Accueil | Actualités | Médias | Quand Stéphane Bern se lâche sur Pascale Clark
Pub­lié le 10 septembre 2013 | Éti­quettes : , , , , ,

Quand Stéphane Bern se lâche sur Pascale Clark

Deux ans après avoir quitté France Inter – où il a animé l’émission « Le fou du roi » pendant 11 ans – pour RTL, Stéphane Bern s’est laissé aller à quelques révélations au sujet de son ex-collègue, Pascale Clark.

Sur le plateau de « C à vous », le spécialiste des têtes couronnées d’Europe a confié, à propos de Pascale Clark, qu’il n’aimait pas « les donneuses de leçons ». « Je me fais insulter en permanence sur France Inter par Pascale Clark », a-t-il ajouté avant d’expliciter sa rancœur : « J'ai fait une réflexion il y a peu de temps sur les jeunes ou la fiscalité... Elle a dit que j'étais un mauvais citoyen parce que j'étais luxembourgeois et que je ne payais forcément pas mes impôts en France. Or, je suis bien luxembourgeois mais je paye mes impôts en France et je le fais avec plaisir. »

Répondant à Anne-Sophie Lapix, Stéphane Bern a dit tout le bien qu’il pensait de sa confrère : « Elle est sèche. Elle est frustrée, je ne sais pas, elle ne m'a jamais aimé. C'est son droit d'ailleurs ! Vous savez, je suis aussi parti de France Inter à cause d'elle, elle ne m'a jamais dit bonjour pendant onze ans. Chaque matin, je lui disais bonjour, elle ne me saluait jamais. »

Et celui-ci de conclure : « Je dis les choses franchement, c'est quelqu'un que je n'aime pas et qui ne m'aime pas, ça arrive ! Elle est très donneuse de leçons à la terre entière. » C’est dit.

Crédit photo : capture d'écran vidéo Albin Michel via Youtube

Voir aussi : portraits de Stéphane Bern et de Pascal Clark

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

0% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 0€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux