L’étrange retour de France Soir

L’étrange retour de France Soir

L’étrange retour de France Soir

Télécharger en PDF

France Soir renaît de ses cendres. Racheté par Cards Off en octobre 2012, le défunt journal va devenir un e-magazine disponible sur tablette.

La rédaction sera composée d’une dizaine de journalistes, dirigés par Dominique de Montvalon, ex-rédacteur en chef politique du quotidien, et proposera un hebdomadaire en ligne de 50 à 60 pages chaque vendredi à 18 heures pour 1,89 euros. Reportages, dossiers, grande interview, le nouveau France Soir, nommé « l’e-mag de France Soir », a l’ambition de traiter des sujets généralement délaissés par la presse traditionnelle. « Je veux des contenus bien écrits, de qualité et pas de parti pris abrupt et non fondé », a prévenu le PDG de Cards Off, Philippe Mendil.

Mais le plus surprenant reste le modèle économique adossé à cette renaissance. En effet, seuls 20 % des revenus proviendront des abonnements et de la publicité. Pour le reste, Cards Off, service de paiement en ligne, a développé un système permettant de vendre des produits grâce à des mots-clés présents dans l’article. « Si on publie un papier sur Victoria Beckham, on pourra mettre autour de l’article des tas de produits identifiables sur le Web, en regard de ce qui est écrit dans l’article. Là, des chaussures, par exemple. Et en un seul clic, le consommateur pourra les acheter », a déclaré le nouveau propriétaire, précisant que cela se fera « en toute indépendance ». Un contenu sponsorisé gardant son indépendance ? Difficile à imaginer…

Quoi qu’il en soit, les lecteurs pourront, grâce à ce système qui a coûté près de 1,5 millions d’euros, faire leurs achats directement sur l’application grâce à un panier. Cards Off prend tout en charge, de la commande à la livraison, et gardera 5 à 15 % de commission sur les produits. Du jamais vu.

Enfin, Cards Off a également pour ambition de sortir, avant la fin de l’année, un quotidien en ligne gratuit, francesoir.fr, qui nécessite, cette fois, un investissement de 10 millions d’euros. L’e-mag vise la rentabilité d’ici à un ou deux ans. France Soir version shopping : un projet inédit… et un pari risqué.

Crédit photo : Ojim (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook