Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Distribution de la presse écrite, certains magazines créent leur coopérative

20 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Distribution de la presse écrite, certains magazines créent leur coopérative

Distribution de la presse écrite, certains magazines créent leur coopérative

La situation semblait éclaircie avec la création de France Messagerie sur les cendres de feu Presstalis avec la bénédiction des pouvoirs publics et plus ou moins 150M€ à la clé tant pour apurer les dettes que pour lancer la nouvelle société. Mais les magazines, face aux quotidiens, veulent pouvoir compter plus qu’auparavant.

Les magazines désunis essaient de se concerter

Dans le petit monde de l’édition des mag­a­zines on trou­vait le Syn­di­cat des Édi­teurs de Presse Mag­a­zine (SEPM) peu act­if pen­dant la crise et surtout la Coopéra­tive des Mag­a­zines (CDM) très remuante. Cette dernière s’est sabor­dée pour don­ner nais­sance à la Coopéra­tive des péri­odiques (CDP) regroupant des poids lourds comme Pris­ma média (Gala, Cap­i­tal, Géo, Voici, Télé loisirs, Néon, Femme actuelle etc), CMI France (Elle, Télé7jours) du Tchèque Daniel Křetín­ský et l’hebdomadaire Mar­i­anne en voie d’être inté­gré dans CMI. C’est un respon­s­able de Mar­i­anne qui présidera la coopérative.

La CDP, qui ne dis­pose d’aucune logis­tique, entend négoci­er avec France Mes­sagerie comme avec les MLP. Cette dernière regroupant la majorité des mag­a­zines sans compter ceux qui souhait­ent la rejoin­dre en quit­tant France Mes­sagerie. Pour cette dernière les mag­a­zines qui voudront la quit­ter devront don­ner une obole de 2,25% de leur chiffre d’affaires à France Mes­sagerie jusqu’à fin 2022. Par­mi les « gros » seuls les ves­tiges du groupe Lagardère (Paris Match, Le JDD) sont restés chez France Messagerie.

Une situation qui doit encore se décanter

Cer­tains groupes mem­bres his­toriques de MLP seront adhérents de la CDP comme le groupe Reworld (Clos­er, Biba, Grazia, Auto jour­nal, Télé star, Le Chas­seur français, etc). Un groupe con­nu pour avoir inven­té le jour­nal­isme sans jour­nal­istes (ou le moins pos­si­ble). Mais il existe depuis peu un autre syn­di­cat des mag­a­zines, le CELIN, regroupant Soci­ety, Point de vue, Pic­sou Mag­a­zine, Les Cahiers du ciné­ma (depuis peu dans la poche de Xavier Niel), Pre­mière, Stu­dio, Causette, Pani­ni etc. Des rap­proche­ments pour­raient avoir lieu pour pou­voir mieux traiter les con­di­tions finan­cières avec les deux mes­sageries, la divi­sion actuelle ne favorisant pas le rap­port de force.

Derniers portraits ajoutés

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.

David Perrotin

PORTRAIT — David Per­rotin a réus­si, en quelques années, à se forg­er une répu­ta­tion de mil­i­tant de gauche doté d’une carte de presse. Il est vrai que l’orientation de ses arti­cles est sans ambiguïté, tous les dis­cours et toutes les thé­ma­tiques tra­di­tion­nelle­ment asso­ciées à la droite étant sys­té­ma­tique­ment discrédités.