Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’accueil de migrants en maisons de retraite vu par la PQR : un filet d’eau tiède

13 mai 2018

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | not_global | L’accueil de migrants en maisons de retraite vu par la PQR : un filet d’eau tiède

L’accueil de migrants en maisons de retraite vu par la PQR : un filet d’eau tiède

La presse quotidienne régionale (PQR) consacre de nombreux articles à l’accueil de migrants en maisons de retraite. L’OJIM vous livre un panorama de son traitement médiatique, qui sous une apparence factuelle, comporte de nombreux partis-pris.

L’accueil institutionnel

Dans le Pas-de-Calais, à Nédonchel, La Voix du Nord nous informe en novem­bre 2017 qu’ « on regarde du côté de l’ancien étab­lisse­ment d’hébergement pour per­son­nes âgées dépen­dantes de Nédonchel — inoc­cupé depuis un mois suite à la con­struc­tion d’une nou­velle mai­son de retraite dans la com­mune, pour y installer un cen­tre d’accueil et d’examen des sit­u­a­tions comme il en existe actuelle­ment à l’abbaye de Bel­val à Trois­vaux ». Pour­tant, «  Le maire souhaite con­stru­ire une salle poly­va­lente » lit-on dans l’édition du 15 décem­bre du quo­ti­di­en nordiste. Il devra atten­dre….

Selon La Nou­velle République le 9 mars, à Fron­te­nay Rohan Rohan (Deux Sèvres), « un con­seil extra­or­di­naire s’est penché sur le pro­jet de cen­tre d’accueil et d’orientation pour migrants dans l’ancienne mai­son de retraite des Trois Rois. Le con­seil a voté pour une large majorité en faveur de ce pro­jet. Les locaux qui doivent être cédés à Auda­cia pour l’euro sym­bol­ique par le bailleur social qui les détient ». Le quo­ti­di­en cite le secré­taire général de la Pré­fec­ture : «  la qua­si-total­ité d’entre eux sont des jeunes hommes autonomes et débrouil­lards, provenant de pays dont la sit­u­a­tion intérieure est très dif­fi­cile : Afghanistan, Dar­four, Éry­thrée, Afrique noire ».

Dans le Cal­va­dos, à Mis­sy, c’est selon Actu.fr le 1er févri­er « au sein d’une anci­enne mai­son de retraite que les jeunes vont s’in­staller ». La Manche libre relate que « l’an­ci­enne mai­son de retraite, à une ving­taine de kilo­mètres de Caen, va désor­mais abrit­er des jeunes non majeurs venus de l’é­tranger ». Sur le site Actu.fr, on peut lire que le Prési­dent du Con­seil départe­men­tal affirme : « Beau­coup de migrants vien­nent pass­er le test de la minorité, racon­te Jean-Léonce Dupont. Mais cer­tains ne sont pas mineurs. Le plus âgé à s’être présen­té avait 45 ans ! Cepen­dant, le Départe­ment doit les pren­dre en charge, quel que soit leur âge, le temps de l’évaluation de la minorité ». Ouest-France nous apprend qu’« ils vien­nent prin­ci­pale­ment d’Afrique Sub­sa­hari­enne (Mali, Guinée, Con­go, Éry­thrée, Ango­la, Éthiopie) mais aus­si du Bangladesh ou d’Albanie ».

À Auch, on apprend à la lec­ture d’un arti­cle de La Dépêche que « des migrants (sont) logés à l’Eh­pad de la Ribère ». Il s’agit en fait des « anciens locaux de l’EPHAD ». Le quo­ti­di­en nous apprend le 9 décem­bre 2017 que « seuls ou en petits groupes, ils arrivent à la gare d’Auch, guidés à Matabi­au par les passeurs, et finis­sent par frap­per à la porte du com­mis­sari­at pour obtenir de l’aide ». Le jour­nal donne la parole au Prési­dent du con­seil départe­men­tal : « c’est un hon­neur pour le départe­ment et pour la République de les accueil­lir ».

À Triel-sur-Seine, « les migrants « tem­po­raires » sont là depuis 2 ans » selon le site d’information Paris.vox le 30 octo­bre 2017. « Pour calmer les réti­cences des riverains, la pré­fec­ture annonçait alors que les migrants devraient rester unique­ment jusqu’à fin mars 2016, le temps de l’examen de leur sit­u­a­tion par les ser­vices de l’Etat ». On apprend dans Le Parisien qu’ils sont dans l’ancienne mai­son de retraite. Rapi­de­ment, ils organ­isent une man­i­fes­ta­tion pour dénon­cer leurs con­di­tions d’hébergement et la qual­ité de la nour­ri­t­ure qu’on leur sert, nous apprend Le Parisien en août 2016.

En Bre­tagne, Le Télé­gramme informe en novem­bre 2016 qu’à Lam­bézel­lec, « 30 migrants (sont) accueil­lis dans l’an­ci­enne rési­dence de Ker­maria ».

Dans le Tarn, à Réal­mont, « l’an­ci­enne mai­son de retraite sera recon­ver­tie », nous informe le 28 avril La Dépêche. « Ce bâti­ment devrait accueil­lir des migrants pour une durée de neuf mois recon­ductibles ». « Un col­lec­tif s’est con­sti­tué en jan­vi­er pour faire enten­dre la volon­té d’u­tilis­er ces locaux pour accueil­lir des sans-abri ». Le pro­jet retenu « ne cor­re­spond pas aux deman­des du col­lec­tif » affirme son porte-parole au jour­nal­iste.

20 Min­utes nous informe que « la petite com­mune de Lan­gourla dans les Côtes‑d’Armor n’accueillera pas de cen­tre d’accueil pour migrant » dans une anci­enne mai­son de retraite. « Les élus ont finale­ment refusé cette propo­si­tion, préférant à la place un pro­jet de créa­tion d’habitat partagé pour des per­son­nes hand­i­capées ». Le site d’information Breizh Info relate un pro­jet alter­natif à l’accueil des migrants présen­tés par des habi­tants de la com­mune.

L’occupation illégale

Par­fois, l’accueil insti­tu­tion­nel de migrants sou­vent clan­des­tins est rem­placé par l’occupation illé­gale de bâti­ments.

À Rennes, en juin 2017, Ouest-France nous annonce qu’au « squat de la Poterie, 160 migrants sont tou­jours sans issue ». « Cette anci­enne mai­son de retraite appar­tenant au pro­mo­teur Lam­otte doit être démolie cet été. Sept bébés sont nés depuis que les familles vivent ici. » Orig­i­naires de Mon­golie, de Tchétchénie, d’Afghanistan, de Géorgie, d’Al­ban­ie, d’Ukraine, d’Afrique du Nord ou d’Afrique noire, ils ont été déboutés du droit d’asile. Un adjoint au Maire affirme le 23 juin à Ouest-France : « Les Géorgiens, Albanais et Ukrainiens, soit entre un tiers et la moitié des 160 migrants, sont con­sid­érés comme des voyageurs au sein de l’U­nion européenne, ils ne sont donc ni expulsables ni régu­lar­is­ables ».

Après leur expul­sion, Ouest-France nous apprend que « les migrants du squat de la Poterie sont tous à l’abri ». Dans l’édition du 22 juil­let 2017 du quo­ti­di­en, on apprend que « les 160 migrants dont 80 enfants » « ont été rel­ogés dans des apparte­ments ou de petites maisons » ou à l’hôtel. L’article se ter­mine par les pro­pos d’une représen­tante de l’association « Un toit c’est un droit ». « Nous sommes soulagés. Toutes les per­son­nes ont été mis­es à l’abri. Per­son­ne ne s’est retrou­vé à la rue ».

À Nantes, Europe 1 relate le 8 mars les tribu­la­tions de squat­teurs clan­des­tins. « Expul­sés de l’u­ni­ver­sité, des migrants occu­pent une ex-mai­son de retraite plusieurs dizaines de migrants occu­pent depuis jeu­di midi une anci­enne mai­son de retraite, pro­priété de la métro­pole.  Le jour­nal relate les pro­pos du maire (PS) de Nantes et prési­dent de Nantes Métro­pole : « Le bâti­ment de six étages est occupé par “au moins 100 per­son­nes” ». « Il n’y aura pas d’é­vac­u­a­tion jusqu’à la fin de la trêve hiver­nale ». Le 16 mars, Ouest-France titre sur « l’ex-mai­son de retraite (qui) devien­dra cen­tre d’accueil de migrants ». Le quo­ti­di­en nous apprend en effet que la Préfète a pro­posé, jeu­di soir 15 mars, sur France 3 que cet Ehpad soit trans­for­mé en « cen­tre d’accueil et d’examen des sit­u­a­tions ».

Le détournement de l’objet

À Blacé, dans le Rhône, Le Pro­grès nous informe que « la nou­velle rési­dence Les Pla­tanes devait à par­tir de début 2018 accueil­lir des seniors non dépen­dants. Mais elle pour­rait finale­ment accueil­lir des jeunes migrants. » « Le Départe­ment du Rhône tient à rap­pel­er que l’accueil des Mineurs Non Accom­pa­g­nés lui est imposé par l’État, engageant sa respon­s­abil­ité juridique, alors même que l’afflux des Mineurs Non Accom­pa­g­nés relève de la poli­tique migra­toire de l’État ». Le jour­nal nous apprend qu’un col­lec­tif d’habi­tants s’est for­mé pour deman­der le main­tien du pro­jet ini­tial. Lyon Cap­i­tale nous informe le 26 mars qu’ « après un con­seil d’administration (de l’EPHAD) qui s’est tenu la semaine dernière, le lieu restera une rési­dence pour seniors ».

