A la une
Et si Elfassi était en train de couler Voici et Closer ?

Et si Elfassi était en train de couler Voici et Closer ?

Télécharger en PDF

Accusant Télé Star, FHM et Voici, trois magazines des groupes de presse Prisma Media et Mondadori France, de lui avoir volé des photos, Jean-Clause Elfassi offre chaque semaine aux lecteurs de son blog de consulter les magazines (« de merde ») Voici et Closer, sans la pub et… gratuitement.

Objectif ? « Voler » les « voleurs », un peu comme Robin des bois. Le paparazzo un brin mégalo invite ainsi les internautes à « (faire) œuvre de salubrité publique en ne donnant pas (leur) argent à un voleur », « cela fera des arbres préservés », se moque-t-il. La faute à plusieurs arrêts, qui, en vertu d’une jurisprudence de 2002 du TGI de Nanterre – confirmée par la Cour d’appel de Versailles en 2005 – n’accordant pas la protection du Code de la propriété intellectuelle à des clichés ne demandant « aucun effort de création du photographe », en particulier parce que « l’éclairage et le cadrage des clichés litigieux ne traduisent aucune recherche particulière », l’ont débouté face à Mondadori et Prisma qui avaient publié des clichés à lui sans les avoir achetés.

Alors, entre deux posts consacrés au « pro pédophile Gregory Lassus-Debat directeur du magazine de merde Causette » qu’il accuse d’avoir « (menacé) une journaliste » et à « Nadège Lacroix la pute » qui « (laisserait) sa mère alcoolique croupir dans un HLM sordide » tandis qu’elle « (se ferait) payer des nouveaux seins par Voici », Jean-Claude Elfassi publie chaque semaine l’intégralité des numéros de Voici et Closer. La mise en demeure de Mondadori ne l’a pas découragé, pas plus que l’action en justice pour « contrefaçon » de Prisma qui lui réclame la bagatelle de 50 000 euros de dommages et intérêts. Plus déchaîné que jamais, il déclarait suite à l’annonce de cette procédure : « Ces salauds veulent vous interdire de lire de la merde gratuitement. Pour cela rentrons en résistance contre l’oppresseur nazi, coulons-les ! Faites tourner : leur magazine est gratuit sur le elfassicoopblog.com ». Le bon plan se propage, grâce à ses 2 500 fans sur Facebook et, surtout, ses 24 000 followers sur Twitter. Faut-il y voir un rapport de cause à effet, au premier trimestre 2013, Voici a vu ses ventes s’effondrer de 14,45% à 298 662 exemplaires et Closer de 16,77% à 291 459 exemplaires, soit les deux plus gros bouillons de la presse people

Voir aussi : Les magazines chutent, la presse people s’effondre

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook