L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’assassinat du maire de Gdańsk, infox en Pologne et en France

2 février 2019

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Veille médias | L’assassinat du maire de Gdańsk, infox en Pologne et en France

L’assassinat du maire de Gdańsk, infox en Pologne et en France

2 février 2019

Temps de lecture : 7 minutes

L’agression à l’arme blanche du maire de Gdańsk, le libéral Paweł Adamowicz, sur la scène d’un concert caritatif le 13 janvier 2019 et son décès le lendemain des suites de ses blessures a été l’occasion pour certains médias libéraux-libertaires et de gauche de s’en prendre à un « climat de haine » que les conservateurs du PiS auraient généré depuis leur arrivée au pouvoir il y a trois ans.

Télévision publique accusée par l’opposition

La télévi­sion publique TVP reprise en main par le PiS début 2016 s’est aus­si retrou­vée dans la ligne de mire de ces médias, qu’ils soient polon­ais ou européens. Elle aurait, par ses attaques inces­santes con­tre l’opposition libérale et notam­ment con­tre la Plate­forme civique (PO) et con­tre le maire Paweł Adamow­icz, directe­ment inspiré le tueur. Celui-ci, con­damné à une peine de cinq ans de prison en 2013 pour des hold-ups con­tre plusieurs ban­ques, aurait nour­ri sa haine de la Plate­forme civique alors au pou­voir par les rap­pels inces­sants des affaires de cor­rup­tion de la PO pen­dant les infor­ma­tions de TVP, seule chaîne que les pris­on­niers auraient le droit de regarder. Si le tueur sor­ti de prison en décem­bre 2018 après avoir purgé sa peine était soigné pour des prob­lèmes de schiz­o­phrénie para­noïde, il n’aurait sans doute jamais com­mis son ter­ri­ble geste sans la pro­pa­gande anti-PO de la télévi­sion publique souligne l’opposition polon­aise reprise par cer­tains médias à l’étranger.

Infox de Gazeta Wyborcza reprise en France

Une pré­ci­sion s’impose ici : Paweł Adamow­icz avait sus­pendu son adhé­sion à la PO qui lui avait préféré un autre can­di­dat au pre­mier tour des élec­tions munic­i­pales d’octobre dernier, juste­ment en rai­son des accu­sa­tions de cor­rup­tion qui pesaient sur lui. L’acte d’accusation du par­quet, con­cer­nant des omis­sions impor­tantes sur ses déc­la­ra­tions de pat­ri­moines, date de mars 2015, et donc d’avant l’arrivée au pou­voir du PiS. Deux­ième pré­ci­sion : l’histoire de TVP qui serait la seule chaîne de télévi­sion regardée dans les pris­ons est une fake news lancée sur Twit­ter par un jour­nal­iste du jour­nal libéral-lib­er­taire anti-PiS Gaze­ta Wybor­cza, un cer­tain Woj­ciech Czuch­nows­ki. Ce bobard a été démen­ti dès le lende­main par l’autorité en charge des pris­ons qui a pub­lié la liste des chaînes de télévi­sion acces­si­bles aux pen­sion­naires du cen­tre péni­ten­ti­aire de Mal­bork où était incar­céré le tueur du maire de Gdańsk, et par­mi lesquelles on trou­ve aus­si les chaînes privées anti-PiS Pol­sat et TVN. Ce bobard a été repris par plusieurs médias polon­ais et inter­na­tionaux, comme par exem­ple Le Figaro.

