Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Fabrice Le Quintrec

17 octobre 2013

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Portraits | Fabrice Le Quintrec

Fabrice Le Quintrec

La liberté au fond d’un placard

Fabrice Le Quintrec est né en avril 1951 à Meaux où il a passé son enfance et son adolescence. Après son baccalauréat, il a obtenu une bourse de l’« American Field Service » pour un séjour d’une année en immersion dans l’Amérique profonde des « sixties ». Il obtient à Concord-Californie un diplôme de fin d’études secondaires (Mount Diablo high school).

Formation

De retour à Paris, il étudie en hypokhâgne au lycée Hen­ri IV avant de bifur­quer vers Sci­ences Po (diplôme IEP Paris — Ser­vice pub­lic-1973). Il obtient ensuite une licence ès-let­tres et une maîtrise d’histoire (mémoire sur la cam­pagne prési­den­tielle de Robert Kennedy). Fab­rice Le Quin­trec a été audi­teur de la 43ème ses­sion nationale de l’IHEDN.

Parcours professionnel

En 1980, Fab­rice Le Quin­trec est recruté par Radio France et affec­té tout d’abord aux jour­naux de France Cul­ture, France Musique. De 1987 à 1991, il tra­vaille au ser­vice étranger de France Inter et cou­vre pour cette chaîne, ain­si que pour France Info de grands événe­ments de l’actualité inter­na­tionale.

Par­al­lèle­ment à Radio France, dans les années 1988/1993, Fab­rice Le Quin­trec tra­vaille en tant que pigiste dans la par­tie mag­a­zine précé­dent la messe télévisée du dimanche matin ; il présente aus­si les infor­ma­tions sur TV5.

À par­tir de 1991 et jusqu’en 1998, Fab­rice Le Quin­trec effectue prin­ci­pale­ment un tra­vail de « desk » à France Inter, en qual­ité de présen­ta­teur de jour­naux et de revues de presse, activ­ité qu’il pra­tique sans œil­lères ni auto­cen­sure. Sa propen­sion à ne pas respecter l’omerta sur les pub­li­ca­tions d’extrême droite et à les inclure par­fois dans ses revues mati­nales lui vaut l’hostilité crois­sante de ses « con­frères », alors même que, symétrique­ment, il cite très large­ment la presse d’extrême gauche, ce qui ne pose aucun prob­lème. Il est mis au plac­ard en août 1998 et n’en sor­ti­ra qu’en jan­vi­er 2008, dix longues années d’oisiveté for­cée assor­ties d’un exil loin­tain : Fab­rice Le Quin­trec, au début des années 2000 a été directeur de l’Institut fran­co-japon­ais à Yoko­hama, puis attaché cul­turel à Tokyo.

De retour à l’antenne en 2008, après avoir fait con­damn­er Radio France à deux repris­es (par les prud’hommes en 1999 et par le tri­bunal de grande instance en 2006), Fab­rice Le Quin­trec, pro­mu à la fonc­tion de rédac­teur en chef adjoint de rédac­tion nationale, retrou­ve une revue de presse. Chaque same­di et chaque dimanche, il présente « le Kiosque Inter­na­tion­al » à 13h05 sur France Bleu.

Fab­rice Le Quin­trec signe occa­sion­nelle­ment des arti­cles sur les jour­naux en ligne Atlanti­co et Boule­vard Voltaire.

Out­re son tra­vail de jour­nal­iste, Fab­rice Le Quin­trec est con­férenci­er au Cours de civil­i­sa­tion française de la Sor­bonne.

Parcours judiciaire

Le 30 mars 1999, con­damna­tion de Radio France par le Con­seil des prud’hommes de Paris pour non-four­ni­ture de tra­vail à Fab­rice Le Quin­trec au cours de la péri­ode août 1998 — mars 1999.

Dépêche AFP du 16 avril 1999 ren­dant compte de plusieurs procès au pénal, visant notam­ment Jean-François Kahn et Yves de Chaise­martin : La 17ème cham­bre du tri­bunal cor­rec­tion­nel de Paris a con­damné ven­dre­di les directeurs de Mar­i­anne et de France-Soir pour diffama­tion envers le jour­nal­iste Fab­rice Le Quin­trec, qui avait été sanc­tion­né par la rédac­tion de France Inter en août 1998 pour avoir cité le quo­ti­di­en Présent dans une revue de presse. Le tri­bunal reproche à ces jour­naux la pub­li­ca­tion d’ « une rumeur par­ti­c­ulière­ment détestable, qui ne demandait qu’à prospér­er dans un milieu par­fois accueil­lant au con­formisme intel­lectuel ambiant ». La rumeur en ques­tion, sur le fonde­ment de laque­lle le jour­nal­iste s’était vu retir­er la revue de presse, accu­sait M. Le Quin­trec d’avoir des opin­ions proches du Front Nation­al, ce qui ne con­ve­nait pas à son entourage pro­fes­sion­nel. Le tri­bunal a jugé que la rumeur était infondée, Présent n’ayant été cité qu’ « une seule fois » dans les revues de presse de M. Le Quin­trec, en une « seule phrase qui ne com­por­tait ni appro­ba­tion, ni man­i­fes­ta­tion d’une opin­ion quel­conque de la part du jour­nal­iste » et « s’insérait dans une énuméra­tion de très nom­breux organes de presse, comme il est de règle pour cet exer­ci­ce, cer­tains titres étant répétés à plusieurs repris­es ».

Le 14 mars 2006, con­damna­tion de Radio France par le tri­bunal de grande instance de Paris pour avoir remis Fab­rice Le Quin­trec au plac­ard à l’issue de sa mis­sion Quai d’Orsay au Japon ; extraits des atten­dus du juge­ment : « Radio France ( … ) avait la pos­si­bil­ité de respecter et son accord et la con­ven­tion col­lec­tive (…) L’ensemble de ces élé­ments établit le car­ac­tère fau­tif du com­porte­ment de Radio France à l’égard de Mon­sieur Le Quin­trec (…) Il est incon­testable que la mau­vaise volon­té et la mau­vaise foi man­i­festées par (Radio France) dans l’exécution de ses oblig­a­tions crée un préju­dice moral cer­tain (à Mon­sieur Le Quin­trec), aggravé au fur et à mesure des mois et des années qui passent, résul­tant notam­ment de l’absence d’exercice effec­tif de son méti­er, dont il résulte une mise à l’écart pro­fes­sion­nelle de fait »…

Ce qu’il gagne

5 000 euros par mois

Il l’a dit

« Ce n’est pas parce qu’on n’est pas trot­skyste, soix­ante-huitard ou qu’on n’adhère pas à une ligue antifas­ciste, qu’on est for­cé­ment lep­eniste ; mes opin­ions poli­tiques ne regar­dent que moi », France-Soir, 18 août 1997

« L’interprétation restric­tive du plu­ral­isme est un exer­ci­ce aléa­toire et périlleux. Le fait d’édulcorer la diver­sité et la com­plex­ité des posi­tions en présence, de s’autocensurer ou de tenir un lan­gage con­venu ne con­tribue ni à l’information pleine et entière du pub­lic ni à l’accomplissement de la mis­sion du jour­nal­iste. J’avais et je con­serve pour ligne de con­duite de trou­ver dans toute la presse, sans exclu­sive, la matière pre­mière de mes revues de presse », Droit de réponse dans L’Événement du Jeu­di – 10/16 sep­tem­bre 1998

« Même s’il doit vous en déplaire, je con­tin­uerai con­tre les mau­vais vents de soutenir que mon devoir de jour­nal­iste hon­nête, courageux (oh, que oui !) et plu­ral­iste me fai­sait oblig­a­tion, quand je présen­tais des revues de presse, de citer, par exem­ple, Présent ou Minute, quand je citais Char­lie Heb­do ou l’Humanité. Qu’un heb­do­madaire comme le vôtre qui, si je l’ai bien com­pris, a ten­té de se con­stru­ire sur le refus de la pen­sée unique et l’antiterrorisme intel­lectuel ait du mal à le com­pren­dre ne peut qu’attrister ceux qui, comme moi, avaient cru à la sincérité et à l’avenir de sa démarche », Droit de réponse dans Mar­i­anne – 21/27 sep­tem­bre 1998

Ils ont dit

« Audi­teurs atten­tifs de France Inter, nous n’avons pas man­qué de not­er la grande diver­sité des titres cités dans la revue de presse de Fab­rice Le Quin­trec. Nous main­tenons cepen­dant notre crainte : les jour­naux d’extrême droite utilisent un lan­gage codé pour déjouer les lois con­tre le racisme et le révi­sion­nisme. Ne pas rap­pel­er leur nature, c’est leur per­me­t­tre de dis­tiller impuné­ment leur venin », Globe Heb­do, 8–14 sep­tem­bre 1993

« Une chose est cer­taine, Fab­rice Le Quin­trec est le seul jour­nal­iste de Radio France à avoir com­plaisam­ment cité dans sa revue de presse des jour­naux tels que Minute, Nation­al Heb­do ou Présent », Un respon­s­able du Syn­di­cat Nation­al des Jour­nal­istes (alors majori­taire à Radio France) témoignant de manière anonyme dans France-Soir le 19 août 1997

« M. Le Quin­trec, autant que je sache, n’a pas porté atteinte au car­ac­tère plu­ral­iste que doit avoir France Inter. Il a effec­tive­ment cité un organe d’extrême droite dans une revue de presse. Mais ce faisant, il n’a fait qu’entériner l’existence d’une extrême droite dans ce pays. Les sym­pa­thisants d’extrême droite paient leur rede­vance comme tous les autres et ont le droit d’exiger de nous que nous soyons inat­taquables sur la manière dont nous ren­dons compte des événe­ments », Gilbert Denoy­an, août 1997

(Ques­tion : que pensez-vous de Fab­rice Le Quin­trec, que vous avez con­nu à France Inter ?) « Rien » Ivan Lev­aï, L’événement du Jeu­di – 4/10 sep­tem­bre 1997

« Sur l’antenne il n’y a jamais de déra­pages. Sauf M. Le Quin­trec. Mais il faut être cohérent. Moi ça me fait ger­ber le Front Nation­al. Tous les soirs j’en mets une louche sur le FN. Mais il faut être respectueux du ser­vice pub­lic. J’ai quelques per­son­nes dans la rédac­tion qui trou­vent Le Pen fréquentable et l’immense majorité à qui ça pue au nez dont moi », Jean-Luc Hees, directeur de la rédac­tion de France-Inter, Témoignage chré­tien, 12 sep­tem­bre 1997

« Restera sur lui (Le Quin­trec) comme un sceau d’infamie : sym­pa­thisant notoire du Front Nation­al… Con­damné à vie. Parce qu’il expri­mait une vision dif­férente d’une revue de presse. Pau­vre société médi­a­tique, bien parisi­enne celle-là, qui exé­cute une répu­ta­tion, bafoue un hon­neur, démolit une exis­tence pro­fes­sion­nelle en quelques sec­on­des… », Édouard Boeglin – Human­isme, revue du Grand Ori­ent de France, mars 1998

« Citer Présent ne me viendrait pas à l’esprit car c’est un jour­nal d’opinion qui ne représente pas celle du grand pub­lic et, donc, de nos audi­teurs », Patrick Cohen, alors jour­nal­iste à RTL- Déc­la­ra­tion à L’Événement du Jeu­di en date du 13/19 août 1998.

« Est-il per­mis d’imaginer quelle aurait été la réac­tion des amoureux de la lib­erté pro­fes­sion­nelle si, d’aventure et dans des cir­con­stances ana­logues, haute­ment improb­a­bles, un jour­nal­iste avait été cen­suré pour avoir seule­ment cité Rouge, l’Humanité ou Char­lie Heb­do ? », William Gold­nadel, Le Figaro — 7 sep­tem­bre 1998.

« Fort heureuse­ment, il y a encore des juges en France. Seront-ils sanc­tion­nés ? » Emmanuel Le Roy Ladurie le 5 mai 1999, après la con­damna­tion de Radio France par le Con­seil des prud’hommes, et les con­damna­tions pour diffama­tion des directeurs de Mar­i­anne et de France Soir par la 17ème cham­bre du tri­bunal cor­rec­tion­nel de Paris.

« Les revues de presse (de Fab­rice Le Quin­trec) étaient plu­ral­istes, équili­brées, sans par­ti pris, ni prosé­lytisme. Elles étaient diverse­ment appré­ciées, mais, en la matière, per­son­ne ne fait jamais l’unanimité. En tout cas, elles ne m’ont jamais choqué et elles n’ont jamais enfreint, bien au con­traire, les règles de la déon­tolo­gie pro­fes­sion­nelle et de la morale répub­li­caine. (…) J’estime que Fab­rice Le Quin­trec a sa place à France Inter et qu’il est même fondé à réclamer le poste de présen­ta­teur de la revue de presse dont il a été scan­daleuse­ment évincé il y a quelques années, sans fonde­ment légitime », 17 févri­er 2005 – Jacques Ricau, secré­taire général de la CFDT Radio Télé.

Documentation

« Le Quin­trec, itinéraire d’un mou­ton noir » par Elise Nebout – Revue Médias numéro 28.
Droit de réponse de Fab­rice Le Quin­trec pub­lié par le jour­nal L’Humanité le 7 mai 1999.
Aka­dem — la dés­in­for­ma­tion active et pas­sive – Asso­ci­a­tion France-Israêl, mars 2010.

Voir aussi

Related Posts

None found

Censure dans les médias et sur les réseaux sociaux

L'étau se resserre chaque semaine sur la liberté d'opinion et d'expression. Pour combattre la censure il faut déjà l'identifier.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).