Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Brexit : Bruno Donnet dénonce le « prosélytisme journalistique »

13 août 2016

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Brexit : Bruno Donnet dénonce le « prosélytisme journalistique »

Brexit : Bruno Donnet dénonce le « prosélytisme journalistique »

[Pre­mière dif­fu­sion le 1er juil­let 2016] Red­if­fu­sions esti­vales 2016

Dans sa chronique du 27 juin 2016 sur France Inter, Bruno Donnet est revenu sur le traitement médiatique du Brexit par les médias français, un traitement qu’il juge totalement partial.

Après le référen­dum bri­tan­nique pour la sor­tie de l’U­nion Européenne, rem­porté par le camp du « Leave », l’élite médi­a­tique s’est réveil­lée avec une sérieuse gueule de bois. Lui même pro-européen, Bruno Don­net n’a pour autant pas pu pass­er à côté d’un con­stat évi­dent : le prosé­lytisme rég­nait. En regar­dant les JT de la mi-journée de TF1, France 2 et France 3, l’édi­to­ri­al­iste a révélé un traite­ment par­ti­c­ulière­ment déséquili­bré.

Sur toutes les chaînes, un vocab­u­laire cat­a­strophiste, des témoignages d’Anglais médusés, assom­més. Bien-sûr, quelques Anglais heureux de ce résul­tat ont eu la parole, mais de façon tout à fait minori­taire. En résumé, les rédac­tions ont, ce jour-là, voulu traduire leur pro­pre effare­ment en optant pour un angle dra­ma­tique.

Pour Bruno Don­net, appar­tenant à la fois au milieu jour­nal­is­tique comme au camp des européistes, cet épisode mon­tre que « con­traire­ment à ceux qui les écoutent, à la pop­u­la­tion qui est extrême­ment partagée sur la ques­tion européenne (…), ceux qui fab­riquent l’in­for­ma­tion, les jour­nal­istes, sont très majori­taire­ment pro-européens. Ce faisant, ils sont esclaves de leurs émo­tions et c’est ain­si qu’ils véhicu­lent, à grandes longueurs d’an­tenne, un dis­cours qui est de plus en plus éloigné de ce que pense au moins la moitié, peut-être plus, de ceux qui les écoutent. »

Et l’édi­to­ri­al­iste de con­clure en jugeant que cela « pose le prob­lème de la représen­ta­tiv­ité de ceux qui trans­met­tent à un audi­toire auquel ils ressem­blent de moins en moins ».

Vidéo

Voir aussi

Notre dossier sur les réac­tions médi­a­tiques au Brex­it.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision