Accueil | Actualités | Médias | Nolwenn Le Blevennec et les Brigandes : l’amalgame exemplaire
Pub­lié le 19 janvier 2020 | Éti­quettes : ,

Nolwenn Le Blevennec et les Brigandes : l’amalgame exemplaire

Rue89, sous la plume de Nolwenn Le Blevennec, s'intéresse beaucoup aux Brigandes. Qu'est-ce que les Brigandes ? Un groupe de musique à l'audience confidentielle, connu sur internet pour sa production musicale parfois inattendue, ne faisant pas toujours l'unanimité sur le fond ou la forme et vivant en communauté. Accusés d'être une secte, ils sont sous le coup d’une “enquête pour assassinat” ouverte en Belgique depuis septembre 2019. Pourquoi donc la rédactrice en chef de Rue89 s'intéresse-t-elle autant à un phénomène que l'on pourrait qualifier de marginal ? Explications.

Nolwenn Le Blevennec, des articles à charge sur le FN à la focalisation sur les Brigandes

Nolwenn Le Blevennec est journaliste et rédacteur en chef au très à gauche Rue89 (désormais fondu dans L’Obs). Elle était anciennement en charge de l’actualité concernant le Front National dans le même média. Son histoire avec les Brigandes a commencé en 2016 avec une immersion dans la communauté, racontée dans un récit plutôt folklorique. En 2017, elle avait raconté les déboires de Jérôme Bourbon de Rivarol avec le groupe avant d’en arriver aux deux articles sur cette affaire précédemment mentionnés.

Les Brigandes auraient assassiné une de leurs membres

Il faut revenir à un article de mars 2018 sur Rue89 publié par Nolwenn Le Blevennec. Cet article révèle que des membres du groupe (aussi accusé d’être une secte) auraient étouffé une de leurs membres dans un cabanon reculé en Belgique en 2011, après l’avoir préalablement privée de soins et d’alimentation. Malade, cette femme appelée “S.” souffrait d’un cancer de l’utérus et de la maladie de Crohn.

Ce premier article ayant été très peu repris à l’époque, Nolwenn Le Blevennec vient d’en faire un copier-coller. La seule nouveauté de cette production est d’annoncer l’ouverture depuis septembre 2019, d’une instruction “à charge de X pour assassinat” suite à une plainte de la sœur de S. en mars 2019.

Un témoin surprenant à l’origine de cette affaire

Pour écrire ses articles, Nolwenn Le Blevennec est allée chercher un témoin au profil particulier puisqu’il s’agit d’une ex membre du groupe dénommée Annick Lovinfosse, par ailleurs ancienne amante de Joël Labruyère, responsable de la "communauté" des Brigandes.

Les Brigandes la présentent comme une personne très jalouse et sujette aux troubles mentaux, Le Blevennec rapporte d’ailleurs la justification apportée par Annick Lovinfosse pour avoir quitté le groupe en 2010 : “les rapports du gourou et de S. devenaient de plus en plus ambigus”...

L’art de l’amalgame photographique

C’est probablement la photo en couverture de son article qui nous en dit le plus sur l'importance accordée par Nolwenn Le Blevennec aux Brigandes : on voit sur celle-ci Jean-Marie Le Pen entouré des... Brigandes. Le tour est joué. Tremblez bonnes gens, voilà donc la secte dont vous serez complice si vous votez Rassemblement National. Ou bien, voilà la bête immonde complice d’un groupe musical sectaire. Sœur Nolwenn, vous me copierez cent fois la charte de Munich des journalistes. En breton s’il vous plaît.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This