Accueil | Actualités | Médias | Vers une remise à plat des aides à la presse
Pub­lié le 23 novembre 2012 | Éti­quettes : ,

Vers une remise à plat des aides à la presse

Le 20 novembre dernier, réagissant aux difficultés du quotidien Sud Ouest, Martine Lignières-Cassou, député-maire de Pau, a interrogé Aurélie Filippetti, ministre de la culture, au sujet des aides à la presse, « une presse aujourd’hui en situation très difficile ».

La ministre a répondu que « l’État dépense 1,2 milliards d’euros pour aider et accompagner la presse, ce qui représente beaucoup d’argent mais n’empêche pas, malheureusement, les difficultés que nous connaissons ». « J’engage un travail de fond sur un meilleur ciblage des aides à la presse, afin d’accompagner la restructuration de la filière » a continué Aurélie Filippetti.

Autre axe de travail pour le gouvernement, un projet de loi, créant un droit voisin numérique, la fameuse taxe Google, en cas d’échec des négociations entre le moteur de recherche américain et les éditeurs de presse français.

Un dossier à suivre.

Sources : La Correspondance de la presse – Sud Ouest

Crédit photo : Jérémy-Jean via Wikimédia (copyleft)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This