Accueil | Actualités | Médias | Delevoye et les 50 millions d’étrangers nécessaires pour l’Europe : les médias entre expertise et neutralité
Pub­lié le 10 décembre 2019 | Éti­quettes : , , , , , ,

Delevoye et les 50 millions d’étrangers nécessaires pour l’Europe : les médias entre expertise et neutralité

En plein débat sur le système de retraites et son financement, le Haut-commissaire aux retraites du gouvernement tout juste démissionné, Jean-Paul Delevoye, a affirmé le 29 novembre lors d’une réunion publique à Créteil qu’« il va falloir 50 millions de population entre guillemets étrangère pour équilibrer la population active en 2050 en Europe ». Ces propos ne sont pas restés sans réactions dans les médias, des réactions qui ont plus souvent concerné des positions politiques qu’une analyse de fond de cette prise de position pour le moins étonnante.

La déclaration

Le 29 novembre, le Haut-commissaire aux retraites anime une réunion à Créteil devant un auditoire de jeunes. L’objectif est de faire le service après-vente du futur système « universel » de retraite à points. Jean-Paul Delevoye est accompagné dans son déplacement à la maison du handball de Créteil par Gabriel Attal, le secrétaire d’État à la jeunesse.

Les échanges sont nourris par des questions posées par des jeunes qui se sont réunis précédemment en « groupes de réflexion ». L’ambiance est cordiale, les jeunes applaudissent ceux qui posent les questions au représentant du gouvernement.

Dans le cours des échanges, J.P. Delevoye lance :

« La démographie européenne fait que si on veut garder le même nombre d’actifs dans la machine économique (…), il va falloir environ 50 millions d’étrangers entre guillemets pour équilibrer la population active en 2050 en Europe. (…). Il y a plus un politique qui ose parler d’immigration. Plus un politique n’est capable de parler d’immigration parce que tout le monde s’hystérise ».
« On est dans un moment très malsain de notre démocratie où on cherche à jeter en bouc émissaire: hier c’était le juif, aujourd’hui c’est le musulman, après-demain ça sera encore un autre. Il faut combattre ce climat malsain ».

Les réactions des médias à ces propos sont de trois ordres. Il y a ceux qui estiment que la question doit être posée. Il y a les autres, l’immense majorité, qui ne feront que reproduire les réactions outrées des leaders politiques de droite. Enfin une minorité prend du recul.

Les médias pour lesquels la question mérite d’être posée

Lors des Indispensables sur LCI, un journaliste « apporte son expertise » selon la chaine pour voir si la question est pertinente. L’expertise qui est apportée réside dans la présentation des sources des déclarations de J.P. Delevoye. On y apprend que le chiffre de 50 millions d’étrangers nécessaires à l’Europe est repris depuis plusieurs années par des commissaires européens à partir d’études démographiques de l’Union européenne. Puis on passe aux réactions de représentants du RN et de LR.

France Info est dans le même registre « expert » et pose la question : « L'Europe a-t-elle besoin d'accueillir 50 millions d’étrangers pour maintenir sa population active, comme l'affirme Jean-Paul Delevoye ? ». Cette fois ci, ce sont les travaux de l’ONU qui sont appelés à la rescousse. Un organisme qui selon la radio publique dans ses projections « envisage une compensation pour la population totale, et pas uniquement la population active ».

Les médias qui reprennent les réactions

Si ces « expertises » sont un peu courtes et n’envisagent aucune conséquence sociale de l’immigration débridée dont J.P. Delevoye fait la promotion, la majorité des médias ne fera que reproduire les réactions politiques suite à ces déclarations. Des réactions venant de la droite et du camp populiste et qui seront l’alpha et l’oméga du traitement médiatique de ces propos révélant de façon assez édifiante l’idéologie immigrationniste et la victimisation des musulmans par un membre du gouvernement.

Le Huffpost reprend les informations de l’AFP pour annoncer que « Jean-Paul Delevoye se fait rabrouer pour avoir lié l'immigration au sauvetage des retraites ». Selon Le Figaro, « Delevoye fait polémique en mêlant immigration et retraites ». Pour Le Télégramme «  Jean-Paul Delevoye (est) critiqué par la droite pour ses propos sur l’immigration ». L’Indépendant et Le Midi Libre titrent tous les deux sur « Delevoye étrillé à droite ».

Les médias qui prennent du recul et s’engagent

Une minorité de médias apporte des éléments d’analyse critique de la préconisation du Haut commissaire aux retraites. C’est le cas de Marianne sous la plume de Natacha Polony qui qualifie la tirade de J.P. Delevoye de légèrement « racoleuse ». Le journaliste Yves Mamou est interviewé par Le Figaro : « l’impact positif de l’immigration sur le financement des retraites n’a jamais été démontré ».

Dans un autre registre, Le Canard enchaîné publie dans son édition du 4 décembre une caricature de Monsieur Delevoye qui affirme « Pour les retraites, une seule solution le grand remplacement ».

Un message qui semble reçu 5 sur 5 par le site Bladi.net dans sa rubrique Marocains du Monde. Le titre de l’article publié sur le site ne laisse pas de place au doute : « L’Europe a besoin de 50 millions d’immigrés ».

Le message largement médiatisé du Haut-commissaire aux retraites a passé la Méditerranée, l’objectif semble donc atteint. Pour ce qui est des 15 millions de chômeurs européens, comme de la comparaison des musulmans qui arrivent en masse en Europe, au sort des juifs dans la passé, c’est une autre histoire…

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This