Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Fréquentation et diffusion de la presse : les résultats 2023 sont tombés

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

17 mai 2024

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Fréquentation et diffusion de la presse : les résultats 2023 sont tombés

Fréquentation et diffusion de la presse : les résultats 2023 sont tombés

Temps de lecture : 4 minutes

Le 25 avril 2024, l’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias publiait les chiffres de diffusion et de fréquentation de la presse pour l’année 2023 : avec 2,6 milliards d’exemplaires diffusés en France pour l’année 2023, la diffusion totale nationale connaît un recul de 4,4 % par rapport à 2022.

Avec 41 % de part de dif­fu­sion, la presse quo­ti­di­enne régionale con­stitue la pre­mière famille de presse dif­fusée en France, suiv­ie de la presse mag­a­zine (32 %), de la presse quo­ti­di­enne nationale (17 %- puis de la presse quo­ti­di­enne du 7ème jour (6 %)[1]. Une ten­dance que l’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias présen­tait à l’occasion de son 34ème obser­va­toire de la presse et des médias du 25 avril 2024.

Une diffusion en recul presque partout

Avec 6 mil­lions d’exemplaires ven­dus en moyenne par paru­tion, les 52 titres de la presse quo­ti­di­enne régionale et du 7ème jour con­nais­sent un recul de 300 000 exem­plaires en moyenne par rap­port à l’année 2022. La presse heb­do­madaire a ven­du 3 mil­lions d’exemplaires de moins qu’en 2022, date à laque­lle elle avait enreg­istré 45 mil­lions de vente. De même, la presse mag­a­zine a dif­fusé 200 000 exem­plaires de moins qu’en 2022, pas­sant de 2,3 mil­lions d’exemplaires dif­fusés en France par jour con­tre 2,1 mil­lions. Enfin, la presse payante a enreg­istré une baisse d’un mil­lion d’exemplaires achetés par rap­port à l’année passée.

Dans ce paysage peu reluisant, quelques excep­tions con­nais­sent une hausse. La presse quo­ti­di­enne nationale a con­nu une aug­men­ta­tion de 1,6 % de sa dif­fu­sion par rap­port à 2022. De même, la presse du « tourisme, de l’hôtellerie, du voy­age et des col­lec­tiv­ités » con­naît une hausse de 6,1 % par rap­port à l’année 2022, hausse rel­a­tive puisque la dif­fu­sion totale ne s’élève qu’à 2,6 mil­lions d’exemplaire et que 52 % de cette dif­fu­sion est numérique. Enfin, la presse rel­a­tive à « l’actualité générale et sociétés » (Le Figaro Mag­a­zine, Le Monde diplo­ma­tique, Paris Match, Famille Chré­ti­enne…) a con­nu une évo­lu­tion de 2022 à 2023 de 1,8 %.

Visites individuelles : un bilan numérique plus contrasté

Si le nom­bre de vis­ites par jours sur les sites et appli­ca­tions de la presse quo­ti­di­enne régionale con­naît une hausse de 3 % en un an (24 mil­lions de vis­ites par jour), qu’il enreg­istre une hausse de 11,7 % de sa fréquen­ta­tion par rap­port à l’année 2022 pour la presse heb­do­madaire régionale, il est en recul pour la presse quo­ti­di­enne nationale (- 1 mil­lion de vis­ites par jours) ; pas­sant de 18,2 mil­lions de vis­ites à 16,9 mil­lions, la presse mag­a­zine perd égale­ment des vis­i­teurs, au même titre que la presse payante pro­fes­sion­nelle (de 422 000 à 407 000 visites).

Modalités de diffusion : quel bilan ?

En matière de répar­ti­tion de la dif­fu­sion payée, le portage con­stitue une part de 28 % (soit un peu moins de 685 mil­lions d’exemplaires), quand les ver­sions numériques indi­vidu­elles et le ventes indi­vidu­elles (en kiosque par exem­ple) représen­tent respec­tive­ment 24 % et 22 % de la part de dif­fu­sion. Vien­nent ensuite les abon­nements indi­vidu­els (18 % des parts de dif­fu­sion), les ventes par tiers.

Si les dif­férents volets de dif­fu­sion de la presse con­nais­sent un effon­drement glob­al, on con­state néan­moins une hausse de la dif­fu­sion en ver­sion numérique indi­vidu­elle. Pour la presse quo­ti­di­enne régionale, cette hausse abor­de les 16 % par rap­port à l’année 2022 et 19 % pour la presse quo­ti­di­enne du 7ème jour, con­tre 9 % pour la presse quo­ti­di­enne nationale et 13 % pour la presse mag­a­zine. Seule la presse dite « news » (qui com­prend Cour­ri­er Inter­na­tion­al, L’Express, Mar­i­anne, l’Obs, Le Point ou Valeurs actuelles) ne con­naît pas de pro­gres­sion en matière de dif­fu­sion numérique. En revanche, ce type de presse con­naît une hausse de 9 % de sa dif­fu­sion « par tiers et dif­férée » — soit, selon la déf­i­ni­tion de l’ACPM, « les exem­plaires mis à dis­po­si­tion sur un autre réseau » et « les inven­dus, remis dans le cir­cuit de dis­tri­b­u­tion et ven­dus à un prix qui n’est pas inférieur à 50 % du prix indiqué sur la pub­li­ca­tion pour l’acheteur final ». Une pro­gres­sion qui ne con­stitue donc pas une évo­lu­tion très opti­miste pour cette presse.

Notes

[1] La Tri­bune Dimanche n’a pas été prise en compte dans l’étude.