Accueil | Actualités | Médias | Yann Barthès désinforme sur l’homosexualité en Russie
Pub­lié le 9 septembre 2013 | Éti­quettes :

Yann Barthès désinforme sur l’homosexualité en Russie

Dans le « Petit Journal » de Canal du 4 septembre, Yann Barthès a ouvertement désinformé au sujet de la Russie.

Le présentateur a en effet assuré qu’« il [était] tout simplement interdit de parler d’homosexualité dans la presse, sur internet ou tout simplement en public ».

Pourtant, la loi adoptée le 11 juin dernier par les députés russes ne va pas dans ce sens. Elle punit bien la « propagande homosexuelle » mais « à destination des mineurs », ce que Yann Barthès s’est bien gardé d’ajouter alors que la différence est de taille.

Le but est-il, derrière un air branché propre à l’émission, de diaboliser la Russie et ses lois jugées « arrière-gardistes » ?

Crédit photo : capture d'écran vidéo Canal

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This