Mort d’Erik Izraelewicz : quand Télérama s’autocensure

Erik Le Monde

Mort d’Erik Izraelewicz : quand Télérama s’autocensure

Télécharger en PDF

Mardi soir, Télérama, qui appartient au groupe Le Monde, publiait un article sur la disparition d’Erik Izraelewicz, directeur du célèbre journal du soir, décédé le matin même suite à un malaise cardiaque.

L’article n’hésitait pas à porter un regard critique sur le bilan du journaliste, mort subitement à l’âge de 58 ans. Des critiques qui n’auront pas fait long feu. En effet, dès le lendemain matin, un certain nombre de passages avaient disparus. Ayant fait une copie du papier original, Rue89 a publié les extraits en question :

« Effacé, Erik Izraelewicz a cependant eu du mal, pendant ces presque deux ans, à s’imposer face à une rédaction qui lui reconnaissait ses qualités de journaliste, mais lui reprochait son manque d’autorité. Récemment encore, les problèmes de management avait été l’objet d’un communiqué interne. »

« Elle laisse aussi une place vacante, qui ne pourra le rester longtemps. Une place aussi convoitée que complexe, à l’heure où la presse quotidienne traverse une crise grave. »

Les affinités strauss-kahniennes d’Izraelewicz, dont la première version de l’article faisait état, ont également disparu suite à cette discrète mise à jour nocturne. Interpellée, la rédaction de Télérama a fourni l’explication suivante : « La direction de Télérama a en effet décidé de couper une partie de l’article, considérant qu’il n’était pas opportun d’établir ainsi à chaud un bilan de la direction éditoriale d’Erik Izraelewicz ».

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook