Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Coup de pouce » du gouvernement à la presse : le grand flou 

6 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | « Coup de pouce » du gouvernement à la presse : le grand flou 

« Coup de pouce » du gouvernement à la presse : le grand flou 

Mardi 30 juin 2020, les députés ont accepté un amendement gouvernemental destiné à soutenir la presse écrite. Mais quelle presse écrite ? Telle est la question.

L’agonie (rel­a­tive) de la presse écrite fait par­tie des sujets qui revi­en­nent régulière­ment à la sur­face. Si elle était déjà bien mal en point, la crise san­i­taire lui a porté un nou­veau coup : qu’on pense par exem­ple au titre région­al Paris-Nor­mandie placé en liq­ui­da­tion judi­ci­aire en avril 2020 et repris ensuite par le groupe Rossel.

La fail­lite du dis­trib­u­teur Presstal­is n’a pas non plus arrangé les choses. Selon la chaîne d’informations LCI, des titres comme Le Monde ou Le Parisien auraient ain­si per­du respec­tive­ment 13 mil­lions et 5 mil­lions d’euros.

50 € d’avantage fiscal

C’est dans ce con­texte qu’un amende­ment a été ajouté au pro­jet de la loi de finances rec­ti­fica­tive pour 2020 (PLFR 3) ; ce dernier met en place, pour les par­ti­c­uliers, un « crédit d’impôt pour le pre­mier abon­nement à un jour­nal, à une pub­li­ca­tion péri­odique ou à un ser­vice de presse en ligne d’information poli­tique et générale ». La mesure ne sera pos­si­ble qu’une seule fois pour un même foy­er fis­cal (le crédit d’impôt sera d’ailleurs réservé aux foy­ers ayant un revenu fis­cal inférieur à 24 000 euros — le gou­verne­ment avait ini­tiale­ment prévu 10 000 euros), dans le cas d’un pre­mier abon­nement d’un min­i­mum de douze mois. Le sou­tien financier représen­tera 50% des dépens­es effec­tives, et avec un pla­fond de 50€.

Un dispositif pérenne jusqu’en 2022

Tout ceci, il faut le pré­cis­er, jusqu’au 31 décem­bre 2022, année des élec­tions prési­den­tielles : une façon pour Emmanuel Macron de s’attacher le monde du jour­nal­isme ? La secré­taire d’État à l’Économie Agnès Pan­nier-Runach­er n’a pas man­qué de soulign­er qu’il s’agissait d’un  « engage­ment du prési­dent de la République en direc­tion de la presse, secteur qui souf­fre énor­mé­ment et qui n’a pas for­cé­ment béné­fi­cié de toutes les aides » récem­ment. Il serait temps de s’en ren­dre compte. Cer­tains députés se sont d’ailleurs mon­trés dubi­tat­ifs. Pour le cen­triste Charles de Cour­son, il s’agit d’une sim­ple manœu­vre des­tinée à « faire croire qu’on sou­tient la presse ».

Surtout, on aimerait en savoir un peu plus sur la façon dont seront déter­minés les titres éli­gi­bles : « titres d’information poli­tique et générale »… la for­mule fait bel effet, sans pour autant être très claire. On craint que les grands se trou­vent ren­for­cés dans leur avance, et que les autres con­tin­u­ent de se débat­tre, s’ils en ont la force. En tous les cas, on appréciera la con­no­ta­tion mélo­dra­ma­tique du titre du Cap­i­tal sur le sujet : « Les députés volent au sec­ours de la presse »…

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).