Accueil | Actualités | Médias | Une journaliste refusée à l’entrée d’une réunion réservée aux noires
Pub­lié le 14 juillet 2015 | Éti­quettes :

Une journaliste refusée à l’entrée d’une réunion réservée aux noires

Le 30 juin dernier, Fanny Marlier, journaliste aux Inrocks, consacrait un sujet à l'« afro-féminisme », un mouvement rassemblant des femmes noires « victimes à la fois de sexisme et racisme ». Problème : la journaliste est blanche, et n'a donc pas pu accéder à leur réunion « non-mixte »...

Souhaitant se rendre à l'une des réunions organisées par le collectif Mwasi, la journaliste raconte : « Elles nous ont alors poliment refusé l’accès, sous motif que leurs événements internes ne sont réservés qu’aux femmes afro-descendantes. »

Sur leur site, on peut lire : « Ce collectif est non mixte car nous pensons être les mieux placées pour saisir les armes de notre émancipation. Mwasi n’est ni contre les hommes ni contre les autres groupes ethno-raciaux. En effet, ils pourront se joindre à nos actions en tant qu’alliés après concertation des membres du collectif. »

Et gare à qui crierait au racisme anti-blanc. Comme nous le rappelle une militante, le racisme ne fonctionne que dans un sens. Pour celle-ci, les gens qui profèrent ces accusations « ne se rendent pas compte qu’elles sont dans des situations de dominants. Elles ne peuvent pas comprendre le racisme que nous subissons au quotidien. » Et de poursuivre : « Nous ne pouvons pas être racistes antiblancs car on n’établit pas de hiérarchie entre les races et le système discriminatoire que l’on nous accuse de mettre en place ne nous profite pas à nous directement. On demande simplement la liberté d’avoir un espace pour échanger et préparer notre émancipation. »

Pour Rokhaya Diallo, qui participe activement à ce mouvement, « c’est une absence de prise en compte de problématiques spécifiques, qui justifie l’existence de l’afro-féminisme aujourd’hui ». Ce serait donc au nom des meilleures intentions du monde qu'aujourd'hui, en France, une réunion est interdite aux blancs, qu'ils soient journalistes ou non.

Malgré ce refus inadmissible, l'article de la journaliste des Inrocks reste des plus complaisants. Aurait-on imaginer pareil traitement si un journaliste noir s'était vu refuser l'entrée d'une réunion exclusivement consacrée aux problèmes rencontrés par des blancs ?

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.