Accueil | Actualités | Médias | 9ème édition des Bobards d’Or le 12 mars 2018
Pub­lié le 7 mars 2018 | Éti­quettes : , , , , ,

9ème édition des Bobards d’Or le 12 mars 2018

Les Bobards d'Or, cérémonie parodique décernant des « récompenses » aux médias ou aux journalistes prenant le plus de liberté avec les règles déontologiques en sont à leur neuvième édition. Ils ont inspiré Trump qui a lui même présenté ses « Fake News awards » dont le grand vainqueur fût la chaine CNN.

Les gagnants 2016 et 2017

Parmi les vainqueurs des précédentes éditions, citons en 2017 : Bobard d’or : Bobard Tintin Grand Reporter pour Yann Barthès et Hugo Clément (Le Petit Journal, Canal+) ; Bobard d’Argent : Bobard catégorie poids lourd pour Alain Marschall (BFMTV). Et en 2016 : Bobard d’Or et Orwellien : Géraldine Hallot pour France Inter le mensonge à remonter le temps ; Bobard d’Argent/Bobard raciste : Étienne Baldit, à propos d'une désinformation relative au meurtre de Jean-Claude Irvoas (Le Lab d'Europe 1). Le Lab d'Europe 1 s’est arrêté depuis faute d’audience.

Les concurrents 2018

La cuvée de l’année s’annonce brillante avec comme candidats Les Inrocks, L’AFP (nommée pour pas moins de 4 bobards, et non des moindres !), La Croix, Le Monde, C8, Europe 1 et France Info. Notons parmi les favoris des internautes (un vote en ligne permet de choisir 3 bobards parmi les 14 présentés) "l'affaire Théo", véritable fake news d'État impliquant toute la sphère politico-médiatique. La vidéo de son arrestation, diffusée par Europe 1 en janvier dernier, aura sonné le glas d'une intense campagne de presse.

Un autre grand favori concerne Yann Moix (voir son portrait : Yann Moix, toto écrivain) surnommé pour l'occasion "Yann Mhoax", qui aurait soit-disant filmé des actes de barbarie commis à l'encontre des migrants par les forces de l'ordre à Calais. Double bobard, puisque Yann Moix enfonce le bouchon un peu plus tard en affirmant que « il y a, parmi les Afghans, des gens qui connaissent et Victor Hugo qui ont lu Victor Hugo en farsi, sur le bout des doigts, ils arrivent en France et on les frappe ! ». La journaliste et chroniqueuse Charlotte d'Ornellas souligne le fait que c’est une probabilité très faible, disons même quasi nulle :

« Taux d’alphabétisation en Afghanistan : 32% (UNESCO).
- Pourcentage de gens qui parlent français en Afghanistan : can you repeat the question (dans le « meilleur » des cas) ?
- Nombre d’œuvres d’Hugo traduites en dari : estimation manquante.
- Personnes (dans le monde entier) qui connaissent Victor Hugo « sur le bout des doigts » : 7 (estimation toute personnelle, je reconnais)
- Probabilité que Yann Moix ait croisé « des gens » — parmi les Afghans — qui connaissent Hugo sur le bout des doigts : 🤔. »

Citons parmi les autres bobards retenus le "Bobard point de vue" (Fabrice Valery et AFP) avec un bain de foule imaginaire pour Emmanuel Macron ; le "Bobard double dépêches" (AFP) avec une belle manipulation contre la Marche pour la vie ; ou encore le "Bobard frangipane" (AFP), portant sur la superbe "galette des roi (sic) et des reines" de l'Élysée.

Les votes sont ouverts jusqu'au 11 mars à minuit et seront suivis d'une "soirée de gala" ouverte au public le 12 mars au soir au Théâtre du Gymnase-Marie Bell, à Paris, à l'occasion de laquelle la salle pourra voter à main levée pour la meilleure fake news de l'année. Pour Jean-Yves Le Gallou, organisateur des Bobards d'Or, "les Bobards d’or combattent les mensonges des médias dominants. Ce sont, de loin, les mensonges les plus importants parce qu’ils sont colportés par des médias extrêmement puissants. Regardez le mensonge sur l’affaire Théo. Ce Congolais aurait été violé par des policiers. Cela s’avère totalement inexact, mais tous les médias en ont parlé. Ces grands médias officiels ont une puissance de mensonge considérable. Pour se défendre, ils ont trouvé la parade d’accuser les médias alternatifs. Cela ressemble à l’histoire de la paille et de la poutre."

Pour la première fois, l’Observatoire du journalisme sera représenté sous une forme originale dont nous laissons la surprise aux spectateurs. Rendez-vous lundi 12 mars à 19 heures au THÉÂTRE DU GYMNASE MARIE BELL, 38 boulevard de Bonne Nouvelle 75010 Paris.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

100% récolté
Nous avons récolté $155 sur $2. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux