L’Amérique Latine, tombeau des journalistes

Mexico

L’Amérique Latine, tombeau des journalistes

Télécharger en PDF

Si, depuis le début de l’année, 119 journalistes ont été tués dans le monde, une grande partie peut être imputée à l’Amérique Latine.

En effet, selon un rapport rédigé par IFEX-ALC, un réseau d’organisations de défense de la liberté de la presse basé au Guatemala, 74 journalistes y ont trouvé la mort ces trois dernières années. Le décompte morbide place le Mexique en tête avec 25 tués, suivi de près par le Honduras (24 tués). Et les autres ne sont pas en reste : 9 au Brésil, 7 en Équateur, 3 au Pérou, 3 en Colombie, 2 au Guatemala et 1 en Argentine.

Selon Ciudad Guatemala Pedro Vaca, membre du réseau à l’origine de ce rapport, la présence du crime organisé, l’intolérance de certains pouvoirs publics, ainsi que la violence sexuelle seraient en cause. « On doit garantir le libre exercice du journalisme dans des environnements menaçants et mettre en place des mesures de protection de pair avec des politiques de justice » a-t-il commenté. Ce dernier souhaite « en finir avec la culture de l’impunité et (…) prendre au sérieux le droit à la justice. Le but [du rapport, NDLR] est de promouvoir une réflexion dans les États, dans l’espoir que ces éléments se traduisent par des actions ».

Rappelons enfin que, selon l’ONG, aucun de ces 74 meurtres n’a été élucidé…

Crédit photo : Monterey Nightview via Wikimédia

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook