Accueil | Actualités | Médias | Vers une remise à plat des aides à la presse
Pub­lié le 23 novembre 2012 | Éti­quettes : ,

Vers une remise à plat des aides à la presse

Le 20 novembre dernier, réagissant aux difficultés du quotidien Sud Ouest, Martine Lignières-Cassou, député-maire de Pau, a interrogé Aurélie Filippetti, ministre de la culture, au sujet des aides à la presse, « une presse aujourd’hui en situation très difficile ».

La ministre a répondu que « l’État dépense 1,2 milliards d’euros pour aider et accompagner la presse, ce qui représente beaucoup d’argent mais n’empêche pas, malheureusement, les difficultés que nous connaissons ». « J’engage un travail de fond sur un meilleur ciblage des aides à la presse, afin d’accompagner la restructuration de la filière » a continué Aurélie Filippetti.

Autre axe de travail pour le gouvernement, un projet de loi, créant un droit voisin numérique, la fameuse taxe Google, en cas d’échec des négociations entre le moteur de recherche américain et les éditeurs de presse français.

Un dossier à suivre.

Sources : La Correspondance de la presse – Sud Ouest

Crédit photo : Jérémy-Jean via Wikimédia (copyleft)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This