Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Clashs en série sur les plateaux de France Inter et de C8

12 novembre 2022

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Clashs en série sur les plateaux de France Inter et de C8

Clashs en série sur les plateaux de France Inter et de C8

12 novembre 2022

Temps de lecture : 5 minutes

Les plus anciens se souviennent du formalisme souvent pesant de la communication des responsables politiques du temps de l’O.R.T.F.  jusque dans les années 1970. Les temps et les codes ont bien changé : le “clash” s’invite désormais fréquemment lors d’émissions de radio ou de télévision auxquelles des femmes et des hommes politiques sont invités. Nous revenons sur des passes d’armes intervenues récemment lors du journal du matin de France Inter et de l’émission Face à baba animée par Cyril Hanouna sur C8.

Exercice de repentance pour l’invitée du « 7h50 » sur France Inter

Le 26 octo­bre, Mar­i­on Maréchal était l’invitée du « 7h50 » sur France Inter ani­mé par Léa Salamé. Après avoir posé des ques­tions sur dif­férents sujets d’actualité, la jour­nal­iste embraye sur ce qu’il faut désor­mais appel­er l’affaire Lola:

« On vous a beau­coup enten­du autour du ter­ri­ble meurtre de la jeune Lola, avant même qu’elle ne soit enter­rée, et con­tre l’avis de ses par­ents, vous avez organ­isé une man­i­fes­ta­tion où l’on voy­ait des pho­tos de Lola, votre par­ti Recon­quête a acheté des noms de domaine inter­net avec le nom de Lola, à tel point que les par­ents de Lola ont demandé que soit retiré toute util­i­sa­tion du nom de Lola, l’image de leur enfant à des fins poli­tiques. (…) Jean pierre Elk­a­b­bach avait posé cette ques­tion en 2015 à Marine Le Pen, je vous la repose Mar­i­on Maréchal, n’avez-vous pas honte ? ».

Sans se démon­ter, Mar­i­on Maréchal répond :

« Et vous, ne vous êtes-vous pas trompée de per­son­ne, ne devriez-vous pas pos­er cette ques­tion à Gérald Dar­manin, parce que celui qui devrait avoir honte aujourd’hui, c’est le min­istre de l’intérieur qui indi­recte­ment dans ce drame porte quand même une respon­s­abil­ité, à savoir quand même que le droit français n’a pas été cor­recte­ment respec­té, et qu’une femme qui était illé­gale­ment sur le ter­ri­toire français, frap­pée d’une oblig­a­tion de quit­ter le ter­ri­toire se trou­vait au moment du drame sur le ter­ri­toire français en toute illé­gal­ité et a pu com­met­tre l’acte atroce que nous con­nais­sons ».

Exercice de repentance

Léa Salamé inter­rompt Mar­i­on Mar­chal en insis­tant : « avant qu’elle soit enter­rée, vous êtes mère de famille ? »

Mar­i­on Maréchal pour­suit le fil de son raisonnement :

« et je suis d’autant plus choquée de Gérald Dar­manin que non seule­ment il n’a pas honte, mais de sur­croit il crache aux yeux de ceux dont je fais par­tie, qui ont ten­té de met­tre la lumière sur cette affaire, parce que s’il n’y avait pas eu des gens comme les mem­bres de Recon­quête et d’autres d’ailleurs, pour met­tre une pres­sion sur le gou­verne­ment, faire par­ler de ce sujet en dépit de l’injonction au silence, eh bien, ça n’aurait été qu’une ligne de faits divers sup­plé­men­taire, dans la presse locale ou la presse nationale (…). En tant que citoyen et en tant que mère de famille de 2 petites filles, mer­ci de me le rap­pel­er, je n’ai pas envie que ce drame se repro­duise et il est de mon devoir non seule­ment de mère mais aus­si de respon­s­able poli­tique de dénon­cer ce drame et de deman­der des répons­es et de point­er des respon­s­abil­ités, et aus­si c’est vrai, parce que nous avions besoin face à cette émo­tion et cette colère de nous rassem­bler en tant que citoyens, nous l’avons fait à Paris en toute dig­nité, et par­don , et en toute dis­cré­tion comme l’ont fait des mil­liers de Français (..) ».

Mar­i­on Maréchal abor­de ensuite l’achat d’un nom de domaine inter­net avec le nom de Lola :

« Moi j’ai trou­vé que c’était mal­adroit, néan­moins cela par­ticipe d’une très bonne inten­tion, que vous le vouliez ou nom, à savoir que tous les noms des rassem­ble­ments en France soient com­pilés sur une même page et per­me­tte aux Français de se mobilis­er un max­i­mum, je ne vois pas ce qu’il y a d’indécent à cela, je vous le dis franche­ment. Je ne crois pas qu’il y ait quoi que soit à regret­ter parce que cette pres­sion poli­tique a abouti à ce que le gou­verne­ment et notam­ment Gérald Dar­manin annon­cent que doré­na­vant les per­son­nes de nation­al­ité étrangère qui com­met­tent des crimes sur le ter­ri­toire français soient expul­sés ».

Quoi que l’on pense de l’achat de nom de domaine avec le prénom de Lola dans la péri­ode du deuil de la famille, ce qui n’est pas l’élément cen­tral du sujet, force est de con­stater que Léa Salamé a choisi d’aborder le meurtre de la jeune fille sous l’angle d’une sup­posée « récupéra­tion » poli­tique, ce qui a été un leit motiv dans les rangs de la gauche pen­dant plusieurs jours. Lors de l’interview, le prob­lème que pose la présence irrégulière sur le sol français de l’agresseur n’aura finale­ment été évo­qué que par Mar­i­on Maréchal.

Voir aus­si : Léa Salamé, portrait

La pos­ture de Léa Salamé cher­chant à faire recon­naitre à Mar­i­on Maréchal de la honte a été proche de celle du con­fesseur. Le reg­istre lex­i­cal util­isé inter­pelle égale­ment : on n’est plus dans les affaires de la cité mais dans le domaine de la morale.

Il est vrai que Léa Salamé n’en est pas à sa pre­mière. Par­mi les épisodes les plus mémorables, le 19 sep­tem­bre 2015, elle inter­pel­lait Michel Onfray dans l’émission « On n’est pas couché » pour ne pas avoir dit claire­ment après la médi­ati­sa­tion de la mort du jeune Alan Kur­di sur une plage turque qu’« il faut accueil­lir les migrants ». Une nou­velle fois, tant ses paroles que sa gestuelle cachaient mal ses con­vic­tions per­son­nelles. Pas ques­tion de récupéra­tion à l’époque…

Michel Onfray avait dévelop­pé peu après de façon apaisée ses argu­ments sur le sujet dans une inter­view don­née au Figaro au titre explicite : « on crim­i­nalise la moin­dre inter­ro­ga­tion sur les migrants ».

La récente con­tro­verse autour des pro­pos du député Gré­goire de Four­nas au par­lement sem­ble en être une nou­velle confirmation.

Face à Baba, autre ambiance

Autre plateau, autre ambiance sur C8 lors de Face à Baba. A l’occasion de la présence le 21 octo­bre de Gérald Dar­manin à l’émission que Cyril Hanouna ani­me, un échange entre la jour­nal­iste du Média Nadiya Laz­zouni et le min­istre de l’intérieur était organisé.

Nadiya Laz­zouni prend appui sur une déc­la­ra­tion passée attribuée à Gérald Dar­manin sur l’islam, qui serait « un prob­lème » pour lui dire : « Moi ce que je pense c’est que c’est la con­cep­tion vio­lente de votre poli­tique qui est un prob­lème ».

Gérald Dar­manin récuse la pater­nité de la cita­tion qui lui est attribuée et men­ace : « si vous ne retirez pas ces pro­pos je vous atta­que­rai en diffama­tion ».

Puis Gérald Dar­manin cri­tique la com­para­i­son faite par Nadiya Laz­zouni entre ce qui se passe en Iran et ce qui se passe en France : « La poli­tique qui est menée ici en France, c’est exacte­ment le pen­dant de l’Iran ». Nadiya Laz­zouni s’explique : « je ne par­le pas des actes, je par­le du raison­nement. (…) ».

Puis réagis­sant aux cri­tiques de Gérald Dar­manin, : « je peux aus­si peut-être vous atta­quer pour diffama­tion. Vous trav­es­tis­sez mon pro­pos Mon­sieur Darmanin ». 

L’avenir dira si ce débat entre le min­istre de l’intérieur et la jour­nal­iste du Média va finale­ment se ter­min­er au tri­bunal. D’autres suites judi­ci­aires pour­raient suiv­re. En effet, des per­son­nal­ités ont réa­gi sur Twit­ter aux échanges ten­dus lors de Face à baba, notam­ment Nadine Mora­no, l’imam Has­san Chal­ghou­mi et Gilles Pla­tret, un maire mem­bre des LR.

Nadiya Laz­zouni a assem­blé leurs réac­tions dans un Tweet. Sur Insta­gram elle annonce :

« Je vous remer­cie d”avoir mas­sive­ment dénon­cé les insultes de per­son­nes publiques qui, man­i­feste­ment, se pensent au-dessus des lois. J’ai con­fié le soin à mon avo­cate @me_hassairy de dépos­er plainte con­tre Nadine Mora­no, Has­san Chal­ghou­mi et Gilles Pla­tret pour diffama­tion et injure publique, et Albert Nol­let de Riposte laïque pour diffama­tion, injure publique, inci­ta­tion à la haine raciale et à la dis­crim­i­na­tion. Ensem­ble, ils ont con­tribué à nour­rir la vaste cam­pagne raciste et de dén­i­gre­ment qui a débuté il y a 10 jrs. L’adresse de mon domi­cile a de nou­veau été pub­liée. Il faut croire que les sou­tiens de notre min­istre de l’in­térieur ont un sérieux prob­lème avec la lib­erté d’ex­pres­sion et le débat con­tra­dic­toire. Vous con­staterez ain­si que l’ex Secré­taire d’É­tat chargée de l’É­gal­ité entre les femmes et les hommes et de la Lutte con­tre les dis­crim­i­na­tions approu­ve, par son ” like “, des pro­pos con­sti­tu­tifs d’in­frac­tion pénale. (…)».

Ces deux joutes ver­bales sont un nou­v­el exem­ple du change­ment au fil des années de la com­mu­ni­ca­tion des respon­s­ables poli­tiques. Autre­fois organ­isée dans la ver­ti­cal­ité et lim­itée à des échanges avec les jour­nal­istes où chaque mot était pesé, cette com­mu­ni­ca­tion se déploie dans des émis­sions d’info­tain­ment, où sont organ­isés des échanges ver­baux sur le vif, par­fois dans un reg­istre émo­tion­nel. La course à l’audimat n’est jamais loin. Dans ce con­texte, sur les plateaux, les stu­dios ou sur les réseaux soci­aux, la recherche de la phrase qui fait mouche est fréquente. Au point par­fois de finir sur le bureau du pro­cureur ou au tri­bunal. Signe égale­ment de la judi­cia­ri­sa­tion de la société, qu’avait en son temps déjà pressen­ti le défunt et regret­té Philippe Muray. Ambiance, ambiance…

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés