Les leçons d’Edwy Plenel

Les leçons d'Edwy Plenel

Les leçons d’Edwy Plenel

Télécharger en PDF

Il y a quelques jours, Éric Mettout pestait contre « les incessantes leçons de déontologie d’Edwy Plenel ». Que dirait-il de la dernière leçon que le fondateur de Médiapart vient d’infliger à Libération, suite à la une du quotidien sur Laurent Fabius ?

Dès dimanche 7, Edwy Plenel twitte : « Libération perd la tête : demain [le 8 avril, ndlr], il transforme une rumeur sur Fabius en prétendant démentir une non-information de Mediapart ». Le lendemain, il continue sa « leçon » : « tous les sociologues de la rumeur le savent : la rendre publique, fût-elle accompagnée d’un ferme démenti, c’est la propager et lui donner consistance. C’est donc bien ce qu’a fait le quotidien Libération, lundi 8 avril, avec cette Une sidérante mettant en scène comme s’il s’agissait d’une information une rumeur qui agite Paris depuis trois jours ».

Et d’évoquer une « mise en scène, éloignée des règles les plus élémentaires du journalisme », le viol du secret professionnel. Véritable juge de ce qui se fait et de se qui ne se fait pas en matière de presse, Plenel adresse enfin un carton rouge à la rédaction de Libération : « cette faute est un avertissement : rien ne serait pire, dans le moment troublé que traverse notre démocratie, qu’une presse sortie de ses gonds, sans repères professionnels ni rigueur déontologique ».

Certes, on peut estimer que Libération a utilisé une classique méthode de désinformation, en titrant sur le démenti d’une rumeur. Il n’en demeure pas moins que voir Edwy Plenel, et sa « conception du journalisme, qui se situe quelque part entre celle du procureur soviétique Vichinsky et du conventionnel Marat, entre justice procédurale et tribunal populaire, entre filature policière et dénonciation publique », selon les termes de Philippe Cohen et Pierre Péan, donner des leçons de journalisme est pour le moins « exaspérant », comme le rappelait Éric Mettout

Source : blogs.mediapart.fr/blog/edwy-plenel

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook