Accueil | Actualités | Médias | Verdier licencié, Souami ménagé : la liberté de parole à deux vitesses de France TV
Pub­lié le 28 octobre 2015 | Éti­quettes : , , , , ,

Verdier licencié, Souami ménagé : la liberté de parole à deux vitesses de France TV

Écarté de l'antenne pour un livre (« Climat investigation », éditions Ring) jugé « climatosceptique », Philippe Verdier, le monsieur météo de France 2, a été convoqué par la direction des ressources humaines de la chaîne en vue d'être licencié, rapporte L'Express. Dimanche 13 octobre, il avait été mis à pied pour avoir, dans un livre, dénoncé l'hypocrisie des dirigeants à l'approche de la conférence COP21 sur le climat.

Depuis le début de la polémique, Philippe Verdier n'a de cesse de revendiquer sa « liberté d'expression » et son « droit à l'information ». De plus, celui-ci assure avoir prévenu sa direction avant la parution du livre. « Je n'attendais pas un soutien de la part de la rédaction de France Télévisions par rapport au livre que j'ai fait de manière indépendante, je n'attendais pas non plus de la part de France Télévisions qu'on m'attaque, je suis blessé (...) sali », avait-il confié.

Pour faire bonne figure et ne pas sembler appliquer un deux-poids deux-mesures, France Télévisions a également convoqué Jean-Marc Souami, présentateur météo de France 3, qui avait critiqué Laurent Ruquier fin septembre après que l'animateur ait offert une tribune à Nadine Morano, avec la polémique que l'on connaît sur la « race blanche ».

En revanche, contrairement à Philippe Verdier, Jean-Marc Souami s'est simplement vu demander d’honorer son devoir de réserve. Membre de la CFDT, M. Souami n'en est pas à son coup d'essai et enchaîne régulièrement les sorties politiques. Sur Twitter et Facebook, bien-sûr, mais également au sein de son propre journal météo. Le 12 janvier 2013, jour de Manif pour tous, il avait ainsi conseillé aux téléspectateurs de « rester sous la couette »... sans que cela ne provoque la moindre réprimande de la part de sa direction.

Comme le souligne un responsable syndical pour puremedias.com, « les cas Verdier et Souami ne sont pas comparables. Jean-Marc est soutenu en interne alors que Philippe Verdier l'est beaucoup moins ». La messe est dite.

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

22% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 445,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux