Accueil | Actualités | Médias | Condamnée pour ses frais de taxis, Agnès Saal est (déjà) de retour
Pub­lié le 6 juillet 2016 | Éti­quettes : ,

Condamnée pour ses frais de taxis, Agnès Saal est (déjà) de retour

Six mois à l'ombre, et c’est reparti. Écartée de la fonction publique après le scandale de ses 40 000 euros de frais de taxis, Agnès Saal, ancienne patronne de l'INA, a fait son retour au ministère de la Culture.

Tout semble oublié. Malgré sa condamnation par le tribunal de Créteil à 4 500 euros d'amende et par le tribunal de Paris à 3 000 euros d'amende et trois mois de prison avec sursis pour avoir abusé de la générosité du contribuable, la voilà qui « s'est remise dans les clous », selon la formule du ministère de la Culture. Restait une interrogation : mais où recaser l'ancienne paria, aujourd'hui pardonnée ?

D'après Le Monde, Agnès Saal sera désormais chargée de la double démarche de labellisation « égalité professionnelle » et « diversité ». Auparavant, cette tâche était confiée à une ancienne directrice régionale des affaires culturelles. Un recasage en douceur à un poste on ne peut plus symbolique qu'on nous décrit comme « plutôt cohérent avec ses engagements antérieurs ».

Très vite, sur les réseaux sociaux, les remarques ont fusé. Ce retour (et cette promotion !) après seulement six mois de « punition » est jugé « incompréhensible », « inadmissible » voire « irrespectueux ».

Dans cette République qui promeut l'exemplarité à chaque discours, le retour de cette énarque, officier de la légion d'honneur, après une affaire aussi grave dans une France en crise n'a pas manqué de faire grincer des dents. Visiblement, le copinage est une valeur plus forte que la vertu. On se souvient qu'en janvier, François Hollande, à qui la décision revenait, avait décidé d'exclure Agnès Saal de la fonction publique pendant 2 ans. S'agit-il d'une remise de peine ?

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This