Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le Progrès rejoint les quotidiens en difficulté

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

25 octobre 2023

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le Progrès rejoint les quotidiens en difficulté

Le Progrès rejoint les quotidiens en difficulté

Temps de lecture : 2 minutes

Alors que son voisin géographique et appartenant au même groupe, Le Dauphiné libéré est en difficulté avec 4M€ de pertes au premier semestre 2023, Le Progrès de Lyon jusqu’ici profitable va sans doute se retrouver dans le rouge.

Le groupe EBRA va de mal en pis

Le Pro­grès appar­tient au groupe EBRA Crédit Mutuel qui pos­sède une dizaine de titres dans la région nord-est. Le groupe vient de recap­i­talis­er cer­tains titres pen­dant l’été 2023 à hau­teur d’au moins 300M€ (cer­tains annon­cent plus de 450M€) et un bon mil­liard investi depuis que le Crédit Mutuel a racheté en 2006 les titres au groupe Das­sault.

Le Progrès a son tour…

Par­mi la manne ban­caire de l’été, Le Pro­grès a reçu 20M€, ce n’est pas rien, ce ne sera peut-être pas suff­isant. Alors que l’excédent brut d’exploitation était posi­tif en 2022, il sera négatif en 2023 et (source La Let­tre) les prévi­sions 2024 sont autour de 4 ou 5M€ de pertes. On peut sup­pos­er qu’une par­tie des 20M€ esti­vaux ont per­mis de régler quelques dettes. Si les pertes 2023 et 2024 cumulées sont de 10M€ c’est déjà la moitié de la sub­ven­tion de la mai­son mère qui se voit dévorée.

Résul­tat : gel général des embauch­es, com­pres­sion des coûts, arrêt ou ralen­tisse­ment de cer­tains investisse­ments (vidéo), aban­don de sup­plé­ments, prévis­i­ble aug­men­ta­tion du prix de ventes. Pour le moment aucun licen­ciement n’a été annon­cé, con­traire­ment à d’autres titres de la presse quo­ti­di­enne régionale comme Le Midi Libre où 45 sup­pres­sions de postes sont en cours.

Nota bene : Claude Chol­let, directeur de la pub­li­ca­tion de l’Ojim est attaqué par Le Pro­grès et un de ses jour­nal­istes Amjad Allouchi, plainte en cours. L’article ci-dessus n’a aucun rap­port avec cette plainte bur­lesque. Les détails la con­cer­nant ci-après : Pour Claude Chol­let et l’Ojim, un procès chas­se l’autre.