Accueil | Actualités | Médias | Crise à l’UMP : le CSA reste vigilant
Pub­lié le 1 décembre 2012 | Éti­quettes : ,

Crise à l’UMP : le CSA reste vigilant

Alors que la guerre bat son plein à l'UMP et que la couverture médiatique est importante, le CSA garde un oeil attentif sur la répartition des temps de parole.

En effet, hors campagne électorale, le temps de parole de l'opposition ne doit pas dépasser 50%. Or, lors d'évènements médiatiques comme les primaires de certains partis ou encore l'affaire DSK, celui-ci peut déborder, et même très largement. Christine Kelly, l'une des sages du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, explique au Figaro qu'en septembre 2011, lors de la primaire socialiste, « le temps de parole du PS était monté jusqu'à 180 %. C'est pourquoi nous avons mis en demeure cinq chaînes de télévision et trois radios ».

Concernant la très médiatique crise que traverse actuellement l'UMP, l'ancienne journaliste de LCI se veut confiante : « Nous sommes en contact quasi quotidien avec les patrons de chaînes et de radios. Le décompte du temps de parole s'effectue sur trois mois pour les JT et six mois pour les magazines. Autrement dit, nous ferons un premier bilan à fin novembre et les médias ont jusqu'au 31 décembre prochain pour rétablir l'équilibre. Il n'y a donc pas de raison de s'inquiéter. L'Affaire DSK avait duré trois mois, nous en sommes à six jours seulement pour l'UMP. »

Crédit photo : arnaud.pedersen via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This