Accueil | Actualités | Médias | Brexit : Bruno Donnet dénonce le « prosélytisme journalistique »
Pub­lié le 13 août 2016 | Éti­quettes : , ,

Brexit : Bruno Donnet dénonce le « prosélytisme journalistique »

[Première diffusion le 1er juillet 2016] Rediffusions estivales 2016

Dans sa chronique du 27 juin 2016 sur France Inter, Bruno Donnet est revenu sur le traitement médiatique du Brexit par les médias français, un traitement qu'il juge totalement partial.

Après le référendum britannique pour la sortie de l'Union Européenne, remporté par le camp du « Leave », l'élite médiatique s'est réveillée avec une sérieuse gueule de bois. Lui même pro-européen, Bruno Donnet n'a pour autant pas pu passer à côté d'un constat évident : le prosélytisme régnait. En regardant les JT de la mi-journée de TF1, France 2 et France 3, l'éditorialiste a révélé un traitement particulièrement déséquilibré.

Sur toutes les chaînes, un vocabulaire catastrophiste, des témoignages d'Anglais médusés, assommés. Bien-sûr, quelques Anglais heureux de ce résultat ont eu la parole, mais de façon tout à fait minoritaire. En résumé, les rédactions ont, ce jour-là, voulu traduire leur propre effarement en optant pour un angle dramatique.

Pour Bruno Donnet, appartenant à la fois au milieu journalistique comme au camp des européistes, cet épisode montre que « contrairement à ceux qui les écoutent, à la population qui est extrêmement partagée sur la question européenne (...), ceux qui fabriquent l'information, les journalistes, sont très majoritairement pro-européens. Ce faisant, ils sont esclaves de leurs émotions et c'est ainsi qu'ils véhiculent, à grandes longueurs d'antenne, un discours qui est de plus en plus éloigné de ce que pense au moins la moitié, peut-être plus, de ceux qui les écoutent. »

Et l'éditorialiste de conclure en jugeant que cela « pose le problème de la représentativité de ceux qui transmettent à un auditoire auquel ils ressemblent de moins en moins ».

Vidéo

Voir aussi

Notre dossier sur les réactions médiatiques au Brexit.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux