Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Condamnée pour ses frais de taxis, Agnès Saal est (déjà) de retour
Condamnée pour ses frais de taxis, Agnès Saal est (déjà) de retour

6 juillet 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Condamnée pour ses frais de taxis, Agnès Saal est (déjà) de retour

Condamnée pour ses frais de taxis, Agnès Saal est (déjà) de retour

Condamnée pour ses frais de taxis, Agnès Saal est (déjà) de retour

Six mois à l’ombre, et c’est reparti. Écartée de la fonction publique après le scandale de ses 40 000 euros de frais de taxis, Agnès Saal, ancienne patronne de l’INA, a fait son retour au ministère de la Culture.

Tout sem­ble oublié. Mal­gré sa con­damna­tion par le tri­bunal de Créteil à 4 500 euros d’a­mende et par le tri­bunal de Paris à 3 000 euros d’a­mende et trois mois de prison avec sur­sis pour avoir abusé de la générosité du con­tribuable, la voilà qui « s’est remise dans les clous », selon la for­mule du min­istère de la Cul­ture. Restait une inter­ro­ga­tion : mais où recas­er l’an­ci­enne paria, aujour­d’hui pardonnée ?

D’après Le Monde, Agnès Saal sera désor­mais chargée de la dou­ble démarche de label­li­sa­tion « égal­ité pro­fes­sion­nelle » et « diver­sité ». Aupar­a­vant, cette tâche était con­fiée à une anci­enne direc­trice régionale des affaires cul­turelles. Un recasage en douceur à un poste on ne peut plus sym­bol­ique qu’on nous décrit comme « plutôt cohérent avec ses engage­ments antérieurs ».

Très vite, sur les réseaux soci­aux, les remar­ques ont fusé. Ce retour (et cette pro­mo­tion !) après seule­ment six mois de « puni­tion » est jugé « incom­préhen­si­ble », « inad­mis­si­ble » voire « irre­spectueux ».

Dans cette République qui promeut l’ex­em­plar­ité à chaque dis­cours, le retour de cette énar­que, offici­er de la légion d’hon­neur, après une affaire aus­si grave dans une France en crise n’a pas man­qué de faire grin­cer des dents. Vis­i­ble­ment, le copinage est une valeur plus forte que la ver­tu. On se sou­vient qu’en jan­vi­er, François Hol­lande, à qui la déci­sion reve­nait, avait décidé d’ex­clure Agnès Saal de la fonc­tion publique pen­dant 2 ans. S’ag­it-il d’une remise de peine ?

Voir aussi  Agnès Saal (INA) recasée au ministère de la Culture

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Thomas Legrand

PORTRAIT — Thomas Legrand débute sa car­rière sur la radio RMC en 1988 comme jour­nal­iste poli­tique avant de rejoin­dre la rédac­tion de RTL en 1993. Il entre au ser­vice Étranger en 1997, avant de devenir grand reporter en 1998.

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).

Élie Guckert

Né le 25 sep­tem­bre 1992 à Lax­ou, fils et petit-fils d’ingénieurs, Élie Guck­ert est le reje­ton d’une famille engagée à gauche dans un départe­ment, la Meuse, tra­di­tion­nelle­ment ancré à droite.

Natacha Polony

PORTRAIT — Nat­acha Polony est née le 15 avril 1975. D’origine polon­aise, elle enseigne de 1999 à 2000 dans un lycée d’Epinay-sur-Seine avant d’en démis­sion­ner. Elle n’a pas accep­té les réformes de Jack Lang trans­for­mant « l’enseignement de la lit­téra­ture en une démarche utilitariste ».

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.