À Mézy-sur-Seine, La Gazette en Yve­lines titre pos­i­tive­ment le 5 avril au sujet d’un bâti­ment prévu pour une mai­son de retraite et qui accueille…des migrants : «  Loge­ments soci­aux : la mairie « dans les clous » grâce… aux migrants ». « 36 des loge­ments soci­aux compt­abil­isés par la pré­fec­ture provi­en­nent du foy­er de deman­deurs d’asile, ouvert en 2015 dans un bâti­ment prévu pour une mai­son de retraite. Son car­ac­tère ini­tiale­ment très tem­po­raire est devenu un peu plus défini­tif ».

Robinet d’eau tiède

Que retenir de cette cou­ver­ture par les médias de l’arrivée de migrants dans des maisons de retraite désaf­fec­tés ou rénovées, comme à Mézy-sur-Seine ?

S’il ne fal­lait pas s’attendre à de grands développe­ments géo-poli­tiques dans les pages locales des quo­ti­di­ens régionaux, l’impression générale des arti­cles est celle d’un filet d’eau tiède.

A l’exception d’Actu.fr et de Breizh.info, tout aspect trop polémique du sujet est évac­ué : ain­si, on ne saura pas quels étaient les pro­jets des munic­i­pal­ités con­cernées pour l’utilisation des maisons de retraite désaf­fec­tées (travaux en vue d’offrir des places sup­plé­men­taires pour les per­son­nes âgées, etc.). Les maires ne sont pas ques­tion­nés sur la ques­tion. Ce n’est que quand des citoyens et élus s’emparent du sujet et qu’une oppo­si­tion au pro­jet de loge­ment de migrants voit le jour, comme à Réal­mont, Lan­gourla et Blacé, que l’affectation des locaux est évo­quée.

L’injonction relayée notam­ment par Le Parisien de « men­er au plus vite une mise à l’abri » des clan­des­tins ne sem­ble souf­frir aucune réserve.

Des clan­des­tins vien­nent téléguidés par des passeurs frap­per à la porte de la Police pour être pris en charge à Auch, comme le relate La Dépêche. C’est aus­sitôt un élu qui est inter­viewé et qui invoque la fidél­ité à des valeurs d’accueil.

Quand des clan­des­tins se présen­tent comme mineurs et qu’ils ne le sont pas, comme cet éter­nel ado­les­cent de 45 ans dans le Cal­va­dos men­tion­né par le Prési­dent du con­seil départe­men­tal, l’élu s’empresse de rap­pel­er qu’ils doivent être pris en charge pour leur éval­u­a­tion.

Après l’expulsion d’une mai­son de retraite squat­tée à Rennes, ce qui importe en con­clu­sion de l’article de Ouest France, c’est que les déboutés du droit d’asile « soient tous à l’abri ». Pas un mot sur la suite logique du rejet de la demande d’asile : le retour dans le pays d’origine.

À Nantes, les clan­des­tins arrivent, épaulés par un impor­tant battage médi­ati­co-poli­tique, à trans­former leur squat en cen­tre d’accueil de migrants, sans que cela sus­cite d’étonnement par­ti­c­uli­er du jour­nal­iste de Ouest France.

Le statut des intéressés est le plus sou­vent évo­qué dans les arti­cles sous le terme générique de « migrant ». Un terme fourre- tout qui fait l’impasse sur l’illégalité du séjour en France de nom­bre d’entre eux.

La polémique qui pour­rait naitre à Mézy sur Seine sur le détourne­ment de l’objet de la mai­son de retraite, au prof­it des migrants et au détri­ment des per­son­nes âgées, est évac­uée dès le titre de l’article par l’argument mas­sue du Maire Europe Ecolo­gie de la com­mune : Loge­ments soci­aux : la mairie « dans les clous » grâce… aux migrants ».

Ouest-France relaie sans réserve les approx­i­ma­tions d’un élu : cer­tains migrants seraient inex­pulsables car « voyageurs au sein de l’Union européenne ». Exit donc les con­di­tions de séjour en France qui exis­tent tant pour les européens que les non européens et qui ne per­me­t­tent pas de rester dans le pays dans tous les cas et toutes con­di­tions.

À pre­mière vue stricte­ment factuels, l’approche médi­a­tique de la mise à l’abri de migrants con­tient dans de nom­breux arti­cles des non-dits et des pré­sup­posés. Le philosophe Pierre Manent évo­quait de façon plus générale dans un récent numéro de Causeur ce qui sem­ble en jeu : « C’est comme s’il y avait d’un côté le droit du migrant, d’une valid­ité pri­mor­diale et uni­verselle, et, de l’autre, une com­mu­nauté mise en accu­sa­tion ou sous sur­veil­lance dès lors qu’elle ne répond pas assez vite ou assez com­plète­ment aux deman­des du migrant ». Des injonc­tions que de nom­breux médias ne sont pas les derniers à relay­er, à tort ou rai­son…

Crédit pho­to : kaboom­pics via pix­abay (cc0)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision