La Quinzaine littéraire « en danger de mort » selon Maurice Nadeau

La Quinzaine littéraire « en danger de mort » selon Maurice Nadeau

La Quinzaine littéraire « en danger de mort » selon Maurice Nadeau

Télécharger en PDF

La Quinzaine littéraire est confrontée à de graves difficultés financières qui placent celle-ci en grande délicatesse financière.

« C’est de mort en effet, qu’est menacée La Quinzaine littéraire : pas dans six mois, pas dans un an, comme elle l’a souvent été durant les 47 années de son existence, mais dans les semaines qui viennent », écrit Maurice Nadeau, son directeur historique âgé de 102 ans.

Dans le numéro du 16 mai, l’éditeur propose ainsi de créer une société participative avec deux collèges, l’un comprenant les lecteurs et amis de la Quinzaine, l’autre les collaborateurs. Objectif : recapitaliser la société mère, la SELIS, avec une entrée à 100 euros minimum. Les dons ont commencé à arriver, grâce à un appel lancé sur internet. La somme de 50 000 euros est nécessaire pour affronter la baisse des abonnements, la chute des ventes en kiosque et les coûts de diffusion facturés par Presstalis. L’ancien président de Courrier international et de Télérama, Philippe Thureau-Dangin conseillera la nouvelle société participative chargée du sauvetage.

Maurice Nadeau, intellectuel marqué à gauche et éditeur mythique (Malcolm Lowry, Henry Miller, Witold Gombrowicz, Georges Perec, etc…) a publié dans la Quinzaine littéraire des critiques de la plupart des grands intellectuels de l’après-guerre. Elle revendique plus de 800 collaborateurs et 48 000 articles parus depuis sa première parution en 1966. Il serait en effet dommage que tout cela s’arrête brutalement…

Crédit photo : montage OJIM (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook