Accueil | Actualités | Médias | Daniel Schneidermann victime d’une descente de police après un « canular »
Pub­lié le 18 juin 2015 | Éti­quettes : ,

Daniel Schneidermann victime d’une descente de police après un « canular »

Dans la nuit de mardi 16 à mercredi 17 juin, Daniel Schneidermann a été à son tour la victime d'un « canular » téléphonique orchestré, si ce n'est par le hacker sioniste Grégory Chelli (dit Ulcan) lui-même, en tout cas par sa communauté, établie sur le site « ViolVocal ».

Ainsi en plein milieu de la nuit, un homme se faisant passer pour le patron d'@rrêt sur images a appelé le commissariat, expliquant qu'il venait de tuer sa femme et qu'il attendait la police retranché chez lui, les armes à la main. Une trentaine de policiers de la BAC se sont alors positionnés dans l'escalier et la cour de l'immeuble de M. Schneidermann, à la plus grande surprise du voisinage.

Malheureusement pour les plaisantins, le fondateur d'@SI n'était pas chez lui ce soir-là, et « les policiers, à la différence de leurs collègues marseillais du RAID, ont eu la présence d'esprit de ne pas défoncer (sa) porte. On ne saurait trop saluer la présence d'esprit de la BAC de Paris. »

Relatant cette mésaventure nocturne sur son site, Daniel Schneidermann pense que le « canular » a été commandité en réaction à l'enquête publiée la veille à propos de Pierre Stambul, co-président de l'Union Juive Française pour la Paix (UJFP), qui a été victime des mêmes procédés.

Plus loin, celui-ci évoque « deux risques contraires » après cet événement. Le premier : céder à l'intimidation. Ce qui, assure-t-il, n'arrivera pas. Le second : « faire du combat contre cette bande de sinistres plaisantins un combat personnel du site, au risque évidemment de donner à leurs actions un écho disproportionné. C'est un vrai danger. » Et d'expliquer qu'il va « s'efforcer de traiter ce sujet-là comme les autres. Sans haine et sans crainte, comme on dit ».

Quoi qu'il en soit, le journaliste a décidé de porter plainte, même si, comme les autres, celle-ci a peu de chances d’aboutir. L'année dernière, @rrêt sur images avait déjà été piraté par Ulcan, sous le nez des caméras de France 2. Ce militant sioniste radical résidant en Israël n'en est pas à son coup d'essai. En octobre 2014, l’une de ses actions provoquait même indirectement la mort du père d’un journaliste de Rue89, Benoît Le Corre. Face à l'impuissance de la police et au refus, semble-t-il, des autorités israéliennes d’intervenir, ce genre de canulars ne semble pas prêt de cesser..

Voir notre portait de Daniel Schneidermann

Crédit photo : _p_ via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This