Zemmour : « La télévision est un univers abêtissant »

Zemmour : « La télévision est un univers abêtissant »

Zemmour : « La télévision est un univers abêtissant »

Télécharger en PDF

« De plus en plus d’acteurs, de chanteurs et d’écrivains – tous ces grands démocrates qui se croient une âme de gauche – étaient horrifiés à l’idée d’être assis face de moi… » : © Milady de Winter pour l’OJIM

En pleine promotion de son dernier livre, « Le bûcher des Vaniteux 2 » (Albin Michel, 2013), qui regroupe ses chroniques à l’antenne de RTL, Éric Zemmour a accordé un entretien au Nouvel Observateur afin d’évoquer ses déboires et sa relation aux médias.

Est-il censuré sur RTL ? La réponse est ambiguë : « Le choix d’un sujet est toujours le produit d’une élaboration complexe entre un journaliste et son rédacteur en chef (…) Il m’arrive d’enlever un mot par-ci, un mot par-là, de retirer une provoc jugée inutile. On discute. » On l’aura compris, certains de ses papiers agacent la rédaction de la rue Bayard. Mais le chroniqueur rappelle que ses articles « n’engagent que [lui], pas la rédaction. RTL a fait ce choix de venir me chercher pour avoir un regard différent et iconoclaste sur l’actualité, un regard qui tranche avec le ronron médiatique ».

Pourtant, le rythme de ses chroniques a été diminué cette saison. « L’une des conséquences de la polémique suscitée par la chronique sur Christiane Taubira (en mai 2012, ndlr) », précise-t-il. Concernant les auditeurs de RTL, réagissant à un sondage sur le sujet, Éric Zemmour considère qu’« avoir ces électeurs de droite et d’extrême droite est une chance pour RTL. Ces gens-là sont habituellement plutôt maltraités par les médias. Ils sont dégoûtés par les médias, ils ne s’y retrouvent pas ».

Au sujet des hommes politiques, son jugement est d’un sévère réalisme. Pour lui, ils sont devenus de simples communicants ayant grandi à l’air du journalisme moderne. « Sarkozy et Hollande sont pour moi des « grands journalistes ». Ils ne sont quasiment plus des hommes politiques. N’ayant plus de réel pouvoir, ils sont devenus des commentateurs, des manipulateurs de symboles, de concepts et de médias. Dépourvus de pouvoir, ils doivent faire illusion », estime-t-il.

S’il ne se considère pas « blacklisté » à la télévision, Zemmour reconnait que « des politiques refusent de venir sur Paris Première à cause de moi », comme « Mélenchon ». Évoquant son expérience à « On n’est pas couché », il remarque, acide : « De plus en plus d’acteurs, de chanteurs et d’écrivains – tous ces grands démocrates qui se croient une âme de gauche – étaient horrifiés à l’idée d’être assis face de moi et ne voulaient plus venir sur le plateau de Ruquier. »

Vis-à-vis de la télévision, qui lui a apporté la reconnaissance et le succès, le journaliste du Figaro ne fait aucune concession. Pour lui, « la télévision est un univers abêtissant, à la fois pour le débat intellectuel et politique. C’est un univers qui privilégie l’émotion sur la raison ». Il concède pourtant que c’est « un outil idéologique formidable » et qu’il l’utilise « comme un vecteur de diffusion de [ses] convictions et de [ses] idées ». « La bagarre idéologique se fait désormais à la télévision, plus dans les revues ni dans les think tanks », semble-t-il regretter…

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook