Accueil | Actualités | Médias | Désinformation sur l’origine des agresseurs dans l’affaire Irvoas
Pub­lié le 20 mai 2015 | Éti­quettes :

Désinformation sur l’origine des agresseurs dans l’affaire Irvoas

Alors que les deux policiers poursuivis pour non-assistance à personne en danger lors de la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré à Clichy-sous-Bois en 2005 ont été relaxés par le tribunal de Rennes lundi 18 mai, de nombreuses réactions ont fleuri sur les réseaux sociaux.

Parmi elles, celle de Marion Maréchal-Le Pen, qui en a profité pour revenir sur la mort de Jean-Jacques Le Chenadec et de Jean-Claude Irvoas, survenue lors des émeutes qui ont suivi l'affaire il y a 10 ans. « Pensées pour Jean-Jacques Le Chenadec et Jean-Claude Irvoas, victimes de la violence des émeutiers et aujourd'hui oubliés », a ainsi publié la députée FN.

Rappelant que le site Fdesouche avait fait de même, « Le Lab » d'Europe 1 en a profité pour ressortir un article du Figaro datant de 2010 où le journal notait que, pour le meurtre de Jean-Claude Irvoas, « trois des quatre individus concernés sont d'origine européenne ». Trop content de couper l'herbe sous le pied de l'« extrême-droite », Le Lab entend ainsi prouver que les agresseurs n'étaient pas du tout des « racailles » d'origine immigrée mais des Français bien de chez nous.

Or, comme Fdesouche a été contraint de le rappeler, les agresseurs condamnés par la justice se nomment Benoît Kusonika, Sébastien Béliny, Samba Diallo et Ichem Brighet et sont franco-congolais, antillais, franco-sénégalais et franco-algérien.

Lire également notre dossier : « Le Lab d'Europe 1 : règne du superficiel et de l'anecdotique »

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This