Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Notes de taxi : Agnès Saal exclue 2 ans de la fonction publique

5 janvier 2016

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Notes de taxi : Agnès Saal exclue 2 ans de la fonction publique

Notes de taxi : Agnès Saal exclue 2 ans de la fonction publique

Depuis le scandale lié à ses importants frais de taxi alors qu’elle dirigeait l’INA, Agnès Saal était en sursis.

Après des mois de procé­dure admin­is­tra­tive et plusieurs com­mis­sions inter­min­istérielles, la déci­sion a été prise par le chef de l’É­tat. Comme cela lui incom­bait, François Hol­lande a ain­si décidé d’ex­clure de la fonc­tion publique, par décret, l’ex-prési­dente de l’In­sti­tut nation­al de l’Au­dio­vi­suel pour deux ans, dont six mois ferme.

En avril dernier, les notes exor­bi­tantes de frais de taxi de Mme Saal avaient été révélées dans la presse. En tout, l’é­nar­que avait en effet dépen­sé 40 000 euros, dont plus de 6 000 euros pour des tra­jets effec­tués par son fils (ce qui lui vaut de faire l’ob­jet de deux enquêtes dis­tinctes, ouvertes par les par­quets de Créteil et Paris), le tout alors qu’elle dis­po­sait d’un véhicule privé avec chauffeur…

Lors de sa prési­dence du cen­tre Georges-Pom­pi­dou, Agnès Saal avait déjà abusé de l’argent du con­tribuable. En sept ans passés à la tête de l’établissement pub­lic, elle aurait selon L’Express dépen­sé 400 000 euros de notes de taxi

Ces révéla­tions avaient alors entraîné sa démis­sion (puis son recasage au min­istère de la Cul­ture…).

Quoi qu’il en soit, les sou­tiens de l’é­nar­que ont d’ores et déjà demandé, suite au décret prési­den­tiel, un recours gra­cieux. Ils envis­agent égale­ment d’adress­er une let­tre au prési­dent pour lui deman­der de revenir sur sa décision…

Crédit pho­to : Remi_Mathis via Wiki­me­dia (cc)

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.