Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | not_global | 9ème édition des Bobards d’Or le 12 mars 2018
9ème édition des Bobards d’Or le 12 mars 2018

7 mars 2018

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | not_global | 9ème édition des Bobards d’Or le 12 mars 2018

9ème édition des Bobards d’Or le 12 mars 2018

9ème édition des Bobards d’Or le 12 mars 2018

Les Bobards d’Or, cérémonie parodique décernant des « récompenses » aux médias ou aux journalistes prenant le plus de liberté avec les règles déontologiques en sont à leur neuvième édition. Ils ont inspiré Trump qui a lui même présenté ses « Fake News awards » dont le grand vainqueur fût la chaine CNN.

Les gagnants 2016 et 2017

Par­mi les vain­queurs des précé­dentes édi­tions, citons en 2017 : Bobard d’or : Bobard Tintin Grand Reporter pour Yann Barthès et Hugo Clé­ment (Le Petit Jour­nal, Canal+) ; Bobard d’Argent : Bobard caté­gorie poids lourd pour Alain Marschall (BFMTV). Et en 2016 : Bobard d’Or et Orwellien : Géral­dine Hal­lot pour France Inter le men­songe à remon­ter le temps ; Bobard d’Argent/Bobard raciste : Éti­enne Baldit, à pro­pos d’une dés­in­for­ma­tion rel­a­tive au meurtre de Jean-Claude Irvoas (Le Lab d’Eu­rope 1). Le Lab d’Eu­rope 1 s’est arrêté depuis faute d’audience.

Les concurrents 2018

La cuvée de l’année s’annonce bril­lante avec comme can­di­dats Les Inrocks, L’AFP (nom­mée pour pas moins de 4 bobards, et non des moin­dres !), La Croix, Le Monde, C8, Europe 1 et France Info. Notons par­mi les favoris des inter­nautes (un vote en ligne per­met de choisir 3 bobards par­mi les 14 présen­tés) “l’af­faire Théo”, véri­ta­ble fake news d’É­tat impli­quant toute la sphère politi­co-médi­a­tique. La vidéo de son arresta­tion, dif­fusée par Europe 1 en jan­vi­er dernier, aura son­né le glas d’une intense cam­pagne de presse.

Voir aussi  Fake news, les projets du gouvernement

Un autre grand favori con­cerne Yann Moix (voir son por­trait : Yann Moix, toto écrivain) surnom­mé pour l’oc­ca­sion “Yann Mhoax”, qui aurait soit-dis­ant filmé des actes de bar­barie com­mis à l’en­con­tre des migrants par les forces de l’or­dre à Calais. Dou­ble bobard, puisque Yann Moix enfonce le bou­chon un peu plus tard en affir­mant que « il y a, par­mi les Afghans, des gens qui con­nais­sent et Vic­tor Hugo qui ont lu Vic­tor Hugo en far­si, sur le bout des doigts, ils arrivent en France et on les frappe ! ». La jour­nal­iste et chroniqueuse Char­lotte d’Or­nel­las souligne le fait que c’est une prob­a­bil­ité très faible, dis­ons même qua­si nulle :

« Taux d’alphabétisation en Afghanistan : 32% (UNESCO).
- Pour­cent­age de gens qui par­lent français en Afghanistan : can you repeat the ques­tion (dans le « meilleur » des cas) ?
- Nom­bre d’œuvres d’Hugo traduites en dari : esti­ma­tion manquante.
- Per­son­nes (dans le monde entier) qui con­nais­sent Vic­tor Hugo « sur le bout des doigts » : 7 (esti­ma­tion toute per­son­nelle, je reconnais)
- Prob­a­bil­ité que Yann Moix ait croisé « des gens » — par­mi les Afghans — qui con­nais­sent Hugo sur le bout des doigts : 🤔. »

Citons par­mi les autres bobards retenus le “Bobard point de vue” (Fab­rice Valery et AFP) avec un bain de foule imag­i­naire pour Emmanuel Macron ; le “Bobard dou­ble dépêch­es” (AFP) avec une belle manip­u­la­tion con­tre la Marche pour la vie ; ou encore le “Bobard frangi­pane” (AFP), por­tant sur la superbe “galette des roi (sic) et des reines” de l’Élysée.

Les votes sont ouverts jusqu’au 11 mars à minu­it et seront suiv­is d’une “soirée de gala” ouverte au pub­lic le 12 mars au soir au Théâtre du Gym­nase-Marie Bell, à Paris, à l’oc­ca­sion de laque­lle la salle pour­ra vot­er à main lev­ée pour la meilleure fake news de l’an­née. Pour Jean-Yves Le Gal­lou, organ­isa­teur des Bobards d’Or, “les Bobards d’or com­bat­tent les men­songes des médias dom­i­nants. Ce sont, de loin, les men­songes les plus impor­tants parce qu’ils sont col­portés par des médias extrême­ment puis­sants. Regardez le men­songe sur l’affaire Théo. Ce Con­go­lais aurait été vio­lé par des policiers. Cela s’avère totale­ment inex­act, mais tous les médias en ont par­lé. Ces grands médias offi­ciels ont une puis­sance de men­songe con­sid­érable. Pour se défendre, ils ont trou­vé la parade d’accuser les médias alter­nat­ifs. Cela ressem­ble à l’histoire de la paille et de la poutre.”

Pour la pre­mière fois, l’Obser­va­toire du jour­nal­isme sera représen­té sous une forme orig­i­nale dont nous lais­sons la sur­prise aux spec­ta­teurs. Ren­dez-vous lun­di 12 mars à 19 heures au THÉÂTRE DU GYMNASE MARIE BELL, 38 boule­vard de Bonne Nou­velle 75010 Paris.

Voir aussi  Trump contre Twitter, la guerre est déclarée

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Élie Guckert

Né le 25 sep­tem­bre 1992 à Lax­ou, fils et petit-fils d’ingénieurs, Élie Guck­ert est le reje­ton d’une famille engagée à gauche dans un départe­ment, la Meuse, tra­di­tion­nelle­ment ancré à droite.

Natacha Polony

PORTRAIT — Nat­acha Polony est née le 15 avril 1975. D’origine polon­aise, elle enseigne de 1999 à 2000 dans un lycée d’Epinay-sur-Seine avant d’en démis­sion­ner. Elle n’a pas accep­té les réformes de Jack Lang trans­for­mant « l’enseignement de la lit­téra­ture en une démarche utilitariste ».

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.