Deux poids deux mesures

Out­re les fauss­es nou­velles accom­pa­g­nant la cou­ver­ture médi­a­tique de cet assas­si­nat par les grands médias, ce qui frappe, c’est le deux poids deux mesures. Pour s’en ren­dre compte, il suf­fit de com­par­er cette nou­velle tragédie au meurtre d’un assis­tant par­lemen­taire du PiS à Łódź en 2010 (voir infra). Alors que les moti­va­tions réelles de Ste­fan W., l’assassin d’Adamowicz, sont encore à con­firmer par les enquê­teurs et alors que l’on sait déjà avec cer­ti­tude qu’il souf­frait de trou­bles men­taux (schiz­o­phrénie para­noïde), le PiS et la télévi­sion publique ont immé­di­ate­ment été ren­dus respon­s­ables par plusieurs médias, soit directe­ment, soit en ten­dant le micro à cer­tains dirigeants de l’opposition libérale qui soute­naient cette thèse. Les exem­ples sont nom­breux, et l’on ne pour­rait les citer tous ici. Par­mi eux, il y a eu le rédac­teur-en-chef de Gaze­ta Wybor­cza, Jarosław Kurs­ki, repris dans l’article du Figaro cité plus haut, qui a pub­lié un édi­to­r­i­al en ce sens le lende­main de la mort du maire, sous le titre « La mort de Paweł Adamow­icz. La haine ense­mencée finit tôt ou tard par don­ner une récolte ». Il y a eu encore la cor­re­spon­dante du jour­nal anglais The Guardian, Aga­ta Pyzik, qui a immé­di­ate­ment qual­i­fié sur Twit­ter ce crime de « pre­mier meurtre d’un politi­cien motivé par une haine idéologique » com­mis par un « gang­ster sym­pa­thisant avec l’extrême droite ». On sup­pose ici que « l’extrême droite », ce serait le PiS, puisqu’aucun lien du tueur avec des groupes nation­al­istes n’a été établi ni même aucune sym­pa­thie par­ti­c­ulière pour ce genre de groupes. C’est con­fir­mé plus loin dans la dis­cus­sion provo­quée par ce tweet, quand la jour­nal­iste par­le de la Pologne comme étant gou­vernée par l’extrême droite.

Par­mi les lead­ers de la Plate­forme civique (PO) qui ont mal­gré tout rapi­de­ment imputé le crime com­mis à Gdańsk au PiS et aux médias publics, il y a eu Elż­bi­eta Bieńkows­ka, anci­enne min­istre de Don­ald Tusk aujourd’hui com­mis­saire européenne pour le Marché intérieur et les ser­vices. Dans un entre­tien avec le média anti-PiS OKO.press, elle a insisté sur le fait qu’il s’agissait d’un meurtre poli­tique causé par l’action du PiS et elle a expliqué avoir dit à ses col­lègues à Brux­elles que cela fai­sait trois ans qu’elle craig­nait qu’une telle chose survi­enne en Pologne. Autre exem­ple : le Finan­cial Times, dans un arti­cle inti­t­ulé « Le meurtre trag­ique de Gdan­sk est un aver­tisse­ment pour l’Europe », a estimé que le PiS, et unique­ment lui, devait chang­er de rhé­torique et que la Pologne d’aujourd’hui serait « un exem­ple par­mi d’autres du fos­sé qui se creuse en Europe entre le libéral­isme tolérant et le nation­al­isme con­ser­va­teur ».

Un libéralisme intolérant

Mais puisqu’il est ques­tion de « pre­mier » meurtre motivé idéologique­ment, Mme Pyzik a vis­i­ble­ment « oublié » le meurtre de Marek Rosi­ak, assis­tant par­lemen­taire du PiS, en 2010, par un tueur dont la respon­s­abil­ité totale au moment des faits et les moti­va­tions pure­ment poli­tiques ont été recon­nues par la jus­tice. Le meur­tri­er, Ryszard Cyba, ancien adhérent de la Plate­forme civique (d’avril 2004 à jan­vi­er 2006) a fait irrup­tion le 19 octo­bre 2010 dans la per­ma­nence de Łódź de Janusz Woj­ciechows­ki, député au Par­lement européen du PiS, avec la volon­té d’y tuer des mem­bres du par­ti au seul motif de leur appar­te­nance poli­tique et faute d’avoir la pos­si­bil­ité de vis­er plus haut : il a ensuite crié aux policiers qui l’embarquaient avoir voulu tuer Jarosław Kaczyńs­ki qu’il haïs­sait. L’enquête a mon­tré qu’il souhaitait aus­si tuer au moins deux autres lead­ers de ce par­ti (Jacek Kurs­ki, l’actuel prési­dent de la télévi­sion publique, et Zbig­niew Zio­bro, actuel min­istre de la Jus­tice, les deux étant à l’époque députés au Par­lement européen). Son attaque a fait un mort à par arme à feu et un blessé grave à l’arme blanche par­mi les per­son­nes présentes à la per­ma­nence de député. Seule l’intervention rapi­de d’un polici­er munic­i­pal alerté par le bruit a per­mis d’éviter un car­nage. La jus­tice polon­aise, en le con­damnant à per­pé­tu­ité en décem­bre 2011, a estimé que le tueur de l’assistant par­lemen­taire Marek Rosi­ak, était pleine­ment respon­s­able de ses actes, qu’il avait agi par haine poli­tique et qu’il avait été influ­encé par les médias (déjà très polar­isés à l’époque, notam­ment dans le con­texte de la cat­a­stro­phe de Smolen­sk dans laque­lle le prési­dent Lech Kaczyńs­ki avait per­du la mort avec 95 autres per­son­nes). À l’époque, Gaze­ta Wybor­cza et les médias libéraux avaient eu plutôt ten­dance à rel­a­tivis­er la moti­va­tion poli­tique du tueur, cher­chant au con­traire à le décrire comme un déséquili­bré qui aurait pu vis­er n’importe qui, comme dans cet arti­cle pub­lié deux jours après l’attentat. Tout le con­traire de l’attitude adop­tée par ces mêmes médias après le meurtre du maire de Gdańsk, donc.

Gazeta Wyborcza et les discours de haine

Et pour cause ! Le jour­nal n’était pas pour rien dans le « cli­mat de haine » dévelop­pé à l’époque con­tre l’opposition con­ser­va­trice. Ain­si, une semaine avant le crime de Ryszard Cyba, voici ce qu’on pou­vait lire sur le leader du PiS, frère jumeau du prési­dent défunt, dans Gaze­ta Wybor­cza, dans un arti­cle inti­t­ulé « Les vrais Polon­ais sont de retour », à pro­pos des man­i­fes­ta­tions de l’opposition devant le Palais prési­den­tiel à Varso­vie con­tre la manière dont était menée l’enquête sur la cat­a­stro­phe de Smolen­sk. En-tête, l’article de Tomasz Wołek est résumé ain­si : « Il ne reste plus à Kaczyński qu’à compter sur une crise, des émeutes, une désta­bil­i­sa­tion, et même la dis­lo­ca­tion de l’État. Sur une sorte de guerre civile. » Suit une descrip­tion du retour des « Vrais Polon­ais » évo­quant une marche de SA du début des années 30 en Alle­magne. L’auteur explique entre autres choses que c’est Jarosław Kaczyńs­ki qui a per­mis aux « Vrais Polon­ais » de sor­tir de l’ombre, où ils res­pi­raient seuls les « vapeurs de leur idéolo­gie empoi­son­née », s’abreuvant de lec­tures anti­sémites, etc. etc. Et les voilà qui, der­rière Kaczyńs­ki, enta­ment une marche tri­om­phale vers le pou­voir. » « Kaczyńs­ki s’est lancé dans un jeu qui fait courir à la Pologne un dan­ger mor­tel », pour­suiv­ait le jour­nal­iste, « il a piét­iné et retourné à 180° les principes élé­men­taires de la poli­tique démoc­ra­tique. (…) Il suit cette voie avec une déter­mi­na­tion enragée, sans pren­dre garde aux con­séquences. Il sem­ble prêt à met­tre le feu à la Pologne pour attein­dre son but. Il est déjà par­venu à divis­er la société, à sus­citer l’agressivité, à faire renaître une ambiance proche de l’atmosphère explo­sive des années 20 et 30. » Etc.

Ces « Vrais Polon­ais » dont par­lait le jour­nal­iste pour com­par­er Kaczyńs­ki à une sorte de nou­v­el Hitler prove­naient d’une phrase imputée quelques jours plus tôt au leader con­ser­va­teur C’est une jour­nal­iste de la télévi­sion TVN (aus­si vio­lem­ment hos­tile au PiS que Gaze­ta Wybor­cza) qui l’avait mis dans la bouche de Jarosław Kaczyńs­ki, pen­dant les infor­ma­tions du soir (les plus regardées). Mais cette phrase était inven­tée de toutes pièces, ce que la télévi­sion TVN avait ensuite expliqué par une erreur due à la mau­vaise qual­ité de l’enregistrement. Avant le démen­ti de TVN cette phrase avait été déjà large­ment com­men­tée et dénon­cée par plusieurs lead­ers de la Plate­forme civique, qui gou­ver­nait alors la Pologne. Après le démen­ti cette expres­sion de « Vrais Polon­ais » a con­tin­ué d’être imputée à Kaczyńs­ki et l’est jusqu’à aujourd’hui. C’était ain­si le cas, par exem­ple, dans l’article de Wołek pub­lié dans Gaze­ta Wybor­cza le 13 octo­bre 2010 alors que le démen­ti de TVN avait déjà été relayé et expliqué dans tous les grands médias, comme ici la veille de l’article de Wołek sur le site de la radio Tok FM (qui appar­tient au même groupe médi­a­tique, Ago­ra, que Gaze­ta Wybor­cza et qui a ses locaux dans le même immeuble).

Entre la télévi­sion publique TVP qui rap­pelait à chaque fois qu’elle le pou­vait, jusqu’à l’exagération, les accu­sa­tions de cor­rup­tion et d’enrichissement indu pesant sur le maire de Gdańsk et les médias Gaze­ta Wybor­cza et TVN qui cher­chaient et cherchent encore à faire pass­er les con­ser­va­teurs du par­ti Droit et Jus­tice, qui se récla­ment de la démoc­ra­tie chré­ti­enne, pour des fas­cistes ou des nazis prêts à met­tre la Pologne à feu et à sang, qui sont donc les prin­ci­paux coupables de ce « cli­mat de haine » sup­posé régn­er aujourd’hui en Pologne ?

La polarisation politique en Pologne

La réponse à cette ques­tion nous est don­née par une étude sur la polar­i­sa­tion poli­tique des Polon­ais con­duite par l’Université de Varso­vie à l’automne 2018. Cette étude mon­tre que les par­ti­sans de l’opposition d’aujourd’hui nour­ris­sent bien davan­tage de haine con­tre les sym­pa­thisants du PiS que ces derniers à leur égard. Le même jour­nal Gaze­ta Wybor­cza a cher­ché à com­pren­dre cette sit­u­a­tion en inter­ro­geant un des auteurs de l’étude. Quand on lui demande si cette ani­mosité n’est pas dûe à un sen­ti­ment d’impuissance lié au fait que le PiS est en ce moment au pou­voir, la psy­cho­logue de l’Université de Varso­vie cite la même étude faite en 2013, qui avait mon­tré qu’à l’époque les gens qui croy­aient à la thèse d’un atten­tat à Smolen­sk le 10 avril 2010 (majori­taire­ment proches du PiS) avaient des sen­ti­ments plus ami­caux vis-à-vis de ceux qui voy­aient en cette thèse une théorie du com­plot (ce qui était le cas de tous les par­ti­sans du gou­verne­ment PO-PSL) que ces derniers à leur égard.

S’ils ren­dent aujourd’hui volon­tiers la télévi­sion publique polon­aise core­spon­s­able du meurtre com­mis con­tre la per­son­ne du maire de Gdańsk, les médias comme Gaze­ta Wybor­cza et TVN devraient donc a for­tiori se con­sid­ér­er comme core­spon­s­ables du meurtre de Marek Rosi­ak en 2010 et de tous les cas de van­dal­ismes et de ten­ta­tives d’incendie con­tre les per­ma­nences du PiS de ces dernières années ? Il sem­blerait qu’ils ne pren­nent pas cette voie.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés