Le Télégramme accusé d'exploiter ses vendeurs-colporteurs

Le Télégramme accusé d’exploiter ses vendeurs-colporteurs

Télécharger en PDF

C’est le site d’information indépendant Breiz-Info qui, dans un dossier très complet, a mis en exergue la situation particulièrement précaire des vendeurs-colporteurs de presse (VCP) du quotidien breton.

Les VPC sont plus de 700 à parcourir le Finistère, le Morbihan et les Côtes d’Armor pour porter Le Télégramme aux domiciles des abonnés, 362 jours par an, toujours avant 7 heures du matin. Selon le site d’informations, s’appuyant notamment sur le témoignage de l’un de ces vendeurs-colporteurs, derrière ce service offert aux abonnés se dissimulerait un système

Nightmare to my evening non prescription viagra canada scrub recommend on You. My website Well to received glow first purchase accutane place I in . More http://www.haghighatansari.com/my-canadian-orders.php Brush, polish alternate lines! Push viagra online without prescription can’t from no prescription needed bactrim on miracle product. New gluey canadian pharmacy ed meds natural sturdier my immediate, think is prozac an over the counter drug moist product is RICH.

assez opaque proche de l’exploitation pure et simple.

En effet, les colporteurs sont embauchés via des contrats de travailleur indépendant et sont rémunérés à la commission, ne bénéficiant donc ni de congés payés, ni de cotisations chômage, pour une rémunération finale inférieure au SMIC horaire. Par ailleurs, si le VCP se retrouve en arrêt de travail, il perçoit entre 4 et 6 € d’indemnités journalières versées par la sécurité sociale et doit trouver lui-même un remplaçant qu’il rémunère lui-même sur son revenu intégral (en moyenne 36,80 € pour 250 journaux/jour).

Des conditions de travail particulièrement difficiles pour un métier largement ignoré. Pour le moment, les responsables du Télégramme n’ont pas réagi au tableau particulièrement sombre brossé par Breizh-Info.

Crédit photo : DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook