Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les Cahiers du cinéma rachetés

5 février 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les Cahiers du cinéma rachetés

Les Cahiers du cinéma rachetés

La revue mythique du grand écran, Les Cahiers du cinéma, existe depuis 1951. Créée par Lo Duca, Doniol-Valcroze et André Bazin, elle succédait à la Revue du cinéma de Jean Auriol disparue deux ans auparavant. Godard, Truffaut, Rohmer, Chabrol et d’autres représentants de la nouvelle vague y ont écrit leurs premières critiques.

Une existence en plusieurs temps

Après mai 68, la revue se poli­tise à l’occasion de la défense d’Henri Lan­glois men­acé à la ciné­math­èque de Paris. Sous l’influence de Godard en plein délire maoïste (ses films de cette péri­ode sont les plus pau­vres de sa car­rière), la revue veut s’intégrer à un « front cul­turel révo­lu­tion­naire », ne par­le plus que de films mil­i­tants et même s’interdit de pub­li­er des pho­tos (sic). Sous la direc­tion de Comolli/Narboni la dif­fu­sion s’effondre sous les 2000 exemplaires.

Serge Tubiana et Serge Daney, nou­veaux dirigeants post 68, revi­en­nent au ciné­ma et la revue reprend sa place dans le paysage de la cri­tique ciné­matographique française. Avec une exis­tence économique par­fois dif­fi­cile, entraî­nant le rachat en 2009 par une société lon­doni­enne, qui ne suf­fit pas à la ren­flouer et elle était men­acée de disparition.

De grosses fortunes à la rescousse

Un col­lec­tif de 20 action­naires vient d’annoncer la reprise de la revue sans men­tion­ner de prix de reprise pour, selon un com­mu­niqué de presse, « redé­ploy­er cette revue iconique, référence du pat­ri­moine cul­turel français… pour péren­nis­er et dévelop­per les Cahiers du ciné­ma en leur redonnant un ancrage français ». Par­mi les action­naires quelques très grandes for­tunes, Xavier Niel (voir son info­gra­phie), Marc Simonci­ni (ex pro­prié­taire de Meet­ic, mul­ti investis­seur), Alain Weill (asso­cié de Patrick Drahi dans Altice et pro­prié­taire de l’Express), Gré­goire Cher­tok (mem­bre du Siè­cle et du comité exé­cu­tif de Roth­schild France). Aucun action­naire ne serait majori­taire ni proche de la majorité de blocage.

Julie Lethi­phu doit quit­ter ses fonc­tions de déléguée générale de la Société des Réal­isa­teurs de Films pour assur­er la direc­tion générale de la revue.

La liste officielle des nouveaux actionnaires

Toufik Aya­di, Ban­i­jay, Christophe Bar­ral, Angélique Bérès, Xavier de Boissieu, Pas­cal Bre­ton, Pas­cal Caucheteux, Gré­goire Cher­tok, Regi­nald de Guille­bon, Frédéric Jous­set, Frédéric Jou­ve, Éric Lenoir, Xavier Niel, Corentin Petit, Marc du Pon­tavice, Hugo Rubi­ni, Marc Simonci­ni, Jacques Veyrat, Alain Weill, Marie Le Coq.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.