L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un nouveau directeur de la rédaction pour Libération

27 juillet 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Un nouveau directeur de la rédaction pour Libération

Un nouveau directeur de la rédaction pour Libération

27 juillet 2013

Temps de lecture : 2 minutes

Le personnel de Libération a voté jeudi 25 juillet l’arrivée de Fabrice Rousselot à la direction de la rédaction en remplacement de Nicolas Demorand qui cumulait cette fonction avec celles de président du directoire et directeur de la publication.

« Libération perd la tête : il transforme en information une rumeur sur Fabius en prétendant démentir une non-information de Mediapart

« Libéra­tion perd la tête : il trans­forme en infor­ma­tion une rumeur sur Fabius en pré­ten­dant démen­tir une non-infor­ma­tion de Mediapart »

Depuis son arrivée à Libéra­tion en mars 2011, Nico­las Demor­and a été plusieurs fois con­testé pour le choix de ses unes, « Casse-toi, riche con ! » le 10 sep­tem­bre 2012 con­cer­nant le pro­jet d’exil brux­el­lois de Bernard Arnault, mais surtout « Affaire Cahuzac : le cauchemar con­tin­ue » où le quo­ti­di­en reve­nait sur « une piste explorée par Medi­a­part » (mais jamais pub­liée) selon laque­lle le min­istre des Affaires étrangères Lau­rent Fabius pos­séderait lui aus­si un compte ban­caire illé­gal à l’étranger. Cette une avait provo­qué la sidéra­tion d’Edwy Plenel qui avait twet­té : « Libéra­tion perd la tête : il trans­forme en infor­ma­tion une rumeur sur Fabius en pré­ten­dant démen­tir une non-infor­ma­tion de Medi­a­part ». La Société Civile des Per­son­nels de Libéra­tion (SCPL) avait dénon­cé une « faute déon­tologique grave ». « Cet épisode dom­mage­able à l’image de Libéra­tion engage la respon­s­abil­ité de Nico­las Demor­and » et « illus­tre une nou­velle fois la mau­vaise gou­ver­nance du jour­nal » écrivait-elle dans un com­mu­niqué, en insis­tant sur la néces­sité d’une élec­tion d’un directeur de la rédac­tion de plein droit, « en ver­tu des statuts de l’entreprise, réclamée depuis le 19 mars par 94% de l’équipe ». Demor­and avait du présen­ter ses excuses.

La une sur Bernard Arnault avait entrainé le blocage des pub­lic­ités du groupe (Dior, Ken­zo, Givenchi, Louis Vuit­ton), prou­vant au pas­sage qu’une presse vivant de la pub­lic­ité n’était pas libre de ses mou­ve­ments. Ceci, ajouté à une chute ver­tig­ineuse des ventes, avait placé Libéra­tion dans une sit­u­a­tion incon­fort­able. Le nou­veau directeur de la rédac­tion a aujourd’hui la lourde tache de relancer le jour­nal mori­bond et de paci­fi­er les rela­tions entre la rédac­tion et la direction.

Voir aussi : Alerte rouge pour la PQN alors que Libération s’effondre

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés