Accueil | Actualités | Médias | Viré de France Inter, Levaï s’estime « rangé dans la catégorie des vieux cons caducs »
Pub­lié le 26 juin 2014 | Éti­quettes : , ,

Viré de France Inter, Levaï s’estime « rangé dans la catégorie des vieux cons caducs »

Évincé de France Inter où il présentait, depuis 2003, la revue de presse du week-end, Ivan Levaï a visiblement mal pris sa mise à l'écart.

« On m'a rangé dans la catégorie des vieux cons caducs... On m'a dit que je devais montrer l'exemple et laisser la place aux jeunes », s'est plaint la voix historique de la station. À 77 ans, il présentait depuis 2003 l'émission « Le Kiosque » chaque samedi et dimanche. De 1989 à 1996, il avait présenté la revue de presse du matin sur les mêmes ondes, avant de devenir directeur de l'information de Radio France. À partir de 1999, Levaï a également assuré la revue de presse de France Musique puis présidé la chaîne parlementaire LCP-AN jusqu'en 2003, date à laquelle il est revenu sur France Inter.

Du côté de la direction, on veut nuancer les choses en expliquant que « sa voix ne va pas s'éteindre sur France Inter. À chaque fois qu'il y aura des événements importants en France, France Inter l'accueillera, son savoir sera sur l'antenne. »

Cette éviction est l’une des premières décisions prises par le nouveau PDG de Radio France, Mathieu Gallet et la nouvelle directrice de France Inter, Laurence Bloch. Fin de règne abrupt pour celui qui, né en 1937 à Budapest de mère juive et de père inconnu, officiait depuis 40 ans sur les ondes mais semblait de plus en plus las. Figure historique de la station, son image avait été durablement terni durant l’affaire DSK (ou Affaire du Sofitel) où, selon certains observateurs, il avait fait preuve de beaucoup de morgue et d’arrogance dans la défense du mari de son ex-femme. Ancien époux d’Anne Sinclair, très proche du couple, il avait en effet affirmé qu’« un viol, cela se passe avec un couteau ou un revolver », manière de contester le viol de DSK sur Nafissatou Diallo. Manière également de suggérer que tant qu’il n’y a pas couteau ou revolver, il n’y a pas viol ? Ivan Levaï avait fini par publier un livre de défense de DSK en 2011 (Chronique d’une exécution, Le Cherche-midi) accueilli fraichement par la critique.

Crédit photo : Claude TRUONG-NGOC via Wikimedia (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux