Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Amaury centralise, Morinière s’en va
Amaury centralise, Morinière s’en va

3 octobre 2014

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Amaury centralise, Morinière s’en va

Amaury centralise, Morinière s’en va

Amaury centralise, Morinière s’en va

Le projet des Éditions Amaury, qui publient Le Parisien et L’Équipe, de regrouper leurs services supports au sein d’une même filiale, a largement provoqué le départ du directeur général de la SNC L’Équipe, François Morinière.

Le groupe souhaite ain­si fusion­ner la compt­abil­ité, l’in­for­ma­tique, les ressources humaines et la fab­ri­ca­tion au sein d’A­mau­ry ser­vices, struc­ture déjà exis­tante. 113 postes y seront créées, en sub­sti­tu­tion des emplois sup­primés au sein des deux édi­teurs, L’Équipe et Le Parisien. La Société d’im­pres­sion du groupe Amau­ry (Simgam) et la Société de dif­fu­sion et de ventes du Parisien (SDVP) seraient égale­ment con­cernées par ce plan prévu pour être appliqué dès le pre­mier trimestre 2015. Si les dis­cus­sions, entamées cet été avec les syn­di­cats, doivent repren­dre courant octo­bre, la cen­tral­i­sa­tion en cours a d’ores et déjà eu une pre­mière con­séquence. Présent depuis 2008 à la tête de la SNC L’Équipe (L’E­quipe, lequipe.fr, France foot­ball, L’Équipe 21), François Morinière a préféré jeter l’éponge face à ce niveau de respon­s­abil­ité amoin­dri. Il quit­tera ses fonc­tions le 30 octo­bre. Dans un email interne daté du 1er octo­bre, il indique souhaiter “voguer vers de nou­veaux hori­zons pro­fes­sion­nels et con­stru­ire un nou­v­el équili­bre per­son­nel”. Philippe Car­li, DG des Édi­tions Amau­ry, la société éditrice de L’Équipe et du Parisien, repren­dra les fonc­tions de François Morinière, le temps de lui trou­ver un suc­cesseur. Le bureau français, basé à Paris 8e, du cab­i­net améri­cain de recrute­ment Tow­ers Wat­son a été chargé de cette mission.

François Morinière, qui part en bon terme avec son employeur, laisse un bilan plutôt posi­tif, même si la SNC L’Équipe a per­du respec­tive­ment deux et huit mil­lions d’eu­ros en 2012 et 2013 (pour 230 mil­lions d’eu­ros de CA). Les ventes du quo­ti­di­ens, à la baisse de près de 13% en 2013–2014 (DSH OJD : 236 216 ex), sont en cause pour une bonne part. Le recul de 5% con­cer­nant la pub­lic­ité est l’autre élé­ment d’explication.

Voir aussi  La crise migratoire devient « la crise de l’accueil des migrants » dans les médias, analyse sémantique janvier/avril 2018

L’Équipe a réa­gi sur deux plans, avec un seul objec­tif : retrou­ver l’équili­bre en 2014, au plus tard l’an­née prochaine. Entre 2012 et 2013, un plan d’é­conomies de 21 mil­lions d’eu­ros a été mis en place. Il s’est traduit notam­ment par un plan de sauve­g­arde de l’emploi qui a vu par­tir une soix­an­taine de salariés. Le groupe en a prof­ité pour réor­gan­is­er totale­ment le men­su­el France foot­ball, struc­turelle­ment défici­taire. Le titre retrou­vera la prof­itabil­ité cette année, gag­nant au pas­sage près de 7% de sa dif­fu­sion (DSH OJD : 106 159 ex, +6,6%).

Cette baisse de près de 10% des effec­tifs a con­duit con­comi­ta­m­ment L’Équipe à met­tre en place une organ­i­sa­tion omni média portée par un accord signé en avril 2014. Avec plus de six mil­lions de vis­i­teurs uniques en juin (Selon Médi­amétrie / Netat­ings), lequipe.fr réalis­era plus de 30 mil­lions d’eu­ros de CA en 2014. Le site est béné­fi­ci­aire et vient com­penser une par­tie des pertes sur le print. Sous la houlette de François Morinière, s’est aus­si agrégé au dis­posi­tif en décem­bre 2012 la chaîne sur la TNT, L’Équipe 21, qui réalise une audi­ence de 0,5% sur sa niche.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.