Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Europe 1 : Le Lab s’arrête faute d’audiences

19 décembre 2017

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | not_global | Europe 1 : Le Lab s’arrête faute d’audiences

Europe 1 : Le Lab s’arrête faute d’audiences

En panne d’audience, Europe 1 se voit obligée de faire des coupes drastiques. En effet la station patine face à RTL et France Inter en affichant son plus bas score historique, à 7,2% de part du marché et 3,89 millions d’auditeurs, en perte de 0,9% encore par rapport à l’an dernier. Patrick Cohen, transféré de France Inter, n’a pas fait l’effet d’une locomotive et le train de la relance est en retard.

Résul­tat des cours­es, Le Lab, créé en 2011 pour se con­cen­tr­er sur l’éc­ume et les petites phras­es de la poli­tique, est arrêté faute d’au­di­ence. Les six jour­nal­istes qui y tra­vail­lent se ver­raient pro­pos­er d’autres postes au sein de la rédac­tion numérique, voire pour­raient être licen­ciés. Pour la direc­tion d’Europe 1, il ne s’ag­it pas d’une fer­me­ture, mais d’une « trans­for­ma­tion », Le Lab devant con­cevoir de nou­veaux for­mats dans les pod­cast et la vidéo, ain­si que sur le marché nais­sant des enceintes con­nec­tées.

Roy­aume de l’anec­do­tique et de la petite phrase, le Lab s’est appuyé sur Twit­ter et tout ce que les politi­ciens peu­vent gazouiller dessus. Twit­ter étant en perte de vitesse par rap­port à Snapchat et Insta­gram – et les politi­ciens étant devenus net­te­ment plus pru­dents sur les réseaux soci­aux – il est logique que Le Lab lui aus­si s’é­clipse. Pour­tant la for­mule – réac­tiv­ité dans la minute à l’ac­tu­al­ité, con­tenus courts, for­mats courts, recours aux archives, à la vidéo et aux GIF, a fait des émules. Le Figaro a ain­si créé en 2014 Le Scan Poli­tique, qui laisse cepen­dant plus de place aux idées de fond, ban­nies sur le Lab. Le Scan, lui, con­tin­ue sur sa lancée.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.