Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Condamnée pour ses frais de taxis, Agnès Saal est (déjà) de retour

6 juillet 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Condamnée pour ses frais de taxis, Agnès Saal est (déjà) de retour

Condamnée pour ses frais de taxis, Agnès Saal est (déjà) de retour

Six mois à l’ombre, et c’est reparti. Écartée de la fonction publique après le scandale de ses 40 000 euros de frais de taxis, Agnès Saal, ancienne patronne de l’INA, a fait son retour au ministère de la Culture.

Tout sem­ble oublié. Mal­gré sa con­damna­tion par le tri­bunal de Créteil à 4 500 euros d’a­mende et par le tri­bunal de Paris à 3 000 euros d’a­mende et trois mois de prison avec sur­sis pour avoir abusé de la générosité du con­tribuable, la voilà qui « s’est remise dans les clous », selon la for­mule du min­istère de la Cul­ture. Restait une inter­ro­ga­tion : mais où recas­er l’an­ci­enne paria, aujour­d’hui pardonnée ?

D’après Le Monde, Agnès Saal sera désor­mais chargée de la dou­ble démarche de label­li­sa­tion « égal­ité pro­fes­sion­nelle » et « diver­sité ». Aupar­a­vant, cette tâche était con­fiée à une anci­enne direc­trice régionale des affaires cul­turelles. Un recasage en douceur à un poste on ne peut plus sym­bol­ique qu’on nous décrit comme « plutôt cohérent avec ses engage­ments antérieurs ».

Très vite, sur les réseaux soci­aux, les remar­ques ont fusé. Ce retour (et cette pro­mo­tion !) après seule­ment six mois de « puni­tion » est jugé « incom­préhen­si­ble », « inad­mis­si­ble » voire « irre­spectueux ».

Dans cette République qui promeut l’ex­em­plar­ité à chaque dis­cours, le retour de cette énar­que, offici­er de la légion d’hon­neur, après une affaire aus­si grave dans une France en crise n’a pas man­qué de faire grin­cer des dents. Vis­i­ble­ment, le copinage est une valeur plus forte que la ver­tu. On se sou­vient qu’en jan­vi­er, François Hol­lande, à qui la déci­sion reve­nait, avait décidé d’ex­clure Agnès Saal de la fonc­tion publique pen­dant 2 ans. S’ag­it-il d’une remise de peine ?

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.