Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Des complots partout ? C’est le tour de Quotidien

31 juillet 2021

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | Des complots partout ? C’est le tour de Quotidien

Des complots partout ? C’est le tour de Quotidien

Accueil | Veille médias | Des complots partout ? C’est le tour de Quotidien

Des complots partout ? C’est le tour de Quotidien

31 juillet 2021

Red­if­fu­sion esti­vale. Pre­mière dif­fu­sion le 1er mai 2021

De plus en plus, les médias de grand-chemin voient des complots partout. Les complots ? Le nouveau marronnier des médias dits officiels. C’est le tour de l’émission Quotidien de Yann Barthès.

Dif­fusée chaque soir depuis 2016 en « access prime time » sur TMC, chaîne de TF1, l’émission de Yann Barthès, s’annonçant comme appar­tenant au genre de l’info-divertissement, pro­pose du con­tenu sup­plé­men­taire en ligne. C’est « Quo­ti­di­en ++. »

Un Quotidien à suivre

L’OJIM a con­sacré de nom­breuses analy­ses à une émis­sion, Quo­ti­di­en, qui sous pré­texte de diver­tisse­ment dif­fuse des infor­ma­tions très ori­en­tées sur un plan idéologique et sou­vent tron­quées de telle sorte qu’elles con­finent à la fake news. Ce serait de l’humour, pas de l’information, répon­dent les ten­ants de l’émission à toute critique.

Le cas de cette émis­sion, typ­ique de l’état des médias con­tem­po­rains, a aus­si fait l’objet de la pre­mière brochure de la col­lec­tion dés­in­tox de l’OJIM : elle se trou­ve ici et per­met de bien saisir les enjeux induits par une émis­sion quo­ti­di­enne de cette sorte.

Fin avril 2021, Barthès et Quotidien voient des complots partout

Peut-être par sim­ple idéolo­gie, peut-être parce que c’est devenu l’habitude dans tous les médias de grand-chemin et que, de façon con­v­enue il faut faire comme tout le monde, Quo­ti­di­en a con­sacré son « Quo­ti­di­en ++ » du 25 avril 2021 au com­plo­tisme. À moins que ce ne soit pour ten­ter de con­tre­car­rer une baisse d’audience remar­quée, liée à plusieurs polémiques démon­trant les ressorts manip­u­la­teurs de l’émission, dont celle autour de l’affaire Pépi­ta.

S’intéresser à la ques­tion du com­plot peut donc présen­ter plusieurs intérêts pour Quo­ti­di­en en avril 2021.

Le discours tenu par Quotidien ++ ?

  • « Mia a été enlevée par 5 hommes et sa mère qui voulaient la sous­traire aux ser­vices soci­aux, et tout cela sur la base de théories complotistes ».
  • L’émission dif­fuse un pan­el de très courts extraits d’autres émis­sions, issues de BFM, LCI, France 2 etc, qui tous évo­quent un « gourou de la sphère com­plo­tiste », un Français expa­trié en Malaisie et qui aurait mis en place « l’enlèvement mil­i­taire » de la petite Mia.

BFM obtient même le pom­pon : « Recher­ché, le gourou par­le sur BFMTV ».

Les « hommes sus­pec­tés d’enlèvement ont désigné l’homme (le « gourou ») comme une source d’inspiration », dis­ent aus­si tous les médias de grand-chemin. Le glisse­ment séman­tique est intéres­sant : le « gourou » passe d’organisateur à inspi­ra­teur. Il n’en est pas moins jeté en pâture au pub­lic comme étant le coupable. L’enlèvement passe d’ailleurs vite au sec­ond plan, au prof­it des idées du « gourou » (inter­dire la vac­ci­na­tion mas­sive, sous­traire les enfants à la garde des ser­vices soci­aux « pédocrim­inels », inter­dire la 5G…)

Gourou complotiste

Les médias et Quo­ti­di­en ++ fran­chissent vite un autre pas : de l’enlèvement de Mia au « gourou » puis de ce dernier à des con­cep­tions com­plo­tistes selon lesquelles « le monde serait dirigé par des élites pédophiles » (Quo­ti­di­en) et enfin à des cibles pré­cis­es, dont le mantra QAnon. Quo­ti­di­en a trou­vé une affaire sim­i­laire au États-Unis (2020). Comme les autres médias, l’émission analyse les pub­li­ca­tions de la mère de l’enfant sur les réseaux soci­aux, en retient ce qu’elle veut, celles qui seraient, selon elle, con­spir­a­tionnistes et invite de jeunes « spé­cial­istes » pour expli­quer tout cela au téléspec­ta­teur. Un point revient beau­coup : « Moins les per­son­nes sont éduquées, plus elles y croient ». Le com­plo­tisme, c’est un peu peuple.

Quo­ti­di­en pro­longe donc l’affaire de l’enlèvement de la petite Mia en croisade con­tre un dan­ger qui pèserait mas­sive­ment sur nos têtes, le com­plo­tisme, et passe en deux temps trois mou­ve­ments du coq à l’âne. Une fois que le « gourou » est con­sid­éré comme com­plo­tiste et ayant inspiré les auteurs de l’enlèvement, une fois que l’émission a affir­mé que « ceux qui croient en une théorie colm­plo­tiste ont ten­dance à croire en toutes les théories com­plo­tistes », l’émission déroule toutes les idées qu’elle entend com­bat­tre, comme celles pen­sant que l’épidémie de covid-19 per­me­t­trait un « big reset » ou « grande réini­tial­i­sa­tion ». Le prin­ci­pal livre « com­plo­tiste » trai­tant de cette ques­tion est du reste présen­té sur le plateau. Les chroniqueurs insis­tent sur l’idée d’un com­plot mon­di­al visant à « réini­tialis­er » la société et l’économie, après le covid.

L’un des deux auteurs du livre est Klaus Schwab, le fon­da­teur du Forum économique mondial.

Mises en scène et perte de confiance

Quo­ti­di­en va plus loin en devenant « com­plo­tiste » par inad­ver­tance (?) quand ses chroniqueurs indiquent que le com­plo­tisme s’explique par la perte de con­fi­ance tant dans le dis­cours poli­tique que dans la parole sci­en­tifique, une perte de con­fi­ance issue de « la mise en scène médi­a­tique autour du covid » (ce sont les mots pronon­cés sur le plateau). Autres mots enten­dus au même endroit : « on a plus con­fi­ance ». Non pas, « les com­plo­tistes n’ont plus con­fi­ance » mais « on n’a plus con­fi­ance ».

Quo­ti­di­en insiste sur le com­plo­tisme lié aux vac­cins. « Les théories anti-vac­cins car­ton­nent », en par­ti­c­uli­er de la part de per­son­nes très iden­ti­fiées poli­tique­ment (à droite). Déf­i­ni­tion du com­plo­tisme par Quo­ti­di­en ? « C’est voir des com­plots partout ». A ce jeu-là, que fait Quo­ti­di­en en voy­ant des com­plo­tistes et des idées com­plo­tistes partout ? Du moins, quand ces per­son­nes et ces idées pensent autrement que le catéchisme de Quo­ti­di­en.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés