Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Ingérence étrangère à BFMTV : Rachid M’Barki écarté de l’antenne

6 février 2023

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Ingérence étrangère à BFMTV : Rachid M’Barki écarté de l’antenne

Ingérence étrangère à BFMTV : Rachid M’Barki écarté de l’antenne

Temps de lecture : 2 minutes

Pour le mot ingérence, notre Littré (édition de 1874) donne pour exemple « l’ingérence toujours fâcheuse de l’État dans les propriétés privées », un exemple qui s’applique parfaitement à l’affaire qui secoue BFMTV.

Le Maroc au centre de l’affaire

Et plus pré­cisé­ment le Sahara Occi­den­tal inté­gré de fait au Maroc mais revendiqué par le Polis­ario soutenu par l’Algérie. En cause une émis­sion du 22 juin 2022 lors du jour­nal de nuit de BFM, dif­fu­sant les images d’un forum d’affaires Maroc-Espagne, juste­ment tenu au Sahara Occidental.

Rien de répréhen­si­ble en soi, mais le reportage dif­fusé par le respon­s­able du jour­nal de nuit Rachid M’Barki n’a pas suivi les voies habituelles (via la rédac­tion en chef) et sem­ble soutenir implicite­ment le Maroc. Les com­mu­ni­cants maro­cains et les réseaux soci­aux iront d’ailleurs en ce sens en citant mas­sive­ment l’émission.

Éléments de langage

Le reportage reprend les élé­ments de lan­gage du forum, un forum qui appa­raît plutôt fan­tô­ma­tique et avec une présence espag­nole plus que dis­crète. D’autres reportages plus ou moins téléguidés pour­raient être con­cernés par l’enquête dont un con­cer­nant le Soudan.

Le directeur de BFMTV Marc-Olivi­er Fogiel a con­fir­mé que

« une enquête interne a effec­tive­ment été lancée il y a plus de deux semaines à la suite d’informations reçues con­cer­nant un jour­nal­iste». Il ajoute «nous ne pou­vons tolér­er aucun début de soupçons sur le tra­vail de BFM et de ses 300 jour­nal­istes. Nous pren­drons donc toutes les mesures juridiques, judi­ci­aires, indi­vidu­elles et d’organisation selon les con­clu­sions de cette enquête ».

Rachid M’Barki de son côté proteste de son inno­cence mais a été écarté de l’antenne dès le 12 jan­vi­er 2023 en atten­dant les résul­tats de l’enquête.

Voir aus­si : Rachid M’Barki, portrait