Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Forte houle au Point

19 décembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Forte houle au Point

Forte houle au Point

Accueil | Veille médias | Forte houle au Point

Forte houle au Point

19 décembre 2014

Certes, la situation du troisième titre de la presse magazine français, Le Point, est loin d’être catastrophique. Reste que, pour la première fois de son histoire qui a démarré en 1972, le titre coupera dans ses effectifs. Un challenge à relever par le futur PDG, Olivier Mégean.

Avec près de trois mil­lions d’eu­ros de pertes en 2014 (pour 80 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires), Le Point est touché à son tour par les maux com­muns qui frap­pent la presse mag­a­zine depuis 2012. La dif­fu­sion est désor­mais bais­sière pour ce secteur égale­ment (DSH OJD 2013–2014 : 405 649 exem­plaires, ‑4,3%). Le décrochage serait encore plus impor­tant con­cer­nant les recettes pub­lic­i­taires. Au Point, elles auraient reculé de près de 10% en 2014. Mais la con­jonc­ture n’ex­plique pas tout.

La prise de recul fin 2013 de Franz-Olivi­er Gies­bert, le précé­dent directeur, au prof­it d’Éti­enne Ger­nelle, sem­ble coïn­cider avec un cer­tain flot­te­ment édi­to­r­i­al en interne. Le Point, qui avait fait son suc­cès jusqu’en 2012 grâce, notam­ment, à des cou­ver­tures accrocheuses, sem­ble avoir per­du son inspi­ra­tion. Les mar­ronniers de la presse mag­a­zine, l’im­mo­bili­er, la franc-maçon­ner­ie, les médecines naturelles ou le classe­ment des hôpi­taux ont pris le pas sur les enquêtes et l’in­ves­ti­ga­tion. D’un point de vue poli­tique, Le Point qui se clas­sait à droite ces dernières années, s’est aus­si claire­ment replacé au cen­tre. Cette stratégie fait le miel de Valeurs Actuelles dont la dif­fu­sion a bon­di (DSH OJD 2013–2014 : 102 967 exem­plaires, +15%). L’heb­do­madaire dirigé par Yves de Ker­drel a de toute évi­dence récupéré une par­tie impor­tante des lecteurs du Point, déçus par l’eau tiède servie à longueur de colonnes par l’hebdomadaire.

Dans ce con­texte où ni le numérique avec Lepoint.fr (qua­tre mil­lions de VU en octo­bre, selon l’édi­teur), ni l’événe­men­tiel (Futu­rapo­lis), ne sem­blent être en mesure de pren­dre pour l’in­stant le relais, la nou­velle équipe dirigeante n’a pas d’autre solu­tion que de réduire la voil­ure. Ain­si, le “red­i­men­sion­nement” du Point passera par des coupes de 15% dans le per­son­nel. Les métiers liés au papi­er ou sans réelle valeur ajoutée seront les pre­miers touchés. Sur les 33 postes sup­primés, neuf con­cerneront des assis­tantes, six des doc­u­men­tal­istes et trois des réviseurs. Six postes seront en revanche créés sur les fonc­tions dig­i­tales. Ce plan de sauve­g­arde de l’emploi sera enclenché à par­tir du 7 jan­vi­er et pour une durée de deux mois a pri­ori. Les départs devraient donc s’éch­e­lon­ner à par­tir de juin.

Pour autant, le titre ne devrait pas atten­dre six mois pour démar­rer son redé­ploiement. Ce dernier s’ap­puiera sur deux jambes. La fran­coph­o­nie avec, notam­ment, une accéléra­tion sen­si­ble sur le site afrique.lepoint.fr. L’autre axe est la créa­tion d’un pôle “News” au sein du jour­nal, abon­dant pour tous les sup­ports (print, web, appli­ca­tions). Une doc­u­men­ta­tion numérique sera créée en appui.

Crédit pho­to : younik via Flickr (cc)

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés