Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Une guerre sans nom entre La Dépêche du Midi et le maire de Toulouse

19 février 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Une guerre sans nom entre La Dépêche du Midi et le maire de Toulouse

Une guerre sans nom entre La Dépêche du Midi et le maire de Toulouse

Pour La Dépêche du Midi, le maire de Toulouse n’a pas de nom. C’est ce qu’a dénoncé Jean-Luc Moudenc, élu de la ville rose, sur son compte Twitter.

« Par souci de cohérence avec les arti­cles du quo­ti­di­en région­al qui ban­nis­sent mon nom, je renomme mon compte en “Le Maire de Toulouse” », a tweeté M. Moudenc. Celui-ci réagis­sait à un reportage du « Petit Jour­nal » de Canal+, qui s’in­téres­sait à l’in­flu­ence du nou­veau min­istre Jean-Michel Baylet sur la ligne édi­to­ri­ale du jour­nal, dont il est le propriétaire.

Dans le reportage, le jour­nal­iste Olivi­er Cim­pel­lo, délégué SNJ de La Dépêche, con­fi­ait qu’« au cours de con­férences de rédac­tion à Toulouse, il était pré­cisé quand il fal­lait dire “le maire de Toulouse” ou ne pas dire “Jean-Luc Moudenc” ». En véri­fi­ant, les équipes de Yann Barthès ont par ailleurs pu con­stater que, récem­ment, le nom du maire de Toulouse avait été peu men­tion­né dans les colonnes du journal.

Pour sa défense, La Dépêche du Midi a pub­lié, jeu­di 18 févri­er 2016, un édi­to­r­i­al inti­t­ulé « Moudenc… pour la 5 056e fois », où le jour­nal invite tous les lecteurs à véri­fi­er par eux-mêmes, via le moteur de recherche du site, le nom­bre d’oc­cur­rences à la recherche du mot-clé « Moudenc ».

Dans un livre récent paru chez Flam­mar­i­on (La République des rumeurs), le jour­nal­iste Alexan­dre Duy­ck s’en­tre­tient avec Ysabel Baud­is, femme de Dominique Baud­is, injuste­ment mis en cause dans une affaire liée au tueur en série Patrice Alè­gre. Dans cet ouvrage, celle-ci explique : « Je sais par con­tre que les Baud­is et les Baylet s’op­po­saient poli­tique­ment ; que le père de Dominique [Pierre, maire de Toulouse entre 1971 et 1983, NDLR] était rarement nom­mé dans La Dépêche, le plus sou­vent il n’avait pas de nom, c’é­tait le maire. » 

Vis­i­ble­ment une vieille habi­tude donc à La Dépêche du Midi

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.