Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Amaury tente la centralisation pour se redresser

4 juillet 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Amaury tente la centralisation pour se redresser

Amaury tente la centralisation pour se redresser

Tout irait bien pour Les Éditions Amaury si le groupe familial, détenu par Marie Odile, et ses enfants, Aurore et Jean-Étienne, n’opérait que sur les manifestations sportives.

Avec 170 mil­lions d’eu­ros de CA en 2013, sa fil­iale Amau­ry sport organ­i­sa­tion (ASO) est très rentable (20% de résul­tat net). Le départe­ment “médias”, avec Le Parisien et L’Équipe, ain­si que les imprimeries de Saint-Ouen (Sicav­ic) et Mit­ry-Mory (Cen­tre d’im­pres­sion Nord Paris), est lui net­te­ment moins floris­sant. Le quo­ti­di­en région­al de l’Ile de France et le quo­ti­di­en sportif de référence ont per­du respec­tive­ment 15 et huit mil­lions d’eu­ros en 2013. Leur dif­fu­sion a reculé l’an­née dernière de 9% (DTPOJD : 250 095 ex) et de 11,3% (DTP OJD : 249 014 ex). Les recettes pub­lic­i­taires ont quant à elle chuté de 7% en moyenne sur les deux titre.

Du coup, Amau­ry souhaite con­join­te­ment trou­ver de nou­velles recettes, amélior­er son organ­i­sa­tion et réduire ses coûts. Tout en accélérant son développe­ment sur les sup­ports numériques, comme en témoigne le lance­ment prochain d’une struc­ture mai­son de réal­i­sa­tion de vidéos, Le Parisien TV, les Édi­tions Amau­ry vont regrouper à la ren­trée les ser­vices trans­ver­saux de leurs dif­férentes entités médias. Deux nou­velles fil­iales, dont Amau­ry ser­vices, seront créées pour accueil­lir fin sep­tem­bre quelque 117 salariés admin­is­trat­ifs (compt­abil­ité, paie, DRH, infor­ma­tiques). Lors de comités d’en­tre­prise, tenus mer­cre­di 2 juil­let, au Parisien, à L’Équipe, à la Singam (Sicav­ic et Cen­tre d’im­pres­sion Nord Paris), un PSE por­tant sur la sup­pres­sion con­comi­tante de 113 postes a été annon­cé. Ce delta de qua­tre emplois n’est pas le plus inquié­tant pour les syn­di­cats de l’en­tre­prise. Ils craig­nent surtout que le pas­sage des très généreux accords signés dans les deux quo­ti­di­ens (22 jours de RTT, huit semaines de con­gés payés) à un statut moins favor­able dans les nou­velles fil­iales, se fassent au détri­ment des salariés. Selon eux, la cen­tral­i­sa­tion, qui se traduira notam­ment par un trans­fert des ser­vices financiers de L’Équipe au siège du groupe à Saint-Ouen (93), n’au­rait pas seule­ment pour objec­tif une meilleure effi­cac­ité. Il s’a­gi­rait aus­si de réduire à terme la masse salar­i­ale.

Amau­ry a beau avoir réal­isé env­i­ron 650 mil­lions d’eu­ros de CA et béné­fici­er d’un résul­tat net posi­tif, il a besoin de cash. Surtout après l’an­nonce, le 3 juil­let, de la reprise de la procé­dure con­tre lui par le groupe 10 médias. L’édi­teur de l’heb­do­madaire foot­bal­lis­tique Le 10 sports réclame au groupe, déjà con­damné en févri­er 2014 à 3,5 mil­lions d’eu­ros d’a­mende par l’Au­torité de la con­cur­rence, 18 mil­lions d’eu­ros de dom­mages et intérêts pour pra­tiques anti-con­cur­ren­tielle. Amau­ry aurait ain­si prof­ité de sa posi­tion dom­i­nante pour lancer en novem­bre 2008 le quo­ti­di­en Aujour­d’hui sport, unique­ment pour couler Le 10 sport.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

Claude Chollet et l’Observatoire du journalisme (OJIM) ont été mis en examen par le procureur de la République à la demande de Monsieur Ramzi Khiroun, ancien chauffeur et garde du corps de DSK et maintenant porte-parole du groupe Lagardère. La mise en examen porte sur le délit d’injures publiques, susceptible d’une amende de 12.000 € et de dommages et intérêts supplémentaires. La première audience a lieu le 7 octobre. Pour nous aider à nous défendre et à nous développer, rejoignez nos donateurs.

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.