Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Daniel Schneidermann victime d’une descente de police après un « canular »

18 juin 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Daniel Schneidermann victime d’une descente de police après un « canular »

Daniel Schneidermann victime d’une descente de police après un « canular »

Dans la nuit de mardi 16 à mercredi 17 juin, Daniel Schneidermann a été à son tour la victime d’un « canular » téléphonique orchestré, si ce n’est par le hacker sioniste Grégory Chelli (dit Ulcan) lui-même, en tout cas par sa communauté, établie sur le site « ViolVocal ».

Ain­si en plein milieu de la nuit, un homme se faisant pass­er pour le patron d’@rrêt sur images a appelé le com­mis­sari­at, expli­quant qu’il venait de tuer sa femme et qu’il attendait la police retranché chez lui, les armes à la main. Une trentaine de policiers de la BAC se sont alors posi­tion­nés dans l’escalier et la cour de l’im­meu­ble de M. Schnei­der­mann, à la plus grande sur­prise du voisi­nage.

Mal­heureuse­ment pour les plaisan­tins, le fon­da­teur d’@SI n’é­tait pas chez lui ce soir-là, et « les policiers, à la dif­férence de leurs col­lègues mar­seil­lais du RAID, ont eu la présence d’e­sprit de ne pas défon­cer (sa) porte. On ne saurait trop saluer la présence d’e­sprit de la BAC de Paris. »

Rela­tant cette mésaven­ture noc­turne sur son site, Daniel Schnei­der­mann pense que le « can­u­lar » a été com­man­dité en réac­tion à l’en­quête pub­liée la veille à pro­pos de Pierre Stam­bul, co-prési­dent de l’U­nion Juive Française pour la Paix (UJFP), qui a été vic­time des mêmes procédés.

Plus loin, celui-ci évoque « deux risques con­traires » après cet événe­ment. Le pre­mier : céder à l’in­tim­i­da­tion. Ce qui, assure-t-il, n’ar­rivera pas. Le sec­ond : « faire du com­bat con­tre cette bande de sin­istres plaisan­tins un com­bat per­son­nel du site, au risque évidem­ment de don­ner à leurs actions un écho dis­pro­por­tion­né. C’est un vrai dan­ger. » Et d’ex­pli­quer qu’il va « s’ef­forcer de traiter ce sujet-là comme les autres. Sans haine et sans crainte, comme on dit ».

Quoi qu’il en soit, le jour­nal­iste a décidé de porter plainte, même si, comme les autres, celle-ci a peu de chances d’aboutir. L’an­née dernière, @rrêt sur images avait déjà été piraté par Ulcan, sous le nez des caméras de France 2. Ce mil­i­tant sion­iste rad­i­cal rési­dant en Israël n’en est pas à son coup d’es­sai. En octo­bre 2014, l’une de ses actions provo­quait même indi­recte­ment la mort du père d’un jour­nal­iste de Rue89, Benoît Le Corre. Face à l’im­puis­sance de la police et au refus, sem­ble-t-il, des autorités israéli­ennes d’intervenir, ce genre de can­u­lars ne sem­ble pas prêt de cess­er..

Voir notre portait de Daniel Schneidermann

Crédit pho­to : _p_ via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.