Accueil | Actualités | Médias | Crise à l’UMP : le CSA reste vigilant
Pub­lié le 1 décembre 2012 | Éti­quettes : ,

Crise à l’UMP : le CSA reste vigilant

Alors que la guerre bat son plein à l'UMP et que la couverture médiatique est importante, le CSA garde un oeil attentif sur la répartition des temps de parole.

En effet, hors campagne électorale, le temps de parole de l'opposition ne doit pas dépasser 50%. Or, lors d'évènements médiatiques comme les primaires de certains partis ou encore l'affaire DSK, celui-ci peut déborder, et même très largement. Christine Kelly, l'une des sages du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, explique au Figaro qu'en septembre 2011, lors de la primaire socialiste, « le temps de parole du PS était monté jusqu'à 180 %. C'est pourquoi nous avons mis en demeure cinq chaînes de télévision et trois radios ».

Concernant la très médiatique crise que traverse actuellement l'UMP, l'ancienne journaliste de LCI se veut confiante : « Nous sommes en contact quasi quotidien avec les patrons de chaînes et de radios. Le décompte du temps de parole s'effectue sur trois mois pour les JT et six mois pour les magazines. Autrement dit, nous ferons un premier bilan à fin novembre et les médias ont jusqu'au 31 décembre prochain pour rétablir l'équilibre. Il n'y a donc pas de raison de s'inquiéter. L'Affaire DSK avait duré trois mois, nous en sommes à six jours seulement pour l'UMP. »

Crédit photo : arnaud.pedersen via Flickr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This