Accueil | Actualités | Médias | Virée de Sciences Po pour plagiat, nommée conseillère à l’INA
Pub­lié le 9 avril 2015 | Éti­quettes : , , ,

Virée de Sciences Po pour plagiat, nommée conseillère à l’INA

Il y a visiblement des fautes professionnelles qui s'avèrent profitables dans une carrière. C'est en tout cas ce que laisse à penser la direction de l'INA, qui vient de nommer Agnès Chauveau comme conseillère.

Ancienne directrice de l'école de journalisme de Sciences Po, celle-ci avait été accusée de plagiat par le site @rrêt sur Images en novembre dernier. Après avoir passé ses chroniques sur France Culture au filtre d'un logiciel anti-plagiat, l'équipe de Daniel Schneidermann avait en effet constaté de nombreuses reprises sans qu'aucune source ne soient citée.

Sciences Po avait alors placé Mme Chauveau en congé provisoire le temps de l'enquête, avant de la remercier fin janvier. « J'oublie de citer certains papiers, mais ce n'est jamais volontaire et je rectifierai chaque fois que ça pose problème », s'était-elle justifiée, arguant qu'elle n'avait « pas le temps de citer à l'antenne toutes (ses) sources ».

Malgré cette affaire peu glorieuse, l'Institut National de l'Audiovisuel a cependant jugé opportun de nommer le 1er avril cette dernière comme « déléguée à la stratégie éditoriale et éducative, membre du comité exécutif ». « Elle aura pour mission de superviser et de piloter le développement d'une politique éditoriale et éducative innovante », a indiqué l'Institut.

Étant donné sa date de nomination, on aurait pu penser à une mauvaise blague de la part de l'INA. Pourtant, cette nomination est tout à fait réelle. Dans les institutions publiques, la bonne conduite et la déontologie ne sont pas toujours nécessaires à l’ascension sociale.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This