Portrait : Jean-Jacques Bourdin, le pape cévenol de la « talk-radio »
Christophe Barbier

Pour Barbier, internet doit être régulé car « les Chinois y arrivent bien »

Télécharger en PDF

Invité des « Grands gueules » sur RMC ce vendredi 3 janvier, Christophe Barbier a été interrogé sur « l’affaire Dieudonné » qui agite le monde médiatique et politique depuis plusieurs jours.

Pour le patron de L’Express, rien de plus simple pour faire taire Dieudonné : lui interdire l’accès aux salles de spectacle et, en parallèle, le censurer sur internet ! « Internet n’est pas un no man’s land. On peut aussi combattre sur internet juridiquement ceux qui violent la loi, et notamment la loi Gayssot (qui interdit toute recherche historique et remise en cause de la version officielle de la shoah, ndlr). On peut y aller, il suffit que les autorités s’en donnent les moyens », a-t-il commencé.

Barbier considère qu’« Internet est un champ d’impunité parce que ça part dans tous les sens. Mais ça se régule aussi internet ! Entre nous, les Chinois y arrivent bien. » Une comparaison qui a fait rire et réagir le plateau de RMC, mais le grand démocrate Christophe Barbier reste droit dans ses bottes de cuir : « Si les dictatures y arrivent, il faut que les démocraties fassent l’effort, elles aussi, de faire respecter la loi sur internet. Sinon ça sera : dictature ou dictature. C’est ça qu’on veut ? Non. Il faut donc que les démocraties considèrent aussi qu’internet ça doit se réguler. »

En résumé, le message est le suivant : pour tendre vers plus de démocratie, il faut s’inspirer… des dictatures. Cherchez l’erreur.

Christophe Barbier n’en est pas à son premier paradoxe. Lors de l’affaire des caricatures de Charlie Hebdo – et des réactions indignées des musulmans –, ce dernier avait estimé qu’« il ne peut pas y avoir de limite à la liberté d’expression ». Plus tard, lorsque Dieudonné avait présenté sa « liste antisioniste » aux élections européennes, Barbier considérait soudain que « la liberté d’expression a des limites »…

Voir aussi notre portrait de Christophe Barbier, le petit marquis libéral-libertaire

Crédit photo : Cadremploi via Youtube (DR)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook