Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Quand Médiapart déclare sa haine de l’hétérosexualité
Quand Médiapart déclare sa haine de l’hétérosexualité

13 décembre 2020

Temps de lecture : 4 minutes

Accueil | Veille médias | Quand Médiapart déclare sa haine de l’hétérosexualité

Quand Médiapart déclare sa haine de l’hétérosexualité

Quand Médiapart déclare sa haine de l’hétérosexualité

Toutes les deux semaines, le média de Plenel publie une chronique signée de la plume du « philosophe » activiste LGBT trans Paul B. Preciado. Celle du 30 novembre 2020 montre à quel point la confusion gagne les esprits.

Le 30 novem­bre 2020, Pre­ci­a­do pub­lie donc la chronique 1/20 d’une série inti­t­ulée « Hypothèse révo­lu­tion » et titrée « L’hétérosexualité est dan­gereuse ». Ce n’est pas humoris­tique ou ironique : c’est un arti­cle extrême­ment sérieux. Son auteur s’appelait autre­fois Beat­riz et, out­re les gen­res, veut détru­ire toute forme de nor­ma­tiv­ité. Ses axes de pen­sée tour­nent autour de ce qui intéresse les humains depuis l’origine des temps : la sex­u­al­ité. Ver­sant « trans­gres­sion » LGBT pour Pre­ci­a­do qui n’a pas encore com­pris que les sex­u­al­ités dites minori­taires et le mil­i­tan­tisme en leur faveur ne sont plus trans­gres­sion mais en réal­ité nor­ma­tives et son partout.

C’est le professeur d’université de vos enfants…

Bien sûr, un peu à l’image d’un arbi­tre roumain, nous sommes oblig­és de dire « le trans » pour désign­er Pre­ci­a­do. Non par homo­pho­bie mais sim­ple­ment parce que c’est ain­si qu’il se désigne sans cesse, de façon mil­i­tante, et que la meilleure façon de respecter l’homme est de respecter son iden­tité – du moins celle qu’il annonce. Paul ex-Beat­riz Pre­ci­a­do est donc « trans ». À part cela ? Il est né en 1970 à Bur­gos, en Espagne. Aujourd’hui fémin­iste, queer, trans­genre et pro-sexe, il fut d’abord « les­bi­enne » et « gouine trans » et s’affirme « trans in between non opéré ». Le « B » en somme. En tout cas, c’est obses­sion­nel pour qui con­sulte ses notices biographiques. Il a aus­si été en cou­ple avec l’écrivain Vir­ginie Despentes. On n’entre pas dans les locaux de Médi­a­part comme cela, il y a quelques épreuves à subir.
Mais… à part cela ?

L’animal est philosophe. On le décou­vre une fois écartés les mon­ceaux d’information rel­a­tives à sa sex­u­al­ité. Il est chercheur asso­cié au cen­tre de recherche sur la danse de l’université Paris VIII. Il a pub­lié qua­tre livres, le plus récent chez Gras­set. C’est pour cela que Médi­a­part le présente comme philosophe.

Il a aus­si appelé les femmes à ne plus accepter d’être con­sid­érées comme des « utérus repro­duc­tifs », à pra­ti­quer l’abstinence, l’homosexualité, la mas­tur­ba­tion, la sodomie, le fétichisme, la coprophagie, la zoophilie, tout ce qui peut éviter l’hydre hétéro­sex­uelle et le mâle qui va avec. L’homme injecterait du « sperme nation­al catholique » dans les vagins.

Vis­i­ble­ment, c’est dans l’air du temps : la/le philosophe est devenu (e- ou pas e ?) pro­fesseur à l’université Prince­ton de New York. Avoir les bonnes habi­tudes ouvre donc les bonnes portes.

…qui le dit : l’hétérosexualité serait dangereuse

Pourquoi donc ? L’article de Médi­a­part éclaire notre lanterne :

À cause des « fémini­cides ». Un voca­ble qui s’impose de plus en plus mal­gré son out­rance : qu’il y ait géno­cide des femmes mérit­erait d’être doc­u­men­té. À moins de réécrire la déf­i­ni­tion du mot géno­cide. Pour l’auteur, les « fémini­cides » auraient lieu « dans le cadre des rela­tions hétéro­sex­uelles ». Voilà ! La solu­tion à tous les prob­lèmes humains : de l’homosexualité partout et il n’y aura plus de meurtres dans les cou­ples… C’est l’homme qui est dan­gereux. Surtout quand il est blanc et hétérosexuel.

Un exem­ple de style et de pro­pos est utile :

« Tout d’abord : être un corps iden­ti­fié comme « femme » sur la planète Terre en 2020 est une posi­tion poli­tique à haut risque. Et je dis « posi­tion poli­tique » et non posi­tion anatomique car il n’y a rien, empirique­ment par­lant, qui per­me­tte d’établir une dif­férence sub­stantielle entre hommes et femmes. » 

La vio­lence subie par les femmes proviendrait de leur « posi­tion poli­tique sub­al­terne vis-vis de l’homme hétéro-patri­ar­cal ». Nous seri­ons donc non pas dans des démoc­ra­ties mais dans des « machocraties ». Il s’agit d’un « con­texte nécro-sexo-poli­tique » (oui, oui, c’est de la philosophie).

Mais en fait… le souci ne vient pas de la vio­lence des hommes car « si tous les hommes étaient vio­lents, alors sept hommes mour­raient chaque jour aux mains de leur amant, com­pagnon ou petit ami dans les rela­tions homo­sex­uelles. » Le souci vient de l’hétérosexualité : c’est la cause de la vio­lence mas­cu­line. Les hommes tuent parce que l’hétérosexualité con­duirait au meurtre. C’est le philosophe Pre­ci­a­do de Prince­ton qui l’écrit (vous pou­vez encore chang­er la des­ti­na­tion Eras­mus de votre rejeton).

Abolition de la famille

Du coup, si l’on ose écrire, que pro­pose Pre­ci­a­do ? De ne plus revendi­quer le mariage homo ou d’autres choses de cet ordre mais plutôt de réclamer « l’abolition du mariage hétéro­sex­uel ». Et comme, selon lui, les vio­lences faites aux enfants sont aus­si liées à l’hétérosexualité, il faudrait penser à « l’abolition de la famille ».

Comme ce genre d’idées s’enseigne dans les amphithéâtres en France et en Europe, dans le cadre des études de genre et post-colo­niales, que cela irrigue les milieux mil­i­tants jeunes de gauche et plus générale­ment toute la jeunesse d’Europe de l’ouest tant elles sont présentes dans son envi­ron­nement, rien de mieux qu’une cita­tion pour com­pren­dre de quoi l’on par­le à vos enfants :

« Ce sont les hommes cis qui doivent main­tenant ini­ti­er un proces­sus de dési­den­ti­fi­ca­tion cri­tique par rap­port à leurs pro­pres posi­tions de pou­voir dans l’hétérosexualité nor­ma­tive. Autrement dit, il faut dépa­tri­ar­calis­er et décolonis­er l’hétérosexualité. (…) J’imagine que ce que je dis ne sus­cite pas un ent­hou­si­asme immé­di­at par­mi les mass­es, mais il est néces­saire de se con­fron­ter col­lec­tive­ment aux con­séquences de l’héritage nécrop­oli­tique du patri­ar­cat. Seule la dépa­tri­ar­cal­i­sa­tion de l’hétérosexualité per­me­t­tra la redis­tri­b­u­tion des posi­tions de pou­voir, seule la déshétéro­sex­u­al­i­sa­tion des rela­tions ren­dra pos­si­ble l’émancipation non seule­ment des femmes, mais aus­si et para­doxale­ment, des hommes. En atten­dant, chaque femme devrait avoir une arme, je vais dire plutôt un livre, une généalo­gie, un poème, un per­ro­quet, un cyborg… et savoir s’en servir. Il n’y a pas de temps à per­dre. La révo­lu­tion a déjà commencé. »

Pre­ci­a­do est sérieux, il pense ce qu’il écrit. Médi­a­part est sérieux en le pub­liant. Der­rière le pro­jet métapoli­tique de la gauche intel­lectuelle con­tem­po­raine, celle dont les clones obti­en­nent l’immense majorité des postes uni­ver­si­taires, ce sont ces idées qui sont en marche. Leur vocab­u­laire rap­pellera les mots vides de réal­ité de l’époque sovié­tique aux plus anciens des lecteurs de l’OJIM. Et pen­dant ce (même) temps-là, Médi­a­part n’a de cesse de lut­ter con­tre la pré­ten­due islam­o­pho­bie et de défendre un islam où juste­ment cela frappe fort sur les femmes, par tous les moyens. Mais cela ne paraît pas intéress­er Pre­ci­a­do, ni Médi­a­part.

Voir notre arti­cle repris de Pierre Péan sur la méth­ode Medi­a­part et notre por­trait d’Edwy Plenel.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.