Accueil | Actualités | Médias | Crise d’ado tardive ? Matthieu Pigasse veut « mettre le feu »
Pub­lié le 9 décembre 2015 | Éti­quettes : , ,

Crise d’ado tardive ? Matthieu Pigasse veut « mettre le feu »

Il dirige la banque Lazare et possède des journaux bienpensants mais se rêve en révolutionnaire qui fait « vomir le bourgeois » – son client et son lecteur. Quand l’époque devient vraiment confuse…

Tycoon médiatique, propriétaire des Inrockuptibles, du Monde (avec Bergé et Niel), de L'Obs, de Radio Nova et du Huffington Post, le directeur de la banque Lazard qui ne cache pas ses visées expansionnistes dans les médias se lâche dans le numéro de décembre de GQ. Il y confie ses rêves sous l'étendard sang et charbon de la révolution.

Interrogé par le magazine branché sur ce qu’il lui reste encore à vivre, le milliardaire répond avec vivacité : "Honnêtement ? la révolution (...) ou l'insurrection, à défaut de la révolution" ! Sans imaginer une seule seconde qu’une véritable révolution le verrait suspendu à un lampadaire, notre banquier-révolutionnaire estime que "dans la vie, il faut mettre le feu". Et le voilà qui cite dans la foulée le Comité Invisible, auteur de L'Insurrection qui vient (2007) : "quand le pouvoir est dans le caniveau, il faut le piétiner". Il apprécie : "belle phrase !" Pas sûr, pourtant que les anarchistes dudit Comité invisible apprécient l’hommage du prédateur…

Pigasse en profite également pour faire état de tout le bien qu'il pense de ses lecteurs, puisqu'on peut difficilement estimer que le Huffington Post ou L'Obs s'adressent aux masses populaires et font grand cas des travailleurs. Paraphrasant Flaubert, il affirme en effet : "j'agis pour faire vomir le bourgeois". Et au passage, il en profite pour tenter de salir ce qu'il ne sera pour le coup jamais : "et je vomis l'aristocratie".

Le banquier richissime drapé dans l'étendard de la vertu révolutionnaire se pose en modèle : "je ne possède rien, car j'investis la totalité de mes actifs pour essayer de changer les choses. Je vis dans l'ascétisme". À 5 millions d'€ par an c'est un ascétisme qui ne prend pas grand-risque, bref un ascétisme somme toute très bourgeois…

Infographie : Matthieu Pigasse

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux