Accueil | Actualités | Médias | Viols de Cologne : la désinformation continue
Pub­lié le 27 juillet 2016 | Éti­quettes : , , , ,

Viols de Cologne : la désinformation continue

[Première diffusion le 21 février 2016] Rediffusions estivales 2016

Un mois et demi après les agressions sexuelles de masse commises à Cologne et dans d'autres villes d'Allemagne le soir du Nouvel An, la désinformation continue.

Dernièrement, une information erronée a circulé dans les médias belges et même outre-Manche. Se basant sur un article de l'Allemand Die Welt, qui rapportait les propos d'Ulrich Bremer, porte-parole du procureur de Cologne, ces médias ont indiqué que seuls trois réfugiés (sur 73 personnes interpellées) figuraient parmi les agresseurs de la Saint-Sylvestre.

En Belgique, la RTBF et RTL TVi ont tous deux rapporté que « les chiffres qui avaient circulé sur le nombre supposé de migrants ayant pris part aux agressions de la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne ne sont pas corrects. Il n’y aurait que 3 migrants récents parmi les agresseurs ». En Angleterre, c'est The Independant qui, plus tôt dans la journée, citait le même article de Die Welt pour affirmer que, d'après Ulrich Bremer, il n'y aurait que trois demandeurs d'asile parmi les accusés.

D'où vient ce chiffre ? De nulle part ! En effet, dans l'article source de Die Welt, aucun chiffre ne permet de savoir le nombre de réfugiés parmi les individus faisant l'objet d'une enquête. Aussi, le même jour, dans un entretien au journal allemand The Local, Ulrich Bremer assurait qu'il ne pouvait pas communiquer leur nombre. De son côté, Associated Press rapportait même que M. Bremer leur avait indiqué que la majorité des suspects interpellés (au nombre de 73) étaient des demandeurs d'asiles.

Dans le même temps, dans un autre quotidien, le Frankfurter Algemeine (FAZ), le porte-parole du procureur de Cologne indiquait que ces 73 interpellations concernaient « des personnes sous statut de demandeurs d’asile, de personnes en cours de procédure ou de personnes présentes illégalement sur le territoire allemand ». Et d'ajouter que la majorité d'entre eux étaient originaires du Maroc et de l'Algérie.

À partir de là, comment en est-on arrivé à affirmer, en Belgique comme au Royaume-Uni, que « seuls 3 des suspects interpellés sont des réfugiés » ? Difficile de le savoir, car quand bien même ce chiffre de 3 ressort dans certains papiers, c'est justement pour expliquer que seuls 3 personnes de (double ?) nationalité allemande figurent parmi les agresseurs présumés...

Lundi, Ulrich Bremer a donc démenti les affirmations et les conclusions qui ont été tirées de ses propos, assurant à nouveau que « la très grande majorité de ceux qui ont été arrêtés sont à classer dans la catégorie des réfugiés. Certains sont entrés en Allemagne en disant qu’ils voulaient introduire une demande d’asile (sans la faire) et d’autres ont effectivement fait cette demande ».

Rappelons que 1 054 plaintes ont été déposées suite à ces événements sans précédent. Parmi elles, 453 agressions sexuelles et 527 atteintes aux biens sont toujours sans auteur... En Allemagne, 600 000 « réfugiés » ont disparu des radars de l'immigration depuis leur arrivée sur le territoire.

Lire notre dossier sur le traitement médiatique des viols de Cologne

Dessin : © Milady de Winter pour l'Ojim

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux