Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Philippe Verdier sur la touche : la chasse aux « climatosceptiques » est ouverte

16 octobre 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Philippe Verdier sur la touche : la chasse aux « climatosceptiques » est ouverte

Philippe Verdier sur la touche : la chasse aux « climatosceptiques » est ouverte

« Il devient impos­si­ble dans notre pays d’ex­pos­er un avis ouvert sur cette ques­tion sans être insulté ou stig­ma­tisé ».
Philippe Verdier, droit de réponse à Rue89, 14/10/2015

Suite à la parution de son livre, Climat investigation (Ring, 2015), le monsieur météo de France 2 a été la cible de vives critiques avant d’être mis en congé forcé par la chaîne publique.

C’est Arrêt sur images qui a ouvert le bal de la chas­se aux scep­tiques, dénonçant un « dis­cours pro­mo­tion­nel con­fus… ». Aus­sitôt, Rue89 est entré dans la danse, pro­posant car­ré­ment d’ar­rêter d’in­viter les « cli­matoscep­tiques » dans les médias !

Con­sid­érant que « leurs argu­ments ont été démon­tés défini­tive­ment », le jour­nal­iste Thibaut Schep­man juge qu’on se croirait « revenus 30 ans en arrière » avec le dis­cours de ceux qu’il estime « ultra-minori­taires » dans la com­mu­nauté sci­en­tifique. Pour lui, don­ner la parole à ces gens revient à per­me­t­tre de « con­fron­ter ces thès­es far­felues à des vérités sci­en­tifiques », mais surtout « con­tribue à don­ner l’illusion du doute, ce qui est exacte­ment la stratégie des lob­bies scep­tiques ».

Pire : l’au­teur reproche notam­ment à Mar­i­anne, au Figaro et à Valeurs Actuelles de sim­ple­ment leur avoir don­né la parole. En l’oc­cur­rence, il fait référence à Philippe Verdier, chef du ser­vice météo de France 2 qui assure actuelle­ment la pro­mo­tion de son dernier livre. Pour Thibaut Schep­man, sans doute lui-même spé­cial­iste du cli­mat à ses heures per­dues, Verdier « avance des argu­ments d’une nul­lité évi­dente ».

« À Rue89, nous avons décidé de ne pas con­tribuer à cette drôle de représen­ta­tion », con­clut-il.

Dans un droit de réponse pub­lié sur le site des édi­tions Ring et sur Rue89, Philippe Verdier pointe une « accu­sa­tion diffam­a­toire » et se défend d’être un « cli­matoscep­tique ». Sim­ple­ment, celui-ci explique mon­tr­er aus­si « les aspects posi­tifs du réchauf­fe­ment en France » car « notre pays fait par­tie des rares à pou­voir s’adapter rapi­de­ment aux risques du cli­mat ».

« L’en­quête Cli­mat Inves­ti­ga­tion restau­re au con­traire les avis dif­férents du dis­cours offi­ciel aux mains des États », clame-t-il avant de juger qu’« inter­dire les scep­tiques de s’ex­primer est une atteinte au débat et à la lib­erté. Beau­coup de sci­en­tifiques hors du GIEC ont de nom­breuses décou­vertes et de révéla­tions à nous apporter. »

« Je ne suis donc pas cli­matoscep­tique mais scep­tique con­cer­nant les pro­pos des pro­tag­o­nistes de la COP 21 qui s’ex­pri­ment exagéré­ment sur le cli­mat », assure le mon­sieur météo de France 2. Selon lui, « il devient impos­si­ble dans notre pays d’ex­pos­er un avis ouvert sur cette ques­tion sans être insulté ou stig­ma­tisé ».

En atten­dant, son livre Cli­mat inves­ti­ga­tion est en « rup­ture de stock », ce qui a, sans doute, le don d’a­gac­er les « cli­ma­to­cer­tains ». Du côté de France 2 cepen­dant, on ne prend pas cette affaire à la légère. Comme l’a annon­cé puremedias.com, la chaîne a demandé à M. Verdier de retir­er sur Twit­ter toute référence à son employeur. Sa biogra­phie s’est ain­si trans­for­mée en : « Compte per­so. Météo à TV en France (je ne peux pas en dire davan­tage) et auteur de ‘Cli­mat Inves­ti­ga­tion’ chez Ring. »

Aus­si, ce dernier n’a pas assuré les derniers bul­letins météo à l’an­tenne. Et pour cause : il a été mis en « con­gés for­cés » jusqu’au 26 octo­bre. Pas sûr que les téléspec­ta­teurs pour­ront le retrou­ver un jour à l’écran, du moins pas sur le ser­vice pub­lic, où l’on rap­pelle que le directeur de cab­i­net de Del­phine Ernotte n’est autre que Stéphane Sit­bon-Gomez, ancien bras droit de Cécile Duflot à EELV

En atten­dant, cette triste his­toire mon­tre jusqu’où sont tombés la lib­erté d’expression et le respect de l’opinion adverse au pays de Voltaire.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Édi­tions Ring

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.