Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Coronavirus : les dealers à l’heure du confinement

10 avril 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Coronavirus : les dealers à l’heure du confinement

Coronavirus : les dealers à l’heure du confinement

Dans les « quartiers » les dealers ne respectent pas le confinement. Dans une France à l’arrêt les « jeunes » (les guillemets sont indispensables) poursuivent le trafic tant bien que mal, et les témoignages médiatiques sont désormais abondants.

En ces temps de con­fine­ment, la dif­fi­culté pour les deal­ers est d’accéder à leurs clients. Le traf­ic de stupé­fi­ants n’a pas cessé dans les quartiers nord de Mar­seille comme le révèle Médi­a­part le 30 mars « Les clients se font rares mais ils n’ont pas totale­ment dis­paru. Cer­tains vien­nent avec des gants, une écharpe en guise de masque. » Ce n’est vis­i­ble­ment plus le cas dans le secteur Delau­nay-Belleville à Saint-Denis ou une habi­tante témoigne à RT France le 23 mars « Les points de deal restent ouverts, mais sont déserts. On entend de nou­veaux les oiseaux, mais plus les cris des guet­teurs. Ça ne vend plus ». Si les deal­ers ne se con­finent pas, leurs clients sont selon plusieurs témoignages plus pru­dents. Il faut donc aller à leur ren­con­tre. Le 19 mars Breizh info révélait qu’à Nantes les deal­ers n’étaient pas con­trôlés sur la place du Com­merce. Dans l’agglomération d’Annecy les deal­ers con­tin­u­ent leurs trafics comme le révèle France Bleu le 29 mars, sauf qu’ici la police a arrêté deux trafi­quants dont un albanais en pos­ses­sion d’héroïne.

Des dealers à Strasbourg portent « des gants bleus et des masques chirurgicaux »

Entre crises d’approvisionnement et hausse du nom­bre de con­trôles policiers, les deal­ers font face à une sit­u­a­tion inédite. Stéphanie Cher­bon­nier, patronne du nou­v­el office de lutte con­tre la drogue, a évo­qué pour Le Parisien le 5 avril les con­séquences du con­fine­ment pour les organ­i­sa­tions crim­inelles « L’approvisionnement en cannabis s’est tari ». Elle craint une mon­tée de la vio­lence entre les dif­férents groupes crim­inels pour s’emparer des stocks de stupé­fi­ants et des points de vente. Le 31 mars, Guil­laume Krempp pour Rue89 pub­lie les témoignages de deal­ers stras­bour­geois, ils décrivent une aug­men­ta­tion des prix et du deal dans les grandes sur­faces. Un deal­er, que le jour­nal­iste de Rue89 a renom­mé Kévin, explique les dif­fi­cultés liées au con­fine­ment avec les con­trôles policiers plus fréquents, qui empêchent des livraisons « Les gens ne com­pren­nent pas que je ne peux plus me déplac­er en dehors de Stras­bourg. Je me suis déjà pris une prune, c’est fini ». Dans le même arti­cle on apprend que des deal­ers à Stras­bourg por­tent « des gants bleus et des masques chirur­gi­caux », pour éviter les con­t­a­m­i­na­tions. Il n’y aura pas d’explications sur la prove­nance de ces gants et de ces masques.

« Le confinement n’a rien changé. Il n’est pas du tout respecté. »

Dans cer­tains quartiers les trafi­quants ren­dent la vie dif­fi­cile aux habi­tants, et les autorités appa­rais­sent impuis­santes. Le quo­ti­di­en région­al La Nou­velle République Cen­tre-Ouest révèle que l’insécurité règne autour du cen­tre com­mer­cial de La Rotonde à Tours. L’article datant du 3 avril décrit une absence totale de con­fine­ment autour du cen­tre com­mer­cial. Un com­merçant témoignant sous anony­mat déclare au quo­ti­di­en région­al que le con­fine­ment n’a absol­u­ment rien changé « Le con­fine­ment n’a rien changé. Il n’est pas du tout respec­té. La quan­tité de deal­ers est tou­jours aus­si impor­tante. Ils sont instal­lés devant les com­merces et atten­dent les clients. Un vrai dri­ve ! ». L’article cite aus­si une source poli­cière qui s’inquiète de la sit­u­a­tion des quartiers où « ça com­mence à bouger ». Même inquié­tude dans un arti­cle du Point datant du 21 mars et inti­t­ulé « Con­fine­ment en ban­lieue : les cités vont cra­quer ». Il mon­trait une sit­u­a­tion presque ingérable à Grigny et Bondy. Enfin l’impuissance des autorités face aux deal­ers dans cer­taines zones, évi­dente depuis plusieurs années déjà, est tou­jours la même pen­dant le con­fine­ment. L’article de la Nou­velle République Cen­tre-Ouest met en avant le témoignage d’un com­merçant décrivant l’impunité des deal­ers « Ils ne se cachent même plus, ne craig­nent pas les amendes. », et la police est donc impuis­sante « Vous savez, à trois policiers con­tre par­fois une trentaine, qu’est-ce qu’ils peu­vent faire ».

Le con­fine­ment ne s’applique pas pour tout le monde de la même façon. Et rap­pelons que Lau­rent Nuñez a déclaré que le respect du con­fine­ment dans les ban­lieues n’était pas une pri­or­ité

Comme le note le crim­i­no­logue Xavier Raufer si le traf­ic con­tin­ue, la délin­quance a dimin­uée, mais il met en garde con­tre un « effet rebond » en par­ti­c­uli­er après la libéra­tion au petit bon­heur la chance de mil­liers de détenus par Madame Bel­lou­bet.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision