Accueil | Actualités | Médias | Un nouveau président pour l’INA
Pub­lié le 21 mai 2015 | Éti­quettes : , ,

Un nouveau président pour l’INA

Laurent Vallet remplacera Agnès Saal à la tête de l'Institut national de l'audiovisuel (INA).

Mercredi 20 mai, le conseil des ministres a tranché en faveur du directeur général de l'Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC), qui était en concurrence avec Carine Camby, Déléguée Générale à la Cité internationale universitaire de Paris et conseiller maître à la Cour des comptes.

Âgé de 45 ans, Laurent Vallet dirige depuis 2002 l'Institut pour le Financement du Cinéma et des Industries Culturelles (IFCIC), un établissement de crédit agrée par le Ministère de la Culture qui est chargé de faciliter l’accès au financement bancaire du monde de la culture. Diplômé de Science Po Paris, de l’École des Hautes Études Commerciales de Paris (HEC) et ancien élève de l’École nationale d'administration (ENA), Laurent Vallet peut se vanter d'un CV bien fourni, mais c’est aussi pour son « expérience » qu'il a été choisi.

Il a débuté sa carrière au ministère des finances en 1995, où il a intégré le cabinet de Laurent Fabius. Parti en 2002 diriger l'IFCIC, il s'y est créé « un solide réseau dans le monde culturel », note Le Monde, au point qu'en juin 2013 il rédige un rapport sur les relations entre producteurs et diffuseurs dans l'industrie culturelle à la demande de la ministre Aurélie Filippetti.

En mars 2014, il avait déjà postulé à la présidence de l'INA lorsque Mathieu Gallet avait été nommé PDG de Radio France. C'est finalement Agnès Saal qui avait été choisie. Mais la démission de cette dernière suite à ses dépenses de taxi lui a offert une nouvelle chance.

Crédit photo : DR

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.