Accueil | Actualités | Médias | Crise de la PQR : au tour de La Voix du Nord
Pub­lié le 3 décembre 2013 | Éti­quettes : , , , , ,

Crise de la PQR : au tour de La Voix du Nord

Les journaux régionaux sont en crise. Après Ouest-France, Sud-Ouest et Centre-France, c'est La Voix du Nord qui se voit contraint de décider d'un plan d'économies.

Celui-ci s'appliquera pour la période 2014-2015 et aura pour conséquence le non-remplacement des départs « naturels » comme les retraites et les départs volontaires, a annoncé la direction ce mardi 26 novembre.

« Ces mesures d'économies devraient nous permettre de traverser 2014 et 2015 sans avoir recours à des départs contraints », a estimé Jacques Hardoin, directeur général du groupe. Appartenant au groupe belge Rossel, La Voix du Nord voit sa diffusion baisser, à l'instar des autres ténors de la PQR. Son chiffre d'affaires a chuté de 10% cette année par rapport à 2012 et ses ventes ont baissé de 4,74 % l'année dernière.

Pour contrer ce phénomène, La Voix du Nord mise, comme beaucoup, sur le numérique. Mais les recettes ne suffisent pas à combler le vide créé par la chute du papier...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This