les éléments qui filtrent à l’issue de cette séquence, dessinent un simulacre de concours. Un mauvais Vaudeville écrit à la lueur des chandelles, répété en coulisse et qui devait se jouer sans public », écrit la CFDT, dénonçant un groupe où règnent « copinage, opacité, intrigues, groupes de pression ».

Et de conclure, avant d'appeler le président à changer de cap : « De Radio France à l’INA, en passant par France Télévisions, nous n’arrivons pas à distinguer où et comment se déploie, la présidence exemplaire que nous avons - soyons francs - très largement appelée de nos vœux, naguère. »

De son côté, le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, a lui-aussi mis en cause la nomination très « opaque » de Delphine Ernotte. De ce fait, comme le groupe UMP a déjà épuisé son droit de tirage annuel pour l'inscription d'une commission d'enquête à l'ordre du jour, il a appelé la conférence des présidents de l'Assemblée ou de la commission des Affaires culturelles et de l'Éducation à le faire.

Demande refusée par la conférence des présidents. Du côté de la commission des Affaires culturelles et de l'Éducation, Patrick Bloche (PS) a promis un débat sur la pertinence de l'ouverture d'une commission d'enquête. À suivre...